« En favorisant dans plusieurs villes des “fronts anti-écolo”, La République en marche a placé EELV au centre du jeu politique »

Notre journaliste politique Abel Mestre a répondu à vos questions après les annonces d’Emmanuel Macron sur les propositions de la convention citoyenne pour le climat et au lendemain de la victoire des écologistes dans plusieurs grandes villes de France.

Lyon, Bordeaux, Strasbourg… En raflant un nombre historique de grandes villes, les Verts sortent grands vainqueurs des élections municipales, une réalité à laquelle Emmanuel Macron a essayé de répondre en recevant lundi des membres de la convention citoyenne pour le climat.

Le chef de l’Etat, qui a reçu lundi à l’Elysée les 150 membres de la Convention citoyenne, se dit prêt à consulter les Français en 2020, puis en 2021, sur les questions liées à la lutte contre le réchauffement climatique.

Il a également annoncé un projet de loi reprenant une large part de leurs propositions, et 15 milliards d’euros supplémentaires dédiés à la transformation écologique.

M. Macron a toutefois rejeté de limiter à 110 km/h la vitesse sur les autoroutes, une mesure considérée comme « un piège » par les élus macronistes encore échaudés par la polémique des 80 km/h sur les routes. De même, Emmanuel Macron s’est dit « en désaccord » avec la proposition de taxer à 4 % les dividendes des entreprises supérieurs à 10 millions d’euros pour « participer à l’effort de financement collectif de la transition écologique ».

Nos principaux articles sur la convention citoyenne :

Environnement : Macron propose deux référendums

Convention citoyenne pour le climat : Macron retient une majorité de propositions, à l’exception de trois

Réviser la Constitution, autoroute à 110 km/h, plus de vrac… : les principales propositions adoptées par la convention citoyenne pour le climat

« Fiers » du travail accompli, les citoyens de la convention pour le climat adoptent leur rapport final

Combien coûteraient les propositions de la convention citoyenne pour le climat ?

« C’est un tournant politique pour notre pays » : une vague verte historique déferle sur les grandes villes françaises

Réagissez
Voir la nouvelle actualité
Le Monde le 29 juin à 15h07
Nous fermons maintenant ce live. Retrouvez les dernières actualités en direct sur LeMonde.fr
Le Monde le 29 juin à 14h53
Tchat
Ce tchat avec notre journaliste Abel Mestre est maintenant terminé, merci pour votre lecture attentive et vos nombreuses questions.
Le Monde le 29 juin à 14h52
Tchat
M. Mestre, tout le monde par de "vague verte" mais pensez vous que c'est une vague lié à EELV, plus une forme de dégagisme des baronnies locales (lyon, poitiers, etc. ) ou plutot un vote comme aux Européennes ?

-Curieux
Oui, c’est un ensemble de facteurs qui a permis les résultats de dimanche soir. D’abord, il y a une prise de conscience de la crise écologique, du réchauffement climatique. On l’a vu avec le succès des marches pour le climat. Et les résultats des européennes de 2019 (13,5 % des voix pour la liste portée par Yannick Jadot) en étaient un premier signe. 

S’ajoutent à cela un vote sanction contre la politique du gouvernement et une usure du pouvoir des baronnies locales. 

La crise du coronavirus et le confinement ont aussi joué un rôle. La grille de lecture de l’épidémie s’est faite autour de l’écologie, avec une remise en cause de nos modes de vie et de consommation. Les gens demandent des changements profonds, une relocalisation de l’économie. Finalement, les thématiques défendues par EELV ont été renforcées.
Le Monde le 29 juin à 14h47
Tchat
Bonjour, le discours d'Emmanuel Macron ce matin, qui a montré une forte volonté d'engagement de sa part pour l'écologie, tranche nettement avec le fait que la majorité des listes LRM ayant fusionné pour le second tour l'ont fait avec LR, contre EELV (et ont perdu, mais c'est une autre histoire). Comment expliquer une telle différence de trajectoire ?

-Bubu
L’explication est simple : la vague verte de dimanche soir. Le président de la République ne pouvait pas rester muet face à un tel bouleversement politique, à moins de laisser s’installer un pôle fort d'opposition construit autour de l’écologie. D’autant plus que la stratégie de “front anti-écologistes” a été un échec là où il a été mis en place, comme à Bordeaux et Lyon.  
Le Monde le 29 juin à 14h42
Tchat
Bonjour, Emmanuel macron peut-il nommer Y. Jadot a Matignon en réponse a cette vague rose et verte ?

-CJ_
Oui, il peut nommer qui il veut ! Mais M. Jadot aurait-il intérêt à devenir premier ministre alors qu’il a l’occasion de devenir une figure de l’opposition ? 
Le Monde le 29 juin à 14h39
Tchat
On peut reprocher aux écologistes qu'ils sont élus avec 20% des inscrits, voire moins, reproche fait à Macron. Sont-ils vraiment légitimes avec leurs propositions et ne sont-ils pas que des élus des centre-villes riches?

-JM
L'abstention massive est le symptôme d’une crise démocratique profonde. Mais il n’y a pas de quorum et les élus sont légitimes. EELV ne perce pas que dans les centres-villes riches, il gagne par exemple à Arcueil et, dans une moindre mesure, Colombes, deux villes des Hauts-de-Seine. 
Le Monde le 29 juin à 14h33
Tchat
Pourquoi EELV apparaît désormais comme un opposant majeur à LREM (voire LREM-LR)? N'est-il pas possible d'être LREM et écologiste en même temps?

-écocentriste

La République en marche a contribué à créer ce nouveau clivage en favorisant dans plusieurs villes des “fronts anti-écolo”. Ils ont de fait placé EELV au centre du jeu politique et l'ont désigné comme le principal opposant. 

Pour votre deuxième question : tout le monde peut être écologiste, tout dépend ce que l’on met derrière le terme. Mais si l’écologie politique est la pensée qui veut sortir du modèle de la croissance, lutter contre le réchauffement climatique en changeant radicalement de modèle, relocaliser l’économie, sortir de la consommation effrénée, alors il pourrait y avoir une contradiction avec les programmes de certains partis de droite et du centre.
 
Le Monde le 29 juin à 14h25
Tchat
TCHAT Bonjour et merci pour ce live, je suis désolé de reposer ma question. J'ai le sentiment qu'en proposant deux référendums l'an prochain, Emmanuel Macron est en train d'essayer de fourbir ses armes en vue d'une éventuelle candidature en 2022 : de fait, il risque d'exister un consensus (plus ou moins large) sur les questions posées, notamment au sein de son aile gauche largement effritée, et même probablement chez certains PS/EELV. Est-ce un moyen de se réconcilier avec son aile gauche en vue de sa candidature ?

-Krakmat

Vous avez raison, les propositions d’Emmanuel Macron avec la Convention citoyenne pour le climat sont un signal envoyé à l’électorat écologiste pour leur dire qu’il entend leurs préoccupations. Il parle également à une partie de son électorat de 2017, déçu de la droitisation de sa politique et qui a trouvé en EELV un vote refuge. 

Difficile de dire, aujourd’hui, si la tactique du chef de l’Etat sera suffisante pour faire revenir à lui les déçus du macronisme. A gauche, beaucoup ont attendu le “tournant social” du quinquennat après la crise des “gilets jaunes” et ont été forts marris de voir arriver la réforme des retraites. Tout dépend donc des actes qui suivront ou pas les déclarations de ce midi.
 
Le Monde le 29 juin à 14h21
Tchat
Bonjour Mr Mestre, jugez vous probable qu'une union de la gauche puisse se faire pour les présidentielles de 2022, comptant PS et EELV, mais aussi PCF et FI ?

-Enzo
Ces municipales ont un enseignement majeur : il y a un rééquilibrage à gauche. EELV gagne de nombreuses villes, le plus souvent à la tête de coalitions de gauche. Le PS reste très fort dans ses bastions et gagne même trois villes d’importance (Saint-Denis, Montpellier et Nancy). Dans les deux derniers cas, il y a une alliance avec les écologistes.

La nouveauté est que EELV est désormais capable de gagner en menant de larges alliances. Auparavant, ce rôle était dévolu aux socialistes. 

Surtout, les écologistes arrivent à imposer leurs thèmes : les candidats socialistes font presque tous campagne sur les thématiques écologistes. Les meilleurs exemples de cette mutation du PS sont les villes de Paris, Rennes et Nantes. 
Dans le même temps, le PCF subit un sérieux revers dans ses places fortes. Et LFI est quasi absente du scrutin puisque les mélenchonistes ont décidé d’enjamber l’élection. Cela laisse le PS et EELV en tête-à-tête pour avoir le leadership à gauche. 
Mais aucun des deux ne peut gagner seul, ils sont donc condamnés à s’entendre s’ils veulent avoir une chance de remporter la présidentielle de 2022.
 
Le Monde le 29 juin à 14h09
Tchat
Bonjour, Quand on dissèque les programmes sur l’écologie des différents partis, ne peut on pas considérer que eelv se positionne maintenant plutôt comme la jambe droite d’une éventuelle future coalition rouge,fi,rose,génération.s, vert? Y’a-t-il encore des anti-libéraux chez les verts?

-Kevin Elul
Bonjour,

Non, on ne peut pas résumer EELV en disant qu'il serait la jambe droite de la social-démocratie. Les Verts sont, dans leur grande majorité, convaincus que l’écologie politique s’accompagne forcément d’un volet social. Ils résument cela avec ce slogan : “Fin du monde, fin du mois, même combat.” S’ils ne sont pas anticapitalistes, ils remettent néanmoins en cause l’économie libérale de marché en demandant plus de régulation, l’arrêt de la course à la croissance et à la surconsommation. Autant de points clivants que peu de formations politiques de gauche défendent. 
Le Monde le 29 juin à 14h08
Tchat
Tchat. Monsieur Mestre, les écologistes sont élus dans une grande coalition qui va du PS aux communistes. Pensez vous qu'ils vont avoir les coudées franches, je pense à ceux qui sont le moins à gauche politiquement, et ne vont ils pas se trouver rapidement entre leurs alliés et leur opposition déclarée,

-Curieuse
Bonjour, 

Tout dépend de quelle couleur était la tête de liste. Si c’était un candidat d’EELV, la gouvernance de la ville aura mécaniquement une forte teinte verte. Dans ce cas, ce sera aux autres formations de gauche de batailler. A l’inverse, si la tête de liste était PS, PCF, ou citoyenne, les élus EELV pourront être les aiguillons pour que les nouveaux maires appliquent le programme écologiste sur lequel ils ont été élus. 
 
Le Monde le 29 juin à 14h05
Tchat
Notre journaliste politique Abel Mestre répond maintenant à vos questions sur les conséquences politiques de la victoire de listes écologistes dans plusieurs grandes villes de France.
Le Monde le 29 juin à 13h19
Tchat
Posez vos questions à Abel Mestre

Notre journaliste politique Abel Mestre répondra à vos questions à partir de 14 heures sur les conséquences politiques de la victoire de listes écologistes dans plusieurs grandes villes de France et la réponse apportée par Emmanuel Macron aux propositions de la convention citoyenne. Vous pouvez dès maintenant lui envoyer vos questions.
Le Monde le 29 juin à 13h17
Sur lemonde.fr
Si le chef de l’Etat a pris soin d’expliquer aux membres de la convention citoyenne que nombre de leurs propositions dépendaient des collectivités locales ou relevaient du niveau européen, il a peu cité de mesures contraignantes ou chiffrées, telles que celles rédigées par les conventionnels, préférant évoquer des intentions, des encouragements, des engagements.
 
Le Monde le 29 juin à 13h11
Vos questions
Quels sont les 3 "jokers" que le Président a rejeté ?

-yoann
Bonjour, Yoann,
M. Macron a rejeté l’idée de limiter à 110 km/h la vitesse sur les autoroutes et de taxer à 4 % les dividendes des entreprises supérieurs à 10 millions d’euros. Même rejet pour la proposition faite par les délégués de réécrire le préambule de la Constitution pour y indiquer que “la conciliation des droits, libertés et principes ne saurait compromettre la préservation de l’environnement, patrimoine commun de l’humanité”.

Le président a estimé que la proposition de rédaction du préambule [menaçait] de placer la protection de l’environnement au-dessus des libertés publiques, au-dessus même de nos règles démocratiques, et c’est pourquoi [il] ne souhaite pas reprendre cette proposition parce qu’[il] considère qu'elle serait contraire à notre texte constitutionnel”
Le Monde le 29 juin à 13h05
Sur lemonde.fr
Emmanuel Macron a-t-il abordé la notion d'écocide ? Et la prendra-t-il en compte ?

-C'est vert mais juste
Bonjour,
 
Le président de la République a effectivement mentionné la notion d'"écocide", qui faisait l'objet d'une proposition de la convention citoyenne pour le climat. Si Emmanuel Macron reconnaît l'importance "structurante" d'utiliser ce terme, il a estimé qu'il devait d'abord être imposé au niveau international.
 

Je pense qu'une notion extrêmement structurante pour la protection des écosystèmes et la défense de l'écologie, la biodiversité, pour aujourd'hui et demain. Je crois d'ailleurs être l'un des premiers dirigeants à avoir employé ce terme lorsque l'Amazonie brûlait, il y a quelques mois. Je partage donc pleinement l'ambition que vous défendez, votre émotion face à des acteurs qui ont connaissance de cause et en toute impunité ravagé volontairement des écosystèmes entiers. La mère des batailles sur ce point est d'abord internationale. Il faut faire en sorte de l'inscrire dans le droit international pour que les dirigeants qui sont chargés par leur peuple de protéger le patrimoine naturel, et qui y faillissent délibérément, rendent compte de leurs méfaits devant la Cour pénale internationale. Soyez-en sûr, je porterai donc ce combat au nom de la France dans les instances multilatérales.
Le Monde le 29 juin à 12h53
URGENT
Ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron, qui vient de se terminer :

Face aux 150 citoyens de la convention citoyenne pour le climat, réunis lundi matin à l’Elysée, Emmanuel Macron s’est engagé à mener deux référendums sur l’environnement.
  • Un premier référendum devrait avoir lieu "d’ici à 2021" et portera sur l’introduction des notions de "biodiversité, d’environnement, de lutte contre le réchauffement climatique" dans l’article 1er de la Constitution. 
     
  • Le chef de l’Etat s’est aussi engagé à "laisser ouverte la possibilité de conduire dès 2021 un référendum sur la base de l’article 11 de la Constitution, sur un ou plusieurs textes de lois" reprenant les propositions de la convention citoyenne. S'il n'a pas dit quelles mesures pourraient être soumises au vote des Français, un projet de loi spécifique intégrant plusieurs dispositions sera présenté "à la fin de l’été".
     
  • M. Macron a cependant rejeté l’idée de limiter à 110 km/h la vitesse sur les autoroutes ou de taxer à 4 % les dividendes des entreprises supérieurs à 10 millions d’euros. Même rejet pour la proposition faite par les délégués de réécrire le préambule de la Constitution pour y indiquer que "la conciliation des droits, libertés et principes ne saurait compromettre la préservation de l’environnement, patrimoine commun de l’humanité".
Le Monde le 29 juin à 12h52
La possibilité de nouvelles conventions citoyennes

Le président a terminé son discours en annonçant la présentation au prochain conseil des ministres d'une réforme du Conseil économique, social et environnemental "qui fera du CESE la chambre des conventions citoyennes". "Il y aura d'autres conventions citoyennes", a affirmé le président de la République, qui a par ailleurs autorisé les membres de la convention citoyenne a user d'un "droit d'alerte" auprès du gouvernement et de lui même si la mise en oeuvre de leur proposition ne leur paraissait "pas assez ambitieuse".
Le Monde le 29 juin à 12h44
Le Monde le 29 juin à 12h44
URGENT
Un référendum sur certaines propositions de la convention

Le chef de l’Etat s'engage également à "laisser ouverte la possibilité de conduire dès 2021 un référendum sur la base de l’article 11 de la Constitution, sur un ou plusieurs textes de lois" reprenant les propositions de la convention. S'il n'a pas dit quelles mesures pourraient être soumises au vote des Français, un projet de loi spécifique intégrant plusieurs disposition sera présenté "à la fin de l’été".
Voir plus

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.