Des « vacances apprenantes » pour les quartiers

Avec l’épidémie de Covid-19 et la fermeture des frontières hors Schengen, le retour au pays pour les vacances estivales est compromis. Le gouvernement et les élus proposent une alternative.

Par Publié le 06 juin 2020 à 05h20 - Mis à jour le 06 juin 2020 à 06h09

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Un entraînement organisé pour des jeunes issus de milieux défavorisés en respectant la distanciation physique, en banlieue parisienne, le 22 mai.

La chaleur, écrasante, la voiture, trop petite, les valises, trop grosses, les heures qui semblent s’étirer à mesure que les paysages défilent, la France d’abord, l’Espagne ensuite, et puis tout à coup, au bout de la route, l’ultime récompense, la mer, le ferry, et là, de l’autre côté de la Méditerranée, le « bled », enfin, le retour au pays, le sien, celui de ses parents, ou de ses grands-parents. La promesse d’un été au soleil, de « vraies vacances » avec les tantes et les cousins, de « journées à la plage et de soirées en plein air », décrit Souad, 35 ans, mère au foyer de trois enfants, à Saint-Etienne, originaire du Maroc. « Des vacances qu’on ne peut pas se payer si on reste en France », dit-elle. Des vacances sur lesquelles elle va devoir faire une croix, pour la première fois.

Avec l’épidémie de Covid-19 et la fermeture des frontières hors Schengen, les familles originaires du Maroc, d’Algérie et de Tunisie principalement, mais aussi d’Afrique subsaharienne, qui avaient l’habitude de passer le mois d’août dans leur pays d’origine risquent de rester à quai. Sans plan B, faute de moyens.

Lire aussi A Marseille, la fermeture des frontières avec le Maghreb impacte transitaires et acteurs du tourisme

« Au Maroc, on n’a pas d’hôtel à payer et peu de frais sur place : on dépense entre 1 000 euros et 1 500 euros en un mois pour cinq, explique Souad. On ne débourse de l’argent que pour le trajet en voiture et en bateau. » « Pour les enfants, l’Algérie, c’est la mer et la plage, raconte Lidia, 38 ans, mère de deux enfants, agent logistique chez Amazon, à Strasbourg. Là-bas, on a les moyens de s’offrir des cornets de glace, d’aller au restaurant et de manger du poisson frais. Ici, si on arrive à louer quelque part, c’est régime boîte de thon premier prix. »

« Entre les familles qui ne pourront probablement pas quitter la France et celles qui ont été très fragilisées économiquement par la crise sanitaire, il va y avoir une explosion du nombre de personnes qui vont rester dans les quartiers cet été », prédit Philippe Rio, maire communiste (PCF) de Grigny (Essonne), qui se prépare à une augmentation de la fréquentation des activités d’été proposées par la municipalité de 30 %.

« Sortir du quartier »

Après deux mois de confinement et d’échauffourées à répétition entre jeunes et forces de l’ordre, la perspective d’un « été tendu » inquiète. Elus, associations et ministres (éducation, sports, culture, collectivités territoriales…) s’attellent depuis plusieurs semaines à la mise en place d’une nouvelle offre d’été à destination des territoires fragiles, qui s’inscrit dans le dispositif « Vacances apprenantes ». Dévoilé ce samedi 6 juin, il repose sur « un combo culture-sport-éducation pour un été découverte, apprenant et solidaire », précise Julien Denormandie, le ministre de la ville et du logement.

Il vous reste 62.14% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.