Coronavirus : Mayotte se prépare à « faire face à la vague »

La propagation du virus est redoutée sur cette île de l’océan Indien, dont les infrastructures médicales sont insuffisantes et où l’habitat est précaire.

Par Publié le 07 avril 2020 à 10h59 - Mis à jour le 07 avril 2020 à 16h55

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Le premier cas de Covid-19 à Mayotte a été identifié le 14 mars. Il s’agissait d’un voyageur de retour de l’Oise. Trois jours après, le 17 mars, l’île était placée en confinement, tout comme le reste du territoire français. Cette mise en confinement intervenue très tôt dans la chronologie de l’épidémie a probablement permis d’éviter, à ce stade, le « tsunami sanitaire » tant redouté dans ce département de 279 000 habitants sous-équipé médicalement au regard de la moyenne nationale, où 84 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, où quatre logements sur dix sont des constructions précaires et trois sur dix n’ont pas accès à l’eau courante.

Part des logements avec l’eau courante en 2017 au sein des 72 villages de l’île

Moins de 50 %

De 50 % à 80 %

Plus de 80 %

Zone inhabitée

 

Villages cumulant les difficultés sociales et économiques

 

Foyer épidémique de dengue au 25 mars 2020

Centre hospitalier de Mayotte

Réanimation adulte (1 site)

Surveillance adulte (1 site)

Autres hôpitaux de référence (4 sites)

 

Premier cas déclaré, un patient en provenance de l’Oise, détecté le 14 mars

H H 8 000 km de Paris
Chirongui
Kani-Kéli
Bandrélé
Bouéni
Moutsamoudou
Dembéni
Dzaoudzi
Mamoudzou
Sada
Barakani
Kahani
Tsararano
Coconi
Chiconi
Koungou
Acoua
Mtsangamouji
Tsingoni
Poroani
Ouangani
Nyambadao
Choungui
Mréréni-Kali
Combani
Mréréni
Majicavo-Koropa
Vahibé
Bouyouni
Longoni
Dzoumonié
Bandraboua
Mtsamboro
Mtsahara
0
5 km
Mayotte
La Réunion

Mayotte est dotée de 16 lits de réanimation en temps normal et devrait pouvoir disposer de 50 lits en prévision du pic de l’épidémie, tous dotés de respirateurs. La Réunion devrait quant à elle passer de 74 lits à 111 lits rapidement et dispose de 184 respirateurs.

Mercredi 25 mars, l’Etat a annoncé l’envoi du porte- hélicoptères Mistral, doté d’un hôpital militaire, afin d’épauler Mayotte et La Réunion dans leur lutte contre l’épidémie de Covid-19. Il pourra transporter du fret ou servir d’hôpital de délestage s’il bénéficie de renforts sanitaires.

Un confinement et des conditions de vie difficiles

Les gestes barrières, qui visent à freiner la propagation de l’épidémie, sont difficiles à respecter en raison de la précarité des conditions de vie. Un couvre-feu a été décrété à Mayotte de 20 heures à 5 heures du matin.

4 résidences sur 10 sont en tôle et 3 sur 10 sont sans accès à l’eau courante

16 villages sur 72 cumulent les difficultés. Cela représente 23 % de la population

Lire aussi Coronavirus : à la Guadeloupe, en Guyane, à la Martinique et à Mayotte, la crainte d’une possible catastrophe sanitaire

Trois semaines après l’apparition du premier malade, 147 cas ont été confirmés à Mayotte, dont 31 chez des professionnels de santé et une vingtaine chez les policiers ; 17 patients sont hospitalisés au centre hospitalier de Mamoudzou, et on compte 2 décès, chez des personnes qui présentaient d’importantes fragilités. « On se prépare activement pour faire face à la vague qui pourrait venir mais, pour l’instant, elle n’est pas là », veut rassurer le préfet, Jean-François Colombet. Le nombre de lits de réanimation a été porté de 16 à 25 et « on peut rapidement, en quarante-huit heures, passer à 50 », affirme-t-il. Toutefois, si le nombre de cas continue à augmenter régulièrement, il y a peu de malades en réanimation : seulement 3. Peut-être du fait de la jeunesse de la population, dont la moitié a moins de 18 ans, seulement 4 % ayant plus de 70 ans.

Un système de santé déjà en difficulté

Le système de santé est sous-dimensionné pour faire face à la pandémie. Les transferts de Mayotte vers La Réunion seront plus difficiles que d’ordinaire, La Réunion devant elle aussi faire face à la double crise de la dengue et du coronavirus. Par ailleurs, une part importante de la population souffre de pathologies qui rendent les malades plus vulnérables en cas de contamination.

 

9 médecins généralistes libéraux pour 100 000 habitants, contre 92 en France métropolitaine en 2016

Nombre de lits d’hôpital pour 100 000 habitants en 2018

14
35
39
48
55
60
Mayotte
Guyane
La Réunion
Guadeloupe
Martinique
France entière

Prévalence du diabète, en %

14
10,5
5
La Réunion
Mayotte
France entière

Prévalence de l’obésité chez les femmes, en %

23,2
47
17,4
La Réunion
Mayotte
France
métropolitaine

Une situation sanitaire préoccupante

Mayotte est frappée par une épidémie de dengue d'une ampleur exceptionnelle au moment où l'île doit faire face à la pandémie de Covid-19. La diffusion est plus rapide qu'en métropole ou qu'à La Réunion.

Cas déclarés de Covid-19

350
250
150
50
11 mars
5 avril
La Réunion
344 cas
Mayotte
147 cas

Taux pour 100 000 habitants au 23e jour de l’épidémie

Mayotte
La Réunion
France
52,6
35,8
21,6
*soit au 5 avril
*soit au 2 avril
*soit au 21 mars

Décès cumulés à Mayotte entre le 1er mars et le 23 mars

80
60
40
20
11 mars
23 mars
61 décès
2020
47 décès
2019
39 décès
2018

Epidémique de dengue au 25 mars 2020

2 495 cas

175 hospitalisations
dont 10 patients en réanimation

6 décès

Pour l’heure, l’épidémie ne s’est pas disséminée sur le territoire. Tous les cas contacts sont identifiés, avec des foyers de contamination circonscrits, soit en milieu professionnel (santé et police aux frontières), soit géographiquement. « L’écrasante majorité des cas est liée aux voyages, a expliqué jeudi 2 avril la directrice de l’agence régionale de santé (ARS) de Mayotte, Dominique Voynet, lors d’une audioconférence de presse. Certains se sont développés au sein d’une même famille. Mais, pour deux autres foyers, nous avons deux fréquentations possibles : ils sont tous allés dans le même cabinet médical et sont tous allés aux mêmes obsèques [à Bandrélé, dans le sud de l’île]. Dans ce cas, le risque est grand, puisqu’on a tendance à vouloir montrer de la compassion envers la famille et à oublier de ne pas serrer des mains ou de ne pas s’embrasser. »

Lire aussi Comment les outre-mer tentent d’endiguer l’épidémie due au coronavirus

Economie informelle désorganisée

Il vous reste 49.58% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.