Face au coronavirus, la désillusion française

Pénurie de moyens, hôpitaux et écoles sous tension… La gestion de la crise épidémique a révélé les faiblesses de la nation « tombée de son piédestal », selon le politologue Jérôme Fourquet.

Par Publié le 06 juin 2020 à 09h07 - Mis à jour le 07 juin 2020 à 16h31

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

L’hôpital public, Jeanne en connaît toutes les forces et les faiblesses. Depuis plus de dix ans qu’elle fréquente ses couloirs, elle pensait avoir « tout vu ». Gériatre dans un hôpital francilien, rompue au manque de moyens structurel, elle ne s’attendait pas néanmoins à vivre « ça en France, en 2020 », raconte-t-elle encore choquée. Dans son unité dédiée aux personnes âgées, on n’a pas l’habitude de voir autant de gens mourir. L’arrivée du Covid-19, particulièrement dangereux pour cette catégorie de la population, a malheureusement changé la donne.

L’hôpital où travaille Jeanne ne disposait pas en mars de places suffisantes dans la morgue. Pour y remédier, l’administration a été obligée de louer, pendant la crise, un camion réfrigéré où ont été stockés les corps en attendant leur inhumation. Stationné jour et nuit pendant plusieurs semaines devant le centre hospitalier, il est demeuré à la vue de tous, soignants, familles, comme un symbole de l’impuissance du pays face au mal qui le frappe. « Pour la dignité des patients, c’est affreux », juge Jeanne qui a conscience qu’il n’était pas possible de faire autrement.

Pour cette médecin, comme pour les autres soignants, les familles des victimes et la société française en général, la crise du Covid-19 a été une épreuve que personne ne pensait raisonnablement avoir à traverser aussi difficilement dans une nation riche comme la France. Alors qu’Emmanuel Macron s’emploie à « tracer de nouvelles perspectives et (…) à dessiner de nouveaux horizons » – dans le courrier que le chef de l’Etat a adressé mercredi 3 juin aux présidents des trois assemblées (Assemblée nationale, Sénat et Conseil économique, social et environnemental) –, il devra composer avec des Français « sidérés », « tombés de leur piédestal », selon les mots de Jérôme Fourquet, directeur du pôle opinion et stratégies d’entreprise de l’IFOP.

Masque périmé

C’est que la sixième puissance mondiale a manqué. Ce qui ne lui était pas arrivé depuis des décennies. Elle a manqué de masques, de réactifs pour faire les tests, de gel hydroalcoolique, de surblouses… Certes, les Français le savent, l’hôpital est malade depuis un moment : moins de moyens, moins de personnels, trop de rigidités administratives… Mais ils ne s’en rendent pas forcément compte au quotidien, persuadés que les soignants sont capables de « combler toujours les trous, de compenser partout où il le faut quand il le faut », soupire un jeune urgentiste en grève depuis bientôt deux ans. « D’un côté, on voit un Etat puissant capable de confiner toute une nation, de l’autre, on réalise qu’on chute sur quelque chose d’assez dérisoire. Un masque, c’est bête comme chou », soupire Boris Vallaud, député (Parti socialiste, PS) des Landes. « Quand on nous apprend qu’il n’y a plus de Doliprane, la première chose qu’on se dit, c’est : mais on est où ?! », résume encore interloqué Laurent Berger, le patron de la CFDT.

Il vous reste 67.47% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.