Dans les Ehpad décimés par le coronavirus, « c’est un cauchemar collectif »

Alors qu’au moins 884 personnes sont mortes à cause du Covid-19 dans ces établissements, les directeurs sont désemparés et les soignants ont peur de propager la mort.

Par et Publié le 02 avril 2020 à 21h21 - Mis à jour le 03 avril 2020 à 09h17

Temps de Lecture 9 min.

Article réservé aux abonnés

Livraison d’un cercueil à l’Ehpad de la Fondation Rothschild, le 25 mars à Paris.
Livraison d’un cercueil à l’Ehpad de la Fondation Rothschild, le 25 mars à Paris. GONZALO FUENTES / REUTERS

Certaines images la hantent. Celles des « bâches en plastique » avec lesquelles elle a « camouflé les corps » pour « s’en débarrasser le plus vite possible ». « C’est dur à dire, mais on les considère comme un danger pour la population vivante », se justifie cette directrice remplaçante, qui raconte « la vague » de Covid-19 qui s’est abattue à partir du 20 mars sur l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Coinces, à Salbris (Loir-et-Cher). « Si je pleure, ce sont des larmes d’impuissance », ajoute cette femme, qui n’a pas souhaité que son nom apparaisse.

La situation de son établissement n’est pas un cas isolé en France. Au moins 884 personnes sont mortes dans des Ehpad depuis le début de la crise sanitaire, selon une estimation donnée jeudi 2 avril par Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, qui concerne 7 400 établissements sur 10 600. Une hécatombe silencieuse, sur laquelle a alerté la presse, et dont les autorités dévoilent l’ampleur, en cette troisième semaine de confinement.

A Salbris, l’épidémie de Covid-19 a d’abord frappé l’encadrement. Contaminé, le directeur a dû confier les commandes de l’établissement d’une centaine de lits à sa remplaçante le 23 mars. Elle témoigne du « rouleau compresseur » auquel elle a dû faire face « en catastrophe ». La mort, fulgurante, s’était engouffrée dans les lieux avant son arrivée. Le 26 mars, trois personnes âgées sont parties en une seule nuit. « Les gens meurent seuls. C’est inhumain. Il n’y a plus d’humanité. L’épidémie nous condamne à nier l’humain », continue-t-elle, en pleurs.

« On est habitués, mais là, c’est tous les jours »

A l’écart de la Sologne opulente des grandes réserves de chasse, l’Ehpad de Salbris fonctionne financièrement sur le fil du rasoir. Ici plus qu’ailleurs, l’établissement tourne avec un personnel en sous-effectif, peu qualifié et mal préparé aux gestes de prévention.

Du coup, porter des masques et des blouses pour protéger les résidents n’est pas allé de soi au début. Quand le virus est entré, « on se doutait qu’on serait défaits, poursuit la directrice. On l’a payé cash malgré l’énorme dévouement de nos soignants ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A l’Ehpad des Quatre-Saisons, la vie et la mort au jour le jour

Il aura fallu huit morts pour que l’Agence régionale de santé (ARS) Centre-Val de Loire et la préfecture envoient, samedi 28 mars, l’« artillerie lourde ». Sinon, « c’était la boucherie assurée », rapporte un professionnel.

Il vous reste 78.54% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.