Un audit, jamais rendu public, relève les largesses et le laisser-faire de la FIFA

En 2016, Gianni Infantino, élu à la tête de la Fédération de football, a fait l’inventaire du règne de son prédécesseur, Sepp Blatter. « Le Monde » a eu accès au rapport confidentiel rédigé par le cabinet Deloitte.

Par Publié le 18 février 2020 à 10h59 - Mis à jour le 18 février 2020 à 11h20

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, lors d’une rencontre avec l’asssociation internationale de  la presse sportive  (Association of International Sports Press - AIPS ) le 3 février à Budapest.
Le président de la FIFA, Gianni Infantino, lors d’une rencontre avec l’asssociation internationale de  la presse sportive  (Association of International Sports Press - AIPS ) le 3 février à Budapest. ATTILA KISBENEDEK / AFP

« Nous allons restaurer l’image de la FIFA. » Sitôt élu à la présidence de la Fédération internationale de football, le 26 février 2016, Gianni Infantino s’était engagé à redorer le blason de l’instance, minée par les affaires de corruption. Polissant une image de « chevalier blanc », l’Italo-Suisse s’était attelé à faire l’inventaire du règne (1998-2015) de son prédécesseur, Sepp Blatter, pour mieux s’en distinguer.

Salaires, bonus, cotisations de retraite, allocations de dépenses, remboursements de frais de voyages… Le nouvel homme fort de la FIFA a fait passer en revue les sommes versées, de 2005 à fin 2015, à plus d’une centaine de dirigeants, élus et membres de l’administration de la fédération.

Cette mission, confiée au cabinet d’audit Deloitte entre juin 2016 et février 2017, a abouti à la rédaction d’une « version préliminaire et confidentielle » d’un rapport à laquelle Le Monde a eu accès. Le document, remis en 2017 mais jamais rendu public, met au jour les mœurs financières ancrées à l’époque ainsi que les abus commis par de nombreux acteurs du football mondial.

D’anciens membres du comité exécutif épinglés

S’ils relèvent un contournement du système « d’approbation » en vigueur pour les procédures de paiement, qui a permis à des cadres de la FIFA d’effectuer « directement » des versements bancaires « pour lesquels les détails des bénéficiaires n’avaient pas été enregistrés » (« approximativement » 62 millions de francs suisses sur la période étudiée), les auditeurs de Deloitte insistent surtout sur la faiblesse du contrôle des remboursements de frais.

Ils épinglent au passage les pratiques d’anciens membres du comité exécutif (le gouvernement de la FIFA) dont beaucoup, pourtant, étaient indemnisés à hauteur de 300 000 dollars annuels sous le règne de M. Blatter, mais qui ont profité de largesses et d’un certain laisser-faire.

  • Démis de ses fonctions de secrétaire général, en septembre 2015, le Français Jérôme Valcke n’est pas épargné. La FIFA a payé 232 800 dollars pour la location, de mai à décembre 2013, d’un appartement à Rio de Janeiro, avant le Mondial brésilien de 2014. Deloitte se demande s’« il y avait une raison commerciale valable pour une location de cette durée ». 31 396 dollars ont été également réglés par la FIFA à son ex-numéro deux, entre 2008 et 2015, « pour des cadeaux » ou des achats « dans des boutiques de luxe » (« fleurs, champagne, vêtements »). Contacté, M. Valcke indique que ces « dépenses professionnelles ont été validées par la division des finances de la FIFA ».
  • La FIFA a versé 217 322 dollars pour « les dépenses médicales » du Camerounais Issa Hayatou, ex-président de la Confédération africaine de football et ancien patron intérimaire de la FIFA (2015-2016). Un « compte courant » était destiné à ses soins.
  • Le Thaïlandais Worawi Makudi a perçu 309 868 dollars de 2009 à 2015, pour des factures adressées à la fédération de son pays.
  • 22 827 dollars ont été payés par la FIFA pour les « dépenses privées » du Tahitien Reynald Temarii, dans le collimateur de la justice française dans le cadre d’une enquête sur l’attribution controversée de la Coupe du monde 2022 au Qatar. L’ardoise a été effacée par la fédération en raison de la suspension de M. Temarii, banni avant le vote d’attribution du tournoi à l’émirat.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.