La seule option pour les JO de Tokyo est l’été 2021, selon le doyen du CIO

Pour Dick Pound, ex-vice-président du Comité international olympique, interrogé par « Le Monde », repousser les Jeux olympiques à l’automne serait déraisonnable. Reste à en convaincre les autorités japonaises.

Propos recueillis par Publié le 23 mars 2020 à 17h53 - Mis à jour le 23 mars 2020 à 18h33

Temps de Lecture 3 min.

Dick Pound, membre du Comité international olympique (CIO), pose dans ses bureaux à Montréal, Québec, Canada le 26 février.

Doyen du Comité international olympique (CIO) et ancien vice-président de l’instance, le Canadien Richard W. Pound est à l’origine de sa transformation en une machine extrêmement lucrative : de 1983 à 2001, il a négocié les contrats entre le CIO et ses sponsors et diffuseurs. Rompu à l’organisation des Jeux olympiques, « Dick » Pound juge impossible de tenir l’édition tokyoïte cette année et estime que l’enjeu des prochaines semaines sera de convaincre les organisateurs japonais de la nécessité de reporter les JO d’un an.

Comment interpréter le communiqué publié dimanche soir par Thomas Bach, dans lequel le président du CIO ouvre la voie à un report sans le décréter clairement ?

Le virus s’étendant en Afrique et en Amérique, il est devenu évident, ce week-end, que la pandémie serait mondiale et aussi grave que l’on pouvait le craindre. Le CIO a conclu, sur la base des conseils des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), que la pandémie ne serait pas éteinte fin juillet et il ne prendra pas la responsabilité d’organiser les Jeux si cela présente le moindre risque pour les participants.

Il est aussi évident que beaucoup de pays, et même beaucoup de sports, n’auraient pas participé aux Jeux dans cette situation. Le tout était de faire en sorte que les Japonais comprennent cela, ce qui semble être le cas maintenant.

Cela prendra bien quatre semaines de travail intensif et de négociations pour voir ce qu’il est possible de faire logistiquement. Lorsque vous construisez des installations pour les Jeux olympiques, dès qu’ils sont terminés, elles sont destinées à être utilisées par quelqu’un d’autre. Un contrat existe pour chacune d’entre elles. Seront-elles encore disponibles ? Même chose pour les chambres d’hôtel.

Et, bien sûr, il y a la question des calendriers des fédérations internationales. C’est un énorme chantier.

Qui était le plus réticent à repousser ces JO ?

Les organisateurs de Tokyo 2020 sont ceux qui ont le plus investi dans ce projet, qui ont fait en sorte que tout soit prêt pour le mois de juillet, et il est difficile pour eux de devoir faire en sorte que tout l’édifice tienne un peu plus longtemps.

Ceci dit, ils ont désormais compris qu’il y avait un problème, et je pense que le CIO les en a convaincus. Je pense que tout le monde est arrivé à la même conclusion à peu près au même moment.

Compte à rebours égrénant les jours séparant Tokyo de l’ouverture théorique des Jeux olympiques.

Dans de telles circonstances, l’un des deux partenaires a-t-il pu prendre la décision seul ?

Le CIO est, en tout état de cause, le décideur ultime sur la tenue, ou non, des Jeux olympiques. Mais c’est une question de politesse : on ne prend pas une décision unilatérale, à moins que cela devienne absolument nécessaire. Cela a juste pris un peu de temps pour que les Japonais réalisent que cela n’allait pas fonctionner.

Les sondages au Japon, avec 70 % de la population estimant que les Jeux ne pourraient pas avoir lieu en juillet, ont joué un rôle, à mon avis. Tous ces éléments se sont rassemblés pour que les organisateurs et, plus important, les autorités japonaises réalisent ce qui était en jeu et étudient les implications financières et logistiques d’un report d’un an.

Deux options semblent pourtant sur la table : l’automne 2020 et l’été 2021. Laquelle serait la moins coûteuse pour le CIO ?

Je ne crois pas que les considérations financières feront la décision. Ce qui va écarter l’une des deux options, c’est l’incertitude sur l’évolution de la pandémie. On ne peut pas dire : « ce ne sera pas bon en juillet, mais pourquoi pas en octobre ? », car on n’en sait rien.

Qui plus est, en Europe et en Amérique du Nord notamment, l’automne sera déjà saturé en compétitions sportives. On ne peut pas y ajouter des Jeux olympiques. Alors qu’avec un préavis d’un an le calendrier des compétitions peut être réajusté bien plus facilement. La question d’octobre 2020 sera étudiée, mais les risques seront bien plus grands qu’avec un report d’un an.

Comment les sponsors et diffuseurs peuvent-ils réagir au report ?

Ils seront très réticents à passer pour ceux qui encouragent le CIO à se lancer dans quelque chose de dangereux, au milieu d’une pandémie. Ils resteront des soutiens du monde olympique. Les sponsors s’engagent pour une olympiade entière et si, toutefois, ils demandent une indemnité, celle-ci sera marginale.

Quant aux diffuseurs, ils ne payent une grosse partie de la somme qu’une fois que les Jeux ont eu lieu. Le paiement sera donc simplement différé d’un an.

Peut-on envisager une bataille juridique entre le CIO et les organisateurs ?

Je ne pense pas. Tout cela fait l’objet de négociations, avec un élément intangible qui est que l’on ne peut pas organiser ces Jeux olympiques en juillet 2020. Je pense que la coopération de la part des autorités japonaise sera totale.

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.