France's scrum half Antoine Dupont arrives for a captain's run training session at the stade de France, in Saint Denis, on the outskirts of Paris, on February 8, 2020 on the eve of the Six Nations rugby union match between France and Italy. (Photo by FRANCK FIFE / AFP)
FRANCK FIFE / AFP

Carnets de sport : Madeleine Malonga, Romain Bardet et Antoine Dupont racontent leur confinement

Par , et

Publié le 24 mars 2020 à 13h22 - Mis à jour le 25 mars 2020 à 07h36

Leurs sports et leurs objectifs diffèrent, pas leur préoccupation : comment se maintenir en forme ? Trois sportifs français de haut niveau racontent au Monde leur première semaine de confinement : la judokate Madeleine Malonga, le cycliste Romain Bardet et le rugbyman Antoine Dupont. Premier épisode de leur carnet, à suivre chaque semaine, jusqu’à la levée de cette mesure sanitaire.

Le report des Jeux olympiques de Tokyo à 2021 a été annoncé mardi midi, après le recueil de ces témoignages.

Madeleine Malonga : « Ma chaise pliante me sert de banc de musculation »

Madeleine Malonga, championne du monde de judo (moins de 78 kg), dans l'enceinte de sa résidence privée.
Madeleine Malonga, championne du monde de judo (moins de 78 kg), dans l'enceinte de sa résidence privée. MADELEINE MALONGA

Madeleine Malonga, 26 ans, est championne du monde de judo en titre, dans la catégorie des moins de 78 kg. Elle est licenciée à l’Etoile sportive de Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis).

Le vendredi 13 mars, nous avons appris que l’Insep serait fermé pendant quinze jours. A ce moment-là, on espérait encore pouvoir partir en stage à l’étranger, mais les entraîneurs nous ont dit que ce n’était pas possible. La santé doit passer avant tout et le judo n’est qu’un sport et doit rester au second plan.

Le lundi soir, j’ai écouté les instructions données par le président Macron à la télévision. Mardi matin, juste avant le début du confinement, j’ai récupéré, auprès du préparateur physique de l’équipe de France, du matériel : un TRX (sangles de suspension) qui permet de faire du gainage et des abdominaux, une corde à sauter, un swiss ball et une planche à roulettes.

J’habite dans une résidence située à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Je respecte les programmes de préparation de mes coachs. Le matin, je travaille la mobilité, le renforcement musculaire, les assouplissements et le gainage. Il faut faire avec les moyens du bord : ma chaise pliante me sert de banc de musculation.

Dans l’enceinte de ma résidence, il y a un espace avec des barres de tractions : j’attache mon kimono pour faire des exercices de suspension. L’après-midi est plutôt consacrée à la course. J’ai un accès direct à la Marne, je fais mes footings et j’ai aussi à 30 mètres de grands escaliers propices au cardio. Je sors toujours avec mon attestation.

Pour le moment, je ne peux pas faire de judo pur. Mon petit ami, avec qui je suis confinée, est judoka mais pas au haut niveau. Cette semaine, on travaillera peut-être ensemble les saisies ou le grappling (techniques de contrôle).

Les Jeux olympiques occupent mon esprit. Comme ils sont pour le moment maintenus (du 24 juillet au 9 août), j’essaie d’être positive. C’est comme si j’avais une entorse au genou qui dure six semaines. Je ne le vis pas super mal, et je ne me dis pas « je vais rater les JO car je ne peux pas m’entraîner normalement ». Je me concentre sur ce que je peux contrôler.

Il faut rester chez soi pour se protéger et protéger les autres. Je suis étudiante infirmière et, même si j’ai pris un report d’année pour Tokyo, je reste en contact avec des élèves de ma promotion. Certains sont réquisitionnés. Le personnel soignant fait un travail exceptionnel.

Je sais comment ça se passe. Ma famille travaille dans le médical : deux sœurs aides-soignantes et deux parents infirmiers. Même si ces derniers exercent en psychiatrie et que leur hôpital n’a pas encore de cas de Covid-19, c’est stressant car ils sont dans la moyenne d’âge des patients les plus touchés.

Romain Bardet : « J’ai croisé un cyclotouriste : je n’ai pu m’empêcher de lui faire remarquer que moi, je ne roulais plus »

Le cycliste Romain Bardet, en pleine séance de musculation, sur sa terrasse.
Le cycliste Romain Bardet, en pleine séance de musculation, sur sa terrasse.

Romain Bardet, 29 ans, coureur de l’équipe AG2R-La Mondiale, a fini deux fois sur le podium du Tour de France.

Ce qui rend la situation inconfortable, c’est de voir que l’on nous plaint. Les sportifs vivent dans une bulle surprotégée. Nous sommes juste au repos forcé, quand les personnels soignants sont au front, quand, économiquement, cela devient compliqué pour beaucoup de gens. La seule chose à faire, c’est profil bas. Le débat sur la tenue des Jeux olympiques est déplacé au regard de l’explosion du nombre de cas. Le maintien en forme dans l’optique d’une sélection olympique n’est pas une question de vie ou de mort.

Sur le Paris-Nice, j’étais déchiré. D’un côté, cela me semblait une aberration de courir parce qu’on sentait que beaucoup dans le peloton ne réalisaient pas ce qu’il était en train de se passer. Emmanuel Macron a parlé le jeudi, Edouard Philippe le samedi, jour de l’arrivée. De l’autre côté, le sportif que je suis avait confiance en l’organisateur. S’ils ont laissé la course se poursuivre, c’est que les préfectures estimaient que ça ne présentait pas de danger. Mais ce n’était pas le bon exemple.

Nous n’en sommes qu’au début, on le sait. Le retour à la vie normale, après « la guerre », va être long. La fin du confinement ne signifiera pas celle de l’épidémie ni des risques liés aux regroupements. J’ai donc du mal à avoir un calendrier en tête. Bienheureux celui qui peut prévoir l’état des choses en juillet : le Tour de France est encore loin, et il me semble trop tôt pour se prononcer, dans un sens comme dans l’autre.

Aujourd’hui, il est quand même réjouissant de pouvoir se projeter sur cet événement, de penser à l’engouement qu’il pourra générer si l’épidémie est enrayée. En tant que sportif, c’est une chose à laquelle on va s’accrocher. J’aurai du mal à m’entraîner si je sais qu’il n’y a pas de compétition avant août.

En tant que cycliste, une période de trois semaines, un mois, sans aller sur la route ne sera pas totalement rédhibitoire. Je peux le compenser et être en forme en juillet, si je reprends fin avril. J’ai repris le home-trainer dimanche après une semaine d’arrêt mais je ne me vois pas en faire plus de quatre semaines : ce que je vais sauver au niveau physique, je le perdrai au niveau mental.

Dans le même temps, je vois des coureurs continuer de rouler, à Monaco, en Belgique, dans les pays nordiques… L’intérêt personnel prévaut sur une logique collective. Il n’y a aucune unité, aucune voix qui porte.

Ceux qui se décrètent sportifs du jour au lendemain me rendent dingue. Je suis sorti une seule fois, pour faire des courses, depuis le début du confinement. J’ai croisé un ou deux cyclotouristes, signe que les gens respectent l’interdiction de rouler, mais je n’ai pu m’empêcher de baisser la vitre pour leur faire remarquer que moi, je ne roulais plus. Tout le monde a une bonne excuse. Mais c’est maintenant qu’il faut faire corps.

Antoine Dupont : « Je suis paysagiste à mi-temps »

Antoine Dupont, à Castelnau-Magnoac.
Antoine Dupont, à Castelnau-Magnoac.

Antoine Dupont, 23 ans, demi de mêlée des Bleus, est champion de France de rugby en titre avec le Stade toulousain.

Soit je restais dans mon appartement à Toulouse, soit je rentrais dans les Hautes-Pyrénées, à Castelnau-Magnoac. J’ai préféré vivre bloqué à la campagne qu’en ville. Nous sommes quatre dans la maison de mon frère, c’est comme une coloc : lui, sa copine, ma copine et moi. Notre mère, infirmière dans un hôpital psychiatrique, vit juste à côté. Une semaine après l’annonce du confinement, son effectif travaille toujours au complet.

Au village, nous n’avons pas trop de voisins, mais pas mal de terrain. Si on applaudissait à 20 heures pour remercier les « blouses blanches », personne d’autre que nous ne nous entendrait ! La journée, je suis pas mal dehors, disons que je suis un peu paysagiste à mi-temps. A la campagne, il y a toujours quelque chose à faire : tondre la pelouse, tailler les haies, dégager des branches.

Jusqu’à la fin de semaine passée, je n’avais pas vraiment le droit de courir. Consigne médicale à cause de ma blessure à une épaule. Je me suis organisé pour installer un vélo d’appartement. Avec des élastiques que m’a aussi prêtés la kiné du village, je fais pas mal d’exercices de renforcement. Mais sans porter de poids pour le moment.

Lundi matin, j’ai eu le préparateur physique du club au téléphone. Le club a voulu savoir quels équipements on avait chez soi. Pour tous les sportifs, je crois comprendre qu’il vaut mieux se limiter maintenant à 80 % de sa fréquence cardiaque maximale. C’est une contrainte de plus, quand on a l’habitude de devoir atteindre justement son intensité maximale à l’entraînement.

On habite à côté de la nationale. Quasiment aucune voiture ne passe en ce moment, ça fait bizarre. Sauf des tracteurs, les agriculteurs sont bien obligés de travailler. Pour l’instant, mon frère s’en sort sans moi, il ne m’a pas encore réquisitionné. Il élève des porcs noirs de Bigorre.

Ici, des commerces restent quand même ouverts. On a le temps de cuisiner. Poulet et riz coco, magret de canard, aiguillette, brocolis... Il y a aussi eu pizzas et hamburgers, mais faits maison !

J’ai aussi plus de temps pour étudier, maintenant. La semaine dernière, mes trois partiels en management du sport ont été reportés. Lundi, j’ai passé un oral en visioconférence. Il fallait parler d’un secteur d’activité en particulier. Le sujet : chef de produit dans l’amélioration de produits techniques pour le rugby. Crampons ou ballons, par exemple.

D’ailleurs, oui, il y a bien sûr un ballon de rugby qui traîne près de chez nous. A chaque fin de journée, on se retrouve autour, avec mon frère. Je ne suis pas encore trop à l’aise, à cause de mon épaule blessée, je ne peux pas faire de passes. Alors j’essaie de me rattraper avec le jeu au pied.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.