Municipales 2020 : abstention historique au premier tour

Dans près de 8 800 communes, les maires auront été élus par moins de 50 % des électeurs lors du premier tour du scrutin le 15 mars.

Par Publié le 06 juin 2020 à 11h30 - Mis à jour le 06 juin 2020 à 22h49

Temps de Lecture 2 min.

Article réservé aux abonnés

Une abstention historique pour des élections municipales a marqué le premier tour, dimanche 15 mars : 55,34 %, soit près de 20 points de plus qu’en 2014. Si 30 143 communes ont élu leur conseil municipal, les maires qui ont été installés depuis le 23 mai, après la levée du confinement, n’auront jamais bénéficié d’un si faible apport de voix de leurs électeurs. A tel point que de nombreux recours ont été déposés devant les tribunaux administratifs, contestant la sincérité du scrutin, de nombreux électeurs, notamment les personnes âgées et fragiles, ayant renoncé à se rendre aux urnes du fait de la propagation du Covid-19. Selon un sondage Ipsos réalisé les 13 et 14 mars, avant le scrutin, pour près de 40 % des personnes disant ne pas vouloir aller voter, la peur du coronavirus était la cause principale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections municipales : un second tour si particulier

Fallait-il, dans ces conditions, maintenir le premier tour ? La question, depuis, ne cesse de diviser les milieux politique et juridique. Le Conseil constitutionnel va avoir à se prononcer sur deux questions prioritaires de constitutionnalité qui lui ont été transmises, le 26 mai, par le ­Conseil d’Etat. La première vise à l’annulation du premier tour des élections municipales dans toutes les communes de France. La seconde à l’annulation du premier tour dans les communes de plus de 1 000 habitants où des maires auraient été élus avec les voix de moins de 25 % des inscrits.

C’est le cas d’une trentaine de maires de villes de plus de 50 000 habitants. Parmi les noms les plus emblématiques, celui du ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, largement élu à Tourcoing (Nord) avec plus de 60 % des suffrages, mais une abstention de 74,6 %, ce qui fait qu’en définitive il n’a recueilli les voix que de 15 % des électeurs inscrits. A Coulommiers (Seine-et-Marne), la liste conduite par le ministre de la culture, Franck Riester – qui n’a pas ceint l’écharpe tricolore, laissant le fauteuil de maire à sa suivante de liste, Laurence Picard –, a obtenu 58,8 % des suffrages. Mais, avec 69,8 % d’abstention, cela représente seulement 17 % des inscrits. Quant au président de l’Association des maires de France, François Baroin, s’il a brillamment été réélu maire de Troyes, avec 66,8 % des suffrages, l’abstention, qui a atteint 69,4 % dans sa ville, réduit son score à 20 % des inscrits.

Au total, dans près de 8 800 communes, les maires auront été élus par moins de 50 % des électeurs. Ce scrutin, de fait, pose la question du « fait majoritaire » et de la légitimité des équipes municipales installées dans ces conditions, dans une période qui risque d’appeler de lourdes décisions. La démocratie s’en trouve fragilisée.

Il vous reste 0% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.