« La nature peut-elle humaniser la ville ? » Une conférence Le Monde Cities et « Le Temps » à Genève

A l’occasion du lancement des Prix de l’innovation urbaine, « Le Monde » organise avec le quotidien suisse « Le Temps » une matinée de débats jeudi 20 février, à Genève.

Publié le 03 février 2020 à 12h08 - Mis à jour le 17 février 2020 à 17h31

Temps de Lecture 2 min.

Tours du Bosco verticale, à Milan, en octobre 2019.
Tours du Bosco verticale, à Milan, en octobre 2019. MIGUEL MEDINA / AFP

Façades végétalisées à Milan, Stockholm ou Bruxelles, abeilles sur les toits à Copenhague, Paris et Chicago, forêts urbaines à Barcelone, Ljubljana, Toronto… et même poulaillers au pied d’immeubles, comme à Montréal ou à Valence dans la Drôme. La nature prend-elle sa revanche sur la ville ?

Elle s’impose en tout cas en précieuse alliée pour lutter contre le réchauffement climatique. Et éviter que nos villes, qui abriteront en 2050 les deux tiers de l’humanité, ne deviennent des étuves.

De Paris à Stockholm, en passant par Genève, les politiques l’ont compris et verdissent leurs projets urbains. Mais, souvent, cette nature est plus quantitative que qualitative.

Comment dépasser l’opposition ville-nature au service d’un urbanisme plus humain et plus résilient ? Quelle place l’architecture doit-elle laisser à la nature ? Pour quels bénéfices ?

Ces questions seront au cœur de la conférence organisée par Le Monde, en partenariat avec Le Temps, le 20 février, à l’occasion du lancement des Prix de l’innovation urbaine Le Monde Cities. Haute Ecole d’art et de design de Genève (Suisse), de 9 heures à 13 heures.

8 h 30

Accueil

9 heures

« De la ville nature à l’écosystème urbain »

Introduction par Philippe Clergeau, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, spécialiste de l’écologie urbaine.

9 h 30

Quand la nature urbanise

Retours d’expérience 1 : Paris

  • « Cours oasis », un programme qui « désasphalte » les cours d’école, par Noémie Fompeyrine, responsable de la mission résilience à la Mairie de Paris.

  • Quand Paris teste des solutions pour une ville résiliente, par Marion Apaire, responsable d’Urban Lab.

10 h 10

De la ville contre nature à la ville nature

  • Catherine Larrère, philosophe, professeure émérite à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, spécialiste des questions politiques et éthiques liées à la crise environnementale.

10 h 25

Table ronde. Urbanisme, aménagement : comment renouveler les pratiques au service d’une ville nature ?

  • Alexandre Chemetoff, architecte, urbaniste, et paysagiste, fondateur d’Alexandre Chemetoff et associés.
  • Nicolas Blain, responsable recherche chez Reforest’ Action.
  • Michel Lussault, géographe, professeur à l’université de Lyon.
  • Axelle Grégoire, architecte, doctorante à l’institut de géographie et durabilité à l’université de Lausanne.

11 heures

La nature est-elle bonne architecte ?

Retour d’expérience 2 : Genève

  • Programme Nature en ville de Genève, par Antonio Hodgers, président du conseil d’Etat du canton de Genève.

11 h 15

Table ronde. Quelle place l’architecte laisse-t-il vraiment à la nature ?

  • Lina Ghotmeh, architecte, fondatrice de Lina Ghotmeh-Architecture.
  • Estelle Cruz, architecte ingénieure chargée de mission habitat au Centre européen d’excellence en biomimétisme (Ceebios).
  • Philippe Rahm, architecte au sein de Philippe Rahm Architectes.
  • Maria Francesca Tatarella, de l’agence Stefano Boeri Architetti.

12 h 00

Retours d’expérience 3

  • Sofia de Meyer, fondatrice d’Opaline.
  • Séname Koffi Agbodjinou, architecte, anthropologue et fondateur de L’Africaine d’architecture-WoeLab.

12 h 35

Vers l’urbanocène : la ville comme organisme

Conclusion par Philippe Chiambaretta, architecte et urbaniste.

Accès libre sur inscription, dans la limite des places disponibles

RESERVER VOS PLACES

Cette conférence est organisée par Le Monde, en partenariat avec Le Temps.

Le Monde

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.