Municipales : Agnès Buzyn, le casse-tête de LRM à Paris

L’ex-ministre reste la candidate officielle du parti pour le second tour des municipales à Paris. Au sein du mouvement, certains plaident pour qu’elle soit écartée, d’autres estiment impossible de changer une nouvelle fois de tête de liste.

Par et Publié le 23 mars 2020 à 12h00 - Mis à jour le 24 mars 2020 à 17h20

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Un déplacement d’Agnès Buzyn pendant sa campagne à Paris, le 23 février.
Un déplacement d’Agnès Buzyn pendant sa campagne à Paris, le 23 février. JULIEN MUGUET POUR LE MONDE

Retour au monde médical pour Agnès Buzyn. Après avoir stoppé net sa campagne pour la mairie de Paris au lendemain du premier tour, l’ancienne ministre de la santé a demandé sa réintégration à l’hôpital. A titre bénévole, elle aide déjà pour quelques jours Unicancer à s’organiser face à la crise du coronavirus, selon une information du Journal du dimanche confirmée au Monde par cette structure à but non lucratif qui fédère dix-huit centres privés de lutte contre le cancer français. La spécialiste d’hématologie et de cancérologie espère ainsi se rendre utile, dans cette période où le système de santé manque de bras.

Cette décision marque-t-elle la fin de sa carrière politique ou une simple parenthèse ? Concrètement, Agnès Buzyn va-t-elle rester la tête de liste de La République en marche (LRM) pour le second tour des municipales à Paris, envisagé pour le 21 juin, selon le projet de loi adopté par le Parlement dimanche 22 mars ? Lors d’une réunion téléphonique avec son équipe, mercredi 18 mars, l’ex-ministre ne s’est pas posé la question. « C’en était étrange, raconte un participant. Sans un mot d’analyse de notre mauvais score, on a parlé de la suite de la campagne, des éléments à changer dans le programme… Un peu comme les personnages de dessin animé qui continuent à courir dans le vide. »

Un dirigeant macroniste le confirme : « Agnès m’a assuré qu’elle voulait continuer. Elle est toujours candidate dans sa tête et entend bien le rester, après avoir repris sa casquette de médecin le temps de la crise. »

Un changement impératif ou nécessaire ?

Pour certains, il y a pourtant de quoi s’interroger. Non seulement la candidate désignée un mois avant le premier tour pour remplacer Benjamin Griveaux n’a pas réussi le miracle espéré : ses listes ont réuni 17,3 % des suffrages exprimés, loin derrière celles d’Anne Hidalgo (29,3 %) et de Rachida Dati (22,7 %), ce qui rend hors de portée une victoire de la majorité dans la capitale. Mais surtout, ses confidences au Monde sur la « mascarade » que représentait à ses yeux cette campagne en pleine épidémie et ses critiques à demi-mot du manque de réactivité de l’exécutif face au coronavirus ont semé le trouble. S’appuyant sur ces déclarations, trois médecins, représentants d’un collectif de soignants, ont porté plainte jeudi contre Agnès Buzyn et contre le premier ministre, les accusant de s’être « abstenus » de prendre à temps des mesures pour endiguer l’épidémie.

Il vous reste 63.4% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.