Harcèlement sexuel : le combat de la seule association de défense de victimes au travail

Depuis 1985, cette association joue un rôle essentiel auprès de victimes de violences sexuelles au travail. Mais ses moyens sont insuffisants face à l’afflux de demandes.

Par Publié le 30 octobre 2017 à 15h29 - Mis à jour le 31 octobre 2017 à 19h02

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Léa Scarpel, juriste chargée de mission, accompagne les femmes victimes de violences sexuelles au travail.
Léa Scarpel, juriste chargée de mission, accompagne les femmes victimes de violences sexuelles au travail. Julie Balagué pour Le Monde

Jeudi 26 octobre, il est près de 13 h 30. La permanence téléphonique de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), dans le 13arrondissement de Paris, est censée avoir fermé depuis une heure déjà, mais Léa Scarpel, l’une des cinq juristes qui y travaillent, a encore son casque-micro vissé sur les oreilles et noircit plusieurs feuilles du récit que lui raconte une victime de harcèlement sexuel. Dans le bureau voisin, ses collègues sont à pied d’œuvre elles aussi. Depuis le matin, le standard n’a pas arrêté de sonner, c’est à peine si les responsables de l’association ont eu le temps d’aller aux toilettes.

Il y a eu le signalement d’un syndicaliste pour une femme victime du harcèlement d’un responsable des ressources humaines, la saisine d’une réceptionniste d’hôtel victime des propos obscènes et répétés d’un collègue, celle d’une commerçante victime des attouchements de son patron, le suivi d’une patiente harcelée par son médecin et « terrorisée » à la veille d’une audition au commissariat…

« Des employeurs qui [ne sanctionnent pas], nourrissant le sentiment d’impunité »

Au bout du fil, à chaque fois, des voix brisées qui disent la peur et le sentiment de culpabilité de n’avoir « pas compris, pas fait ce qu’il faut » ; des vies suspendues, entre dépression et prise de poids. Et cette constante : « Des employeurs qui ne souhaitent pas sanctionner, nourrissant le sentiment d’impunité », déplore Léa Scarpel. Toute la matinée, d’une voix rassurante, cette diplômée en droit international de 34 ans a écouté, conseillé, rappelé la loi, mais aussi la dure réalité :

« Vous avez plus de chances d’obtenir une décision positive devant les prud’hommes qu’au pénal, où 93 % des plaintes pour harcèlement sexuel font l’objet d’un classement sans suite. »

Lire notre enquête : Le parcours difficile des femmes qui dénoncent le harcèlement sexuel au travail

Fondée en 1985, sept ans avant le vote de la première loi réprimant le harcèlement sexuel, pour lequel elle a œuvré, l’AVFT est la seule association en France spécialisée dans la défense des victimes de violences sexuelles dans le cadre du travail. Depuis le début de l’affaire Weinstein et le mouvement de libération de la parole de femmes qui s’en est ensuivi, son standard a littéralement explosé, et la boîte e-mail de l’association ne cesse, elle aussi, de se remplir.

Lire l’éditorial du « Monde » : Harcèlement sexuel : le tsunami Weinstein

Malgré cet afflux de demandes, l’association ne compte pourtant que cinq juristes salariées, épaulées par une avocate stagiaire et deux bénévoles. Des effectifs qui semblent bien maigres face à l’ampleur de la tâche, quand on sait qu’une femme sur cinq se dit concernée, selon une enquête du Défenseur des droits en 2014, et que tous les milieux professionnels sont touchés. Dans leur petit local en rez-de-chaussée, au milieu des piles de dossiers et d’exemplaires du code pénal, chacune a affiché au-dessus de son bureau la carte des régions dont elle a la charge. L’agenda de l’association est rempli jusqu’en 2018.

Il vous reste 62.47% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.