Coronavirus : le gouvernement promet des aides et une prolongation du chômage partiel pour faire face à la crise

Alors que le Medef a rouvert, durant le week-end, le débat sur l’augmentation du temps de travail, Macron est, lui, resté vague sur l’après.

Par , et Publié le 14 avril 2020 à 11h17 - Mis à jour le 15 avril 2020 à 08h40

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Rassurer tout en donnant un horizon. Alors que la récession économique s’ajoute à la crise sanitaire, Emmanuel Macron a tenté, lundi 13 avril, d’esquisser un « chemin » pour la reprise de l’activité, après avoir annoncé la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai. A l’issue d’un week-end pascal marqué par la controverse sur les « efforts » qui pourraient être demandés aux Français une fois la pandémie endiguée, il s’est, toutefois, montré vague sur « l’après », se concentrant sur la situation actuelle et les mesures d’accompagnement social nécessaires, selon lui, pour y faire face.

« Une aide exceptionnelle » sera versée « sans délai » aux familles « les plus modestes avec des enfants » et « les étudiants les plus précaires » ne seront pas oubliés, a déclaré le chef de l’Etat mais sans donner de précisions. Plusieurs réunions devaient avoir lieu mardi sur le sujet, en prévision d’une présentation lors du conseil des ministres, mercredi 15 avril.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Emmanuel Macron donne un horizon aux Français

Par ailleurs, « les mesures de chômage partiel pour les salariés et de financement pour les entreprises, seront prolongées et renforcées », a-t-il indiqué, soulignant que ces dispositions sont « inédites » et « protègent d’ores et déjà plus de 8 millions de nos salariés » (soit plus d’un sur trois). Il s’agira aussi de demander aux banques de « décaler toutes les échéances beaucoup plus massivement qu’elles ne l’ont fait », a demandé le président de la République. Depuis un mois, ces établissements se sont engagés à reporter jusqu’à six mois les remboursements de prêts, sans pénalités. « Les assureurs doivent être au rendez-vous », a-t-il aussi réclamé. Ces derniers ne couvrent pas le risque de catastrophe sanitaire et ont tardé à abonder le fonds de solidarité pour les petites entreprises. Ils y injecteront finalement 400 millions d’euros au lieu de 200.

110 milliards d’euros

Alors que l’hypothèse de la fermeture des écoles jusqu’en septembre circulait depuis quelques jours, M. Macron a annoncé qu’elles devaient « progressivement » rouvrir à partir du 11 mai car, selon lui, « la situation actuelle creuse des inégalités ». De quoi permettre aussi à cette date « au plus grand nombre de retourner travailler, redémarrer notre industrie, nos commerces et nos services ».

Un « plan spécifique » pour les secteurs « durablement affectés » sera « rapidement » mis en place et comprendra des « annulations de charges », a promis le président.

Il vous reste 65.95% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.