SAISIE D'ÉCRAN / AGI

L’espace sous la menace des mégaconstellations de satellites

Par

Publié le 18 février 2020 à 01h22 - Mis à jour le 21 février 2020 à 14h46

24 mai 2019, mission Starlink-0 : soixante satellites mis en orbite simultanément. 11 novembre 2019, Starlink-1 : soixante satellites de plus. 7 janvier 2020, Starlink-2 : soixante satellites de plus. 29 janvier, Starlink-3 : soixante satellites de plus. 17 février, Starlink-4 : soixante satellites de plus. Entre-temps, l’opérateur OneWeb est lui aussi entré dans la danse spatiale en lançant sa première fournée de trente-quatre satellites, le 6 février. En mars, Starlink et OneWeb prévoient tous les deux un nouveau lancement. Et ainsi de suite.

Il faut s’obliger à lire cette liste monotone de décollages de fusées pour comprendre que le spatial vient, presque subrepticement, d’entrer dans une nouvelle ère, celle des mégaconstellations de satellites, destinées à fournir, depuis l’orbite basse (moins de 2 000 kilomètres d’altitude), du débit Internet à tous les Terriens, partout, tout le temps. Starlink, filiale de l’entreprise californienne SpaceX du milliardaire Elon Musk, a obtenu l’autorisation d’envoyer 12 000 engins dans l’espace et ne cache pas son intention d’en expédier 30 000 de plus, pour un total ahurissant de 42 000. La compagnie OneWeb, basée au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, mise quant à elle sur une flotte de près de 2 000 appareils, qui pourrait, selon certaines sources, être portée à plus de 5 000 satellites.

« On risque de perdre notre ciel simplement pour réduire la latence des jeux vidéo en ligne ou pour s’envoyer encore plus de photos de chats… » Eric Lagadec, vice-président de la Société française d’astronomie et d’astrophysique

Des dizaines d’autres opérateurs ont annoncé leur intention de partir à la conquête de ce nouvel eldorado, et l’on compte dans ce peloton quelques gros poissons comme Amazon ou des organismes officiels russe et chinois. Certains projets ont déjà capoté – tel LeoSat (Luxembourg) – ou sont à l’arrêt – comme celui de Boeing qui prévoyait une constellation de près de 3 000 unités –, mais il n’est pas impossible que l’on dénombre, à la fin de la décennie, plus de 50 000 nouveaux satellites dans le ciel. Un chiffre à comparer avec les quelque 8 000 engins envoyés en orbite depuis le début de l’ère spatiale, en 1957.

Un chiffre qui angoisse aussi. Début janvier, lors de ses vœux à la presse internationale, Jan Wörner, le directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), n’a pas caché sa préoccupation vis-à-vis du déploiement rapide des premières constellations. La menace ? Une augmentation des incidents, voire des accidents, de la circulation spatiale, susceptibles de multiplier les débris et de polluer l’orbite basse au point de la rendre inutilisable. Sans compter les nuisances dans les observations astronomiques qu’engendrent déjà les grappes de satellites Starlink. Comme le résume sur un ton quelque peu grinçant Eric Lagadec, vice-président de la Société française d’astronomie et d’astrophysique : « On risque de perdre notre ciel simplement pour réduire la latence des jeux vidéo en ligne ou pour s’envoyer encore plus de photos de chats. C’est énervant… »

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.