Convention citoyenne pour le climat : les zones de flou des annonces d’Emmanuel Macron

Le chef de l’Etat s’est exprimé lundi devant les membres de la Convention, sans entrer dans le détail des mesures.

Par et Publié le 29 juin 2020 à 12h42 - Mis à jour le 29 juin 2020 à 19h22

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Des membres de la Convention citoyenne pour le climat arrivent à l’Elysée pour une réunion avec Emmanuel Macron, le 29 juin.

En accusant réception des quelque 150 propositions de la convention citoyenne pour le climat, Emmanuel Macron a tenu à assurer, lundi 29 juin depuis l’Elysée, les citoyens volontaires sur la ­reprise quasi intégrale de leurs mesures. A l’exception de trois : la réécriture du préambule de la Constitution, la limitation de la vitesse à 110 km/h sur les autoroutes et la création d’une taxe de 4 % sur les dividendes pour des entreprises en distribuant plus de 10 millions d’euros par an. Si le chef de l’Etat a pris soin d’expliquer aux conventionnels que nombre de leurs propositions dépendaient des collectivités locales ou relevaient du niveau européen, il a peu cité de mesures contraignantes ou chiffrées, telles que celles rédigées par les conventionnels, préférant évoquer des intentions, des encouragements, des engagements.

Lire aussi Environnement : Emmanuel Macron propose deux référendums

S’il mentionne la rénovation des bâtiments, Emmanuel Macron ne donne aucun détail de ce que pourrait constituer ce vaste chantier à même de créer plusieurs centaines de milliers d’emplois. Il ne se prononce pas sur l’obligation de rénovation globale introduite par les volontaires, l’une des mesures de la convention au plus fort impact sur les émissions de gaz à effet de serre. Les 150 Français tirés au sort proposent en effet de contraindre les propriétaires oc­cupants et bailleurs à rénover leurs logements de manière globale (au lieu de changer une chaudière ou une fenêtre) d’ici à 2040, et d’ici à 2030 pour les « passoires thermiques », ces logements étiquetés F et G pour leurs faibles performances énergétiques, soit un triplement du rythme actueldes rénovations. Tous devront atteindre les niveaux de performance énergétique A, B ou C, ce qu’aucun texte n’oblige à faire aujourd’hui.

Le président évoque les « passoires thermiques » sous l’angle de la justice sociale, en insistant sur le fait que leur interdiction impose de trouver « des aides financières pour qu’aucun propriétaire, locataire ne soit dans une impasse ». Les conventionnels proposent justement dans leurs mesures des aides pour tous, le reste à charge des travaux devant être minime pour les plus démunis. Selon un chiffrage de l’Institut de l’économie pour le climat, l’obligation de rénovation des logements entraînerait une hausse de 11 milliards d’aides financières par an, à ajouter aux 4 milliards d’aides annuelles actuelles pour l’ensemble du parc.

« Investissement dans les transports propres »

Il vous reste 49.29% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.