L’Association des joueuses et joueurs professionnels de handball dénonce des tests de grossesse hors consentement des joueuses

L’organisation rappelle que ce « type de contrôle est totalement illégal ». Le club de Nantes assure que « ces tests ont été faits avec l’aval des joueuses ».

Le Monde avec AFP Publié le 14 février 2020 à 07h48 - Mis à jour le 14 février 2020 à 18h15

Temps de Lecture 1 min.

L’Association des joueuses et joueurs professionnels de handball (AJPH) a dénoncé, jeudi 13 février, des tests de grossesse réalisés à l’occasion de bilans biologiques de début de saison au sein d’un club de la Ligue féminine (1re div.).

« Dans le cadre des bilans biologiques de début de saison, l’analyse du taux de l’hormone Béta HCG, visant à détecter un état de grossesse, aurait été prescrite par le médecin du club sans le consentement des joueuses », a affirmé l’AJPH dans un communiqué, soulignant des « pratiques inacceptables », sans citer le club en question.

« Après avoir récupéré les ordonnances attestant ces analyses, l’AJPH a adressé au club et au médecin un courrier et en a informé les instances ainsi que les partenaires sociaux », a ajouté l’association, qui se « réserve le droit de donner toute suite utile à cette situation ».

L’AJPH rappelle que ce « type de contrôle est totalement illégal et viole non seulement la vie privée des joueuses, mais porte également une grave atteinte à leur intimité ».

Le club concerné est Nantes, actuel 3e de la D1, où évoluent notamment plusieurs internationales françaises (l’arrière Camille Ayglon-Saurina, la gardienne Catherine Gabriel et l’ailière Blandine Dancette).

La Ligue féminine de handball (LFH) a indiqué avoir pris contact avec le club et attendre ses explications.

« Procès d’intention complètement stupide »

Interrogé par l’Equipe venredi matin, le président du club, Arnaud Ponroy, a déclaré qu’il s’agissait d’« un procès d’intention complètement stupide ». « Notre médecin est le référent maternité et sport de haut niveau pour les Pays de la Loire. Il considère qu’il doit savoir si la sportive de haut niveau qu’il a en face est enceinte ou pas. Pour éventuellement aménager la charge de travail. Pour adapter d’éventuelles médications. Le médecin fait son boulot et essaie de bien le faire. »

Arnaud Ponroy assure par ailleurs que « ces tests ont bien entendu été faits avec l’aval des joueuses ». « Certaines que j’ai eues m’ont dit qu’elles avaient eu l’explication du médecin. Après, est-ce que les joueuses sont suffisamment informées, est-ce que des étrangères n’ont pas bien compris, est-ce que les Françaises sont suffisamment sensibles à ce qu’on leur dit… Le médecin fait un avertissement oral. Si maintenant il doit faire signer une décharge, il le fera. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Logique de copinage » et « pouvoir sans partage » : le sport français hors de contrôle

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.