Azzédine Taïbi, maire de Stains, échange avec son équipe  lors du premier jour du déconfinement en pleine épidémie de Covid-19, à Stains, Seine-Saint-Denis, le 11 mai 2020. Lucas Barioulet pour Le Monde
LUCAS BARIOULET POUR « LE MONDE »

« Il faut revoir tous nos projets au regard de ce que nous avons vécu » : quatre maires témoignent

Par

Publié le 23 mai 2020 à 08h14 - Mis à jour le 26 mai 2020 à 11h49

Le temps du bilan n’est pas encore arrivé, mais le retour à la normale se profile. Aux préoccupations sanitaires se substituent, jour après jour, les inquiétudes sur la réouverture des commerces et des collèges, la fréquentation des établissements culturels et l’arrivée de la saison touristique.

Après neuf semaines à la tête de leur municipalité en pleine crise due au Covid-19, les maires en attente de réélection voient aussi leur campagne électorale relancée par l’annonce de l’organisation d’un second tour, longtemps oublié, le 28 juin.

En zone rurale ou dans une sous-préfecture, dans un département classé « vert » ou « rouge », élus depuis le 15 mars ou briguant un nouveau mandat, quatre maires racontent au Monde, pour la troisième semaine consécutive, leurs appréhensions dans cette période de transition, pleine d’interrogations sur le monde d’après la pandémie.

  • Azzédine Taïbi, maire PCF de Stains (Seine-Saint-Denis)

« Je pense qu’il faut revoir tous nos projets au regard de ce que nous avons vécu. »

Azzedine Taïbi lors du premier jour de déconfinement, à Stains (Seine-Saint-Denis), le 11 mai.
Azzedine Taïbi lors du premier jour de déconfinement, à Stains (Seine-Saint-Denis), le 11 mai. LUCAS BARIOULET POUR « LE MONDE »

« Après ces huit semaines de confinement, je me dis que c’est une belle occasion, collectivement et individuellement, de revoir un peu nos modes de pensée, de déplacement, de vivre notre quotidien. Même si le déconfinement a été brutal, j’ai toujours cet espoir de renverser un peu la table et de passer à un autre mode de société. Notre système tourné vers la marchandisation, les habitants des quartiers populaires ne le vivent pas. En réalité, ils le subissent, et je m’étais dit que le confinement pourrait nous permettre de renouer avec de véritables valeurs tournées vers l’humain, des valeurs de respect de tous, qui protègent aussi notre environnement.

LE MONDE

A Stains, un élan de solidarité s’est mis en place et va se poursuivre, mais cela ne doit pas effacer la responsabilité du gouvernement. Je les ai vus, ces politiques d’austérité, se mettre en place dans les quartiers populaires. En tant qu’élu, on vous donne de l’argent pour vous faire plaisir d’un côté, on vous retire des services publics, des enseignants, des policiers de l’autre. Emmanuel Macron dit vouloir gérer les choses autrement. Je n’en suis pas certain.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « J’ai peur pour nos enfants, pour nos seniors, si une seconde vague arrive » : inquiets du déconfinement, quatre maires témoignent

On voit que la machine économique est en train de prendre le pas sur la santé et moi, les habitants de ma ville, ce sont essentiellement des travailleurs exposés, dans la sécurité, aux caisses des magasins, des infirmiers et des soignants, les premiers face aux virus.

Je ne sais pas s’il y aura une seconde vague d’épidémie. Par contre, je m’inquiète beaucoup pour les personnes qui ont d’autres pathologies et qui ne se sont pas soignées durant toute cette période de confinement. C’était très dur, y compris pour ceux qui ont été confinés dans des logements très petits avec cinq, six, sept personnes. On a mis en place un suivi psychologique avec les professionnels de santé pour venir en aide aux familles.

Il vous reste 70.02% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.