Emmanuel Macron, président « attentif et fidèle » au sort du Puy du Fou

A la suite de son intervention, le parc rouvrira le 11 juin. Edouard Philippe préférait, lui, temporiser avant une telle annonce.

Par Publié le 22 mai 2020 à 03h10 - Mis à jour le 22 mai 2020 à 10h01

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Un spectacle de chevaliers au parc historique du Puy du Fou, en septembre 2013.
Un spectacle de chevaliers au parc historique du Puy du Fou, en septembre 2013. WIKIMEDIA

Philippe de Villiers en est sûr : il vient de faire croquer Emmanuel Macron et Edouard Philippe dans sa « pomme de discorde ». Un soubresaut de plus, après deux mois d’une crise sanitaire due à l’épidémie de coronavirus qui a déjà agité par moments les maisons Elysée et Matignon. Cette pomme, c’est le Puy du Fou, deuxième parc à thème français en termes de fréquentation (2,3 millions de visiteurs en 2019), que l’ancien président du conseil général de Vendée a fait sortir des ronces du bocage, il y a plus de quarante ans. Mercredi 20 mai, à l’occasion d’un conseil de défense réuni à l’Elysée, le chef de l’Etat a poussé en faveur de sa réouverture rapide – elle sera effective le 11 juin –, tandis que son premier ministre préférait temporiser avant de se risquer à une telle annonce.

Le 13 avril, alors qu’il vient d’achever sa troisième allocution télévisée depuis le début de la crise, Emmanuel Macron décroche son téléphone pour appeler son ami Philippe de Villiers, rencontré quelques années plus tôt sur les banquettes de la Rotonde, restaurant de la rive gauche parisienne où l’ancien ministre de l’économie a fêté sa victoire à la présidentielle, en 2017.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Vendée, un été court-circuité par le coronavirus

Les deux hommes ne s’accordent pas sur grand-chose du point de vue politique – l’un se définit comme progressiste et proeuropéen, quand l’autre est un apôtre de la droite identitaire et souverainiste – mais ils ont noué une solide complicité. Emmanuel Macron ne manque jamais d’égards envers ces hommes – De Villiers, Michel Houellebecq, Eric Zemmour – aux idées éloignées des siennes mais qui vendent leurs livres au ton d’apocalypse par dizaines de milliers.

C’est d’ailleurs au Puy du Fou qu’il a posé les jalons de sa future campagne présidentielle, à la fin de l’été 2016, jurant devant les caméras qu’il n’était « pas socialiste ». Au téléphone, le président de la République promet à son interlocuteur d’œuvrer en faveur de l’industrie touristique en général et du Puy du Fou en particulier, durement éprouvés par le confinement. Faute de pouvoir ouvrir ses portes au public, le parc perd un million d’euros par jour, assurent ses dirigeants.

Lire aussi « Je ne suis pas socialiste » : la déclaration de Macron au Puy du Fou agace la gauche

« Ils veulent nous briser »

Dans les jours qui suivent, Philippe de Villiers s’étonne de ne pas réussir à joindre Matignon pour rentrer dans le concret de la promesse présidentielle. Il s’étrangle même, le 19 avril, quand il entend Edouard Philippe poser lors d’une conférence de presse les fondations du déconfinement sans toucher un mot du secteur touristique. « Ils veulent nous euthanasier ! », enrage-t-il sur Twitter. Le premier ministre finit par l’appeler, le 14 mai. Ce jour-là, Edouard Philippe a de bonnes nouvelles à annoncer : un « plan massif pour le tourisme » au niveau national de 18 milliards d’euros. Mais il prévient le Vendéen qu’il lui est impossible de se prononcer dès maintenant sur une date de réouverture tant que la situation sanitaire n’est pas stabilisée.

Il vous reste 49.82% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.