Ligue des champions : Dortmund, le stade où Mbappé-Lottin est devenu Kylian

Le 12 avril 2017, l’attaquant de l’AS Monaco se révélait à l’Europe en inscrivant un doublé sur la pelouse du Borussia Dortmund, en quarts de finale de la Ligue des champions.

Par Publié le 18 février 2020 à 06h00 - Mis à jour le 18 février 2020 à 08h44

Temps de Lecture 4 min.

Le 12 avril 2017, Mbappé devient le plus jeune auteur d’un doublé en phase éliminatoire de Ligue des champions.
Le 12 avril 2017, Mbappé devient le plus jeune auteur d’un doublé en phase éliminatoire de Ligue des champions. RALPH ORLOWSKI / REUTERS

Il y a trois ans, celui que tout le monde appelle désormais Kylian était M. Mbappé-Lottin ; 18 ans et encore une comète qui intrigue en passe d’entrer dans la tête du grand public à force d’accélérations et d’intérieurs du droit, suscitant mille comparaisons avec Thierry Henry, son prédécesseur à la tête de l’attaque de l’AS Monaco (ASM).

Deux soirées ont suffi : l’une sur la pelouse de Manchester City, en huitièmes de finale aller de Ligue des champions ; l’autre au tour suivant, au Westfalenstadion de Dortmund, où Mbappé retourne mardi 18 février avec le Paris-Saint-Germain (PSG).

Le match en Angleterre, en février 2017, est sa première titularisation en Ligue des champions. Après une campagne médiatique du joueur et de son père, et un triplé en Ligue 1 contre le FC Metz, Leonardo Jardim l’impose à la place de Valère Germain pour épauler Radamel Falcao. Il mise sur « la fantaisie du gamin » pour déstabiliser l’arrière-garde de Pep Guardiola.

Un succès, même si l’ASM perd 5-3. Le Français, qui inscrira un but, sait le match décisif, comme il le racontera plus tard dans un documentaire dans le magazine « Intérieur sport » de Canal+ : « Soit ça me rangeait définitivement au fin fond de la rotation, soit… clac. » Ce sera « clac ».

Après City, le coup de fil de Florentino Pérez

Florentino Pérez, président du Real Madrid, appelle l’AS Monaco pour faire part de son intérêt, et les enchères commencent à monter à propos du futur transfert du prodige de 18 ans. Comme Pérez, Mbappé pense à la suite : « Je n’ai pas le temps de me reposer sur un match de Ligue des champions. J’ai encore d’autres choses à faire. Je le range dans un livre, mais je le lirai quand je serai vieux. 

Lire aussi « L’image de Mbappé a évolué, l’état de grâce s’est achevé »

La France en a déjà fait la figure de proue de cette équipe de Monaco qui tient tête au PSG en Ligue 1. Mbappé-Lottin s’incruste chaque semaine ou presque à la « une » de L’Equipe, fait la couverture de L’Equipe Magazine avec Bernardo Silva et Thomas Lemar : « Les intrépides ». En mars, Didier Deschamps le convoque pour la première fois chez les Bleus.

L’Europe n’est pas encore conquise. Elle s’extasie sur cette jeunesse impétueuse sur toutes les lignes : Djibril Sidibé et Benjamin Mendy en défense, Tiémoué Bakayoko, Silva et Lemar au milieu, Mbappé en attaque.

Irvin Cardona, aujourd’hui attaquant de Brest et alors proche de Mbappé, se souvient que le jeune homme avait pris ces titularisations en Ligue des champions comme une chose naturelle :

« On ne se rendait pas compte de notre chance, lui d’être titulaire, moi d’être sur le banc à Dortmund. Il voulait s’imposer dans le onze et le faisait savoir. Il était ambitieux : Kylian était clair avec ça. »

Deux buts, un penalty provoqué

Après le match de Dortmund, il incarnera à lui seul l’aventure monégasque. En l’absence de Bakayoko, Mendy et Sidibé, Mbappé est le héros de la victoire 3-1 à Dortmund, le 12 avril 2017, qui ouvre les portes du dernier carré de C1.

Sous les yeux de son père et de son petit frère Ethan, il inscrit un doublé et provoque un penalty, raté par Fabinho. Mbappé, plus jeune auteur d’un doublé en phase éliminatoire de Ligue des champions, célèbre ses buts les mains sous les aisselles, un clin d’œil à son frère.

Revivre notre « live » de 2017 : Mbappé met les Monégasques sur la voie des demi-finales de Ligue des champions

Le goût pour la provocation balle au pied, la faculté d’accélération et les appels dans le dos de la défense, le peu d’entrain pour le travail défensif et l’opportunisme devant le but sont déjà présents chez le Français, installé dans un rôle d’attaquant qui tourne autour de Falcao.

Les têtes des joueurs de Dortmund sont, en première période, restées au vestiaire, voire dans le car : la veille, le match a été reporté de vingt-quatre heures après l’attaque du car du BVB. L’événement choque l’Europe du football, mais Mbappé reste dans sa bulle : « On est des pros, on doit s’habituer à tout, même aux conditions les plus extrêmes. Aujourd’hui, c’était extrême. »

« Il a géré comme si rien ne s’était passé »

Malgré le contexte pesant et les chœurs du « mur jaune » de Dortmund, Mbappé gérera ce quart de finale de Ligue des champions « comme un match de quartier », s’émerveille dans L’Equipe l’ancien attaquant de l’AS Monaco, Victor Ikpeba. « S’il marque comme ça dans de telles rencontres avec la pression qui va avec, je ne sais pas quoi dire sur son avenir ! Il est incroyable. »

Le bihebdomadaire sportif allemand Kicker attribue à « Mbappé-Lottin » la meilleure note du match, louant sa mobilité, sa rapidité et sa facilité technique. La Repubblica, en Italie, s’enthousiasme pour le « nouveau prodige du football européen », tandis que le Guardian parle d’une « démonstration irrésistible de vitesse, de puissance et de qualité de finition ».

Le moins impressionné est Mbappé, qui commente tranquillement : « On m’a toujours dit, dans ma jeunesse [sic], que quand j’ai le ballon il doit se passer quelque chose. Pourquoi je suis décontracté ? J’ai toujours été comme ça ! »

Cardona l’assure : au retour de Dortmund, Mbappé a « géré comme si rien ne s’était passé. Il était content mais n’a pas montré beaucoup de joie. Cela lui a simplement donné beaucoup de confiance en lui, et Kylian a besoin d’être constamment en confiance pour être performant ».

Mbappé-Lottin n’est plus. Sur les réseaux sociaux circule une fausse affiche électorale, à deux semaines de l’élection présidentielle. Le joueur apparaît sur un fond de gazon vert et ciel bleu, regard neutre, l’esquisse d’un sourire, et cette phrase en lettres blanches ombrées de rouge : « Pour une France qui met des doublés. Kylian 2017 ».

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.