Face au coronavirus, la France réduit le nombre de personnes en prison

Alors que 60 % des détenus sont plusieurs par cellule, le risque d’une épidémie derrière les barreaux amène les juges et le gouvernement à prendre des mesures inédites.

Par Publié le 20 mars 2020 à 04h36 - Mis à jour le 20 mars 2020 à 08h45

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

A l’intérieur de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), en janvier 2018.

La tension monte dans les prisons en raison du risque de se retrouver en espace contraint avec plusieurs détenus ou surveillants atteints du Covid-19. Tout le monde se prépare à une telle éventualité, alors que 41 700 détenus, sur les 70 651 que comptaient les prisons françaises au 1er janvier, sont plusieurs par cellule. 1 614 dorment sur un matelas au sol.

A ce jour, un seul détenu a été identifié positif au coronavirus, un homme de 74 ans, incarcéré à Fresnes (Val-de-Marne). Il est mort lundi 16 mars. Il n’y aurait actuellement aucun autre cas avéré. Mais, selon une source pénitentiaire, onze cas seraient confirmés parmi le personnel et six parmi les intervenants extérieurs.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : les prisons coupées du monde, les détenus privés de parloirs

Dans ce contexte, le ministère de la justice cherche aujourd’hui à faire baisser la pression démographique dans les maisons d’arrêt qui abritent les deux tiers de détenus et ont un taux moyen d’occupation représentant 138 % de leurs capacités. Nicole Belloubet a annoncé, jeudi 19 mars dans un communiqué, que « la régulation de l’occupation des maisons d’arrêt constitue (…) une priorité pendant cette période ». La ministre de la justice a demandé aux juridictions, dans une circulaire diffusée le 14 mars, de « différer la mise à exécution des courtes peines d’emprisonnement ». Concomitamment au gel d’une partie de l’activité classique des tribunaux, cela a permis de réduire le nombre d’entrées quotidiennes en prison à une trentaine de personnes ces derniers jours contre 200 à 300 habituellement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : en Italie, la révolte des prisons

Sorties de prison en hausse

A l’autre bout de la peine, les sorties de prison sont en hausse dans le ressort de certaines juridictions. « Les juges de l’application des peines ont pris la mesure de leurs responsabilités dans cette situation de crise », affirme Cécile Dangles, juge à Lille et présidente de l’Association nationale des juges de l’application des peines. Elle a décidé, ces derniers jours, des libérations conditionnelles pour des détenus qu’elle connaît bien et qui sont à quelques semaines ou mois de leur libération. « Ne sortent bien sûr que ceux pour lesquels tout le monde – juge, procureur et services pénitentiaires – est d’accord », précise-t-elle.

Aucune politique nationale n’est édictée en la matière, les juges étant indépendants. Certains juges de l’application des peines à Lyon mèneraient une politique de libération très volontariste. Ceux de Toulouse seraient moins allants. A Marseille, les freins viendraient du parquet.

Il vous reste 66.46% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.