« Plus une ville est optimisée, moins elle est résiliente, car il n’existe pas de ressources cachées pour s’adapter et rebondir »

La crise sanitaire montre les limites d’adaptation de la ville dans un contexte inédit. Dans cet épisode de « L’Abécédaire de la ville » consacré à la lettre « R », comme résilience, Olivier Hamant et David Vallat proposent de s’inspirer du vivant pour y remédier.

Publié le 22 mai 2020 à 16h23 - Mis à jour le 22 mai 2020 à 19h59 Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Piste cyclable provisoire rue de Rivoli, près du musée du Louvre, à Paris, le 19 mai.
Piste cyclable provisoire rue de Rivoli, près du musée du Louvre, à Paris, le 19 mai. THOMAS COEX / AFP

Tribune. Une crise est étymologiquement (krisis) le moment d’exercer son jugement, de prendre des décisions. Celle que nous traversons avec le Covid-19 constitue à ce titre un test de résilience « grandeur nature » pour nos sociétés, et notamment pour nos villes.

Au terme d’un long processus d’optimisation, la ville moderne s’est rapprochée de la cité idéale, imaginée à la Renaissance. Toutes les infrastructures urbaines (voies, trottoirs, transports en commun, égouts, etc.) constituent les pièces d’un grand ordonnancement. Par endroits, les obstacles topographiques ou physiques ont même été supprimés pour correspondre au plan. L’aménagement progressif de la Voie royale, à l’ouest du Louvre, à Paris, à partir du XVIIe siècle, en constitue un bon exemple.

Le concept de zonage : quatre zones indépendantes – habiter, travailler, circuler et se détendre

Qu’est-ce qu’une ville optimale ? C’est celle du planificateur qui ne raisonne qu’en termes d’efficience, de rationalisation des ressources et des fonctions, d’économies de temps de transport, de matériaux de construction. C’est, par exemple, le projet de la ville fonctionnelle décrite dans la charte d’Athènes (1933), qui consacre, sous l’égide de Le Corbusier, le concept de zonage : la ville est pensée à partir de quatre zones indépendantes – habiter, travailler, circuler et se détendre. Ce projet correspond à un contexte historique bien spécifique, celui de l’exode rural massif et de la destruction des logements jugés insalubres.

Perte de marges de manœuvre en cas de bouleversement

Le talon d’Achille d’une telle optimisation, c’est la perte de marges de manœuvre en cas de profond bouleversement. Ainsi, les règles de distanciation physique imposées par la lutte contre la propagation du virus SARS-CoV-2 illustrent les limites de ce zonage, et plus généralement la manière dont les villes optimales, conçues pour un contexte historique spécifique, ont du mal à répondre aux nouvelles pratiques des habitants.

Les rues, pensées quasi exclusivement pour la voiture, doivent ainsi pouvoir en quelques semaines accueillir de nouveaux usagers, qui sont incités à éviter les transports en commun et se reportent sur la marche, le vélo, ou bien encore… la voiture individuelle. Des files d’attente se forment sur les trottoirs pour l’accès aux magasins, tout en restant des espaces de circulation. La situation oblige les municipalités à créer en urgence de nouvelles pistes cyclables, à élargir les trottoirs, à fermer des rues à la circulation (piétonnisation), à abaisser les limitations de vitesse.

Il vous reste 72.62% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.