Des échanges entre des salariés de la CPAM. Le 20 mai 2020 dans les locaux de la cellule contact-tracing de la CPAM de la Somme, Amiens, Mathieu Farcy / Signatures pour Le Monde.
MATHIEU FARCY / SIGNATURES POUR « LE MONDE »

Coronavirus : après dix jours de « contact tracing », les enquêteurs de l’Assurance-maladie ne voient pas arriver de rebond

Par et

Publié le 23 mai 2020 à 05h08 - Mis à jour le 25 mai 2020 à 10h37

Le ministre de la santé les a surnommées les « brigades d’anges gardiens ». Depuis le 13 mai et la publication du décret encadrant ce dispositif, les caisses primaires d’assurance-maladie (CPAM) « tracent » toutes les personnes positives au Covid-19 et celles ayant été en contact avec elles. Pour remonter les chaînes de contaminations et ainsi tenter de les casser, 6 500 agents ont été mobilisés sur tout le territoire sept jours sur sept.

Le démarrage a été étonnamment calme. Vendredi 22 mai au matin, l’Assurance-maladie comptait 5 500 patients « zéro » et un peu moins de 14 000 personnes contacts dans son fichier national. « Nous sommes bien en dessous de ce qui était anticipé », constate Nicolas Revel, directeur général de l’Assurance-maladie, en rappelant que 1 800 à 4 000 cas quotidiens étaient attendus. « Il y a deux hypothèses : soit l’épidémie ralentit vraiment, soit les personnes qui présentent des symptômes évocateurs du Covid ne vont pas chez leur médecin et ne se font pas dépister », explique-t-il.

Les recensements sont quotidiennement analysés par les Agences régionales de santé (ARS), qui s’assurent qu’aucun nouveau regroupement de cas n’apparaît et, le cas échéant, enquêtent à leur tour pour remonter la chaîne de contamination.
Les recensements sont quotidiennement analysés par les Agences régionales de santé (ARS), qui s’assurent qu’aucun nouveau regroupement de cas n’apparaît et, le cas échéant, enquêtent à leur tour pour remonter la chaîne de contamination. MATHIEU FARCY / SIGNATURES POUR « LE MONDE »

Dans la Somme, la cellule est composée à ce jour de 50 collaborateurs, déployés sur le site du Centre de prévention et d’examens de santé, à Amiens. L’équipe a été calibrée pour rappeler chaque jour une trentaine de patients « zéro » avec chacun une vingtaine de cas contacts en moyenne. Soit entre 500 et 600 personnes à joindre quotidiennement.

Dans les faits, sur les plates-formes, les sonneries de téléphone interrompent peu le calme ambiant, le dispositif apparaît aujourd’hui surdimensionné. « On est en dessous de la dizaine de nouveaux cas positifs par jour. On a moins de patients zéro que prévu et surtout beaucoup moins de cas contacts que prévu – en moyenne 2 ou 3 », précise Jean-Charles Gillet, directeur de la CPAM de la Somme. Entre le 13 et le 21 mai, 49 patients zéro ont été traités et 95 cas contacts associés : « Ce n’est pas illogique puisqu’on sort du confinement. Pour le moment, pour l’essentiel, les cas contacts, c’est la cellule familiale. On aura plutôt une vraie tendance dans la semaine qui vient. »

Le nom du malade n’est communiqué qu’avec son accord

Tous les « patients zéro » – c’est-à-dire tous ceux dont le diagnostic de Covid-19 a été validé par un test virologique – sont rappelés par les enquêteurs de l’Assurance-maladie. Les généralistes ont au préalable enregistré leur dossier dans un fichier informatique baptisé « Contact Covid », et établi une première liste de contacts familiaux.

Il vous reste 67.06% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.