Coronavirus : les prisons coupées du monde, les détenus privés de parloirs

Des incidents ont éclaté dans quelques établissements après l’annonce de la suppression des parloirs et des activités à partir de mercredi.

Par Publié le 17 mars 2020 à 19h30 - Mis à jour le 18 mars 2020 à 09h21

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

La décision était prévisible et logique, mais elle va considérablement compliquer le fonctionnement des prisons. Toutes les visites que les familles peuvent faire aux personnes détenues dans le cadre de parloirs, parloirs familiaux ou unités de vie familiale sont interdites à compter du mercredi 18 mars, jusqu’au 31 mars.

Cette mesure annoncée mardi par la ministre de la justice, Nicole Belloubet, s’inscrit dans le confinement décidé par le gouvernement pour l’ensemble des citoyens. Mais la suppression de ces parloirs risque d’être délicate à gérer tant ils constituent pour les détenus une soupape essentielle aidant à supporter la vie carcérale.

Lire aussi Les annonces d’Edouard Philippe après le premier jour de confinement : nationalisations, licenciements et frontière britannique

En Italie, l’annonce de la suppression des parloirs pour les détenus avait provoqué les 8, 9 et 10 mars des mutineries dans une vingtaine de prisons. Ces mouvements ont provoqué la mort de douze détenus, à l’occasion d’affrontements ou en raison d’overdose suite à la consommation de produits pillés dans les infirmeries.

Un tel scénario est la hantise de l’administration pénitentiaire. Mais, à la différence du cas italien, la décision de confinement général de la population a précédé en France la suppression des parloirs. La mesure devrait ainsi être théoriquement plus facile à expliquer et à faire accepter par les détenus comme par leur famille.

Faciliter l’accès aux cabines téléphoniques

Pourtant, dès mardi matin, des incidents violents se sont produits à la maison d’arrêt de Grasses (Alpes-Maritimes) alors que le chef d’établissement avait informé de la suspension des parloirs dans cette structure qui comptait au 1er janvier 720 détenus pour 574 places. Selon Sébastien Nicolas, secrétaire général du syndicat FO des directeurs pénitentiaires, des portes ont été arrachées et un poste de contrôle incendié.

Les détenus n’ont réintégré leur cellule qu’après l’arrivée des équipes régionales d’intervention et de sécurité, le GIGN de la pénitentiaire. Dans l’après-midi, des mouvements collectifs de refus de réintégration de cellule après la promenade, émaillés d’incidents parfois violents, ont également eu lieu dans les prisons de Perpignan, Maubeuge et Douai (Nord), Valence ou Angers.

Lire aussi Le monde face au coronavirus : l’UE ferme ses frontières extérieures, confinement et restrictions sur les cinq continents

Dans une note adressée, mardi 17 mars, à l’ensemble des directeurs interrégionaux des services pénitentiaires, ceux qui chapeautent les directeurs de prison, Stéphane Bredin, le directeur de l’administration pénitentiaire, insiste sur la communication « par tous moyens » pour tenter de désamorcer une éventuelle bronca. « Cette mesure doit faire l’objet d’une information immédiate auprès de la population pénale et des familles, afin d’en expliquer les raisons et de limiter son impact sur le climat des détentions », écrit-il. Les conseillers d’insertion et de probation sont chargés de prévenir les familles.

Il vous reste 52.96% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.