L’offensive du gouvernement contre les logements vacants accueillie avec prudence

Les collectivités locales concernées regrettent de n’être pas associées au plan annoncé lundi par le gouvernement. 3,1 millions d’habitations étaient inoccupées en France au 1er janvier 2019.

Par Publié le 11 février 2020 à 02h55 - Mis à jour le 11 février 2020 à 10h43

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Le ministre chargé de la ville et du logement, Julien Denormandie, le 15 janvier à Paris.
Le ministre chargé de la ville et du logement, Julien Denormandie, le 15 janvier à Paris. LUDOVIC MARIN / AFP

La ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, et le ministre chargé de la ville et du logement, Julien Denormandie, ont lancé, lundi 10 février, leur plan de lutte contre les logements vacants. Le fléau s’amplifie d’année en année et ne touche pas que les zones dites « détendues » : selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), 3,1 millions de logements étaient inoccupés, au 1er janvier 2019, soit 8,3 % des 36,6 millions que compte le parc français.

Parmi eux, 200 000 sont assujettis à la taxe sur les logements vacants qui s’applique aux appartements vides depuis plus d’un an dans les 29 agglomérations de plus de 50 000 habitants. Ils sont plus de 32 000 rien qu’en Ile-de-France. « Avoir autant de logements vacants dans notre pays, c’est totalement inacceptable quand beaucoup de nos concitoyens ont du mal à se loger », argumente M. Denormandie dans un entretien publié par Le Parisien.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Des villes s’engagent contre les 3,1 millions de logements vides en France

Le ministre cible en priorité les 18 000 propriétaires qui possèdent plus de deux logements vacants, soit 46 000 habitations en tout, et va leur écrire pour les convaincre de les remettre en location. Si les biens sont trop dégradés pour être habitables, les bailleurs pourront solliciter les aides de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) grâce à la plateforme Facil Habitat, créée en juin 2019.

Incitations ou réquisitions

S’ils ont eu une expérience locative malheureuse et décourageante, la garantie Visale, distribuée par Action Logement, pourra les prémunir contre les risques de dégradations et d’impayés. Ils peuvent aussi opter pour le dispositif Louer abordable, par le biais d’une association jouant le rôle de locataire en titre et garant, ce que l’on appelle l’intermédiation locative, à condition de pratiquer un loyer modeste, mais avec un abattement de 85 % des revenus.

Si l’incitation ne suffit pas, le ministre ne s’interdit pas de procéder à des réquisitions. D’abord envers les propriétaires institutionnels, ce qu’autorise l’article 32 de la loi « évolution du logement, de l’aménagement et du numérique » (loi ELAN) du 23 novembre 2018. Mais M. Denormandie n’exclut pas également de réquisitionner les biens des particuliers.

Chiche !, lui répond, en substance, l’association Droit au logement : « Des immeubles vacants, il y en a plein dans Paris, et nous pouvons indiquer deux adresses, une dans le 8e arrondissement, l’autre rue du Croissant, dans le 2e arrondissement, que nous avons “réquisitionnées” depuis le 1er janvier », détaille un communiqué publié lundi.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.