Coronavirus : l’exécutif mis sous pression pour avoir maintenu le premier tour des élections municipales

A midi, le taux de participation n’était que de 18,38 %, contre 23,17 % pour le précédent scrutin municipal, en 2014.

Par , et Publié le 15 mars 2020 à 15h37 - Mis à jour le 15 mars 2020 à 20h21

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Edouard Philippe à l'école maternelle Ancelot, au Havre, le 15 mars.

La Macronie s’est réveillée, dimanche 15 mars au matin, avec beaucoup de questions en tête. La veille, pour lutter contre la propagation du coronavirus, le premier ministre avait annoncé la fermeture des bars et restaurants « jusqu’à nouvel ordre ». Et cette déclaration du chef du gouvernement a jeté une lumière crue sur l’incohérence apparente que représente le maintien des élections municipales – 47,7 millions d’électeurs sont appelés aux urnes – dans un contexte où la France vient de passer au stade 3 de la gestion de l’épidémie.

Municipales en direct : Suivez les résultats après une journée de vote chamboulée par le coronavirus

Immédiatement après la prise de parole du chef du gouvernement, samedi soir, un sentiment de panique a envahi le sommet du pouvoir : comment faire appliquer les consignes de confinement, tout en maintenant le scrutin ? Comment justifier une telle décision, alors que l’organisation du second tour n’est, elle, pas assurée ?

« Si le gouvernement a d’ores et déjà pris la décision de reporter le second tour, il est alors inconséquent d’avoir maintenu le premier ! », s’est empressé de dénoncer le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, soulignant une « gestion erratique ». Six présidents de région, dont Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, ont demandé au même moment un report des élections.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Emmanuel Macron vante une « France unie » contre le coronavirus

Le doute a traversé l’exécutif toute la fin de la journée et la soirée de samedi. Selon un habitué de l’Elysée, c’est une « bataille de titans » qui s’est jouée entre les partisans de l’annulation et ceux de leur maintien. Une sorte de répétition des débats qui s’étaient déjà tenus, jeudi, alors que le chef de l’Etat avait hésité à reporter le scrutin. D’un côté, le président du MoDem, François Bayrou, et plusieurs députés importants de la majorité, ont plaidé en faveur d’un report.

« A vrai dire, je ne sais plus… »

« Dès jeudi, étant donné l’aggravation de la situation sanitaire, j’ai soutenu l’idée d’une annulation et d’un report des élections. Une conviction renforcée après les déclarations du premier ministre samedi soir. La situation pose beaucoup de questions pour le second tour », estime M. Bayrou, candidat à sa réélection comme maire de Pau.

De l’autre côté, à l’Elysée, le secrétaire général de la présidence, Alexis Kohler, aurait poussé dans le sens inverse, tout comme le directeur du cabinet d’Edouard Philippe, Benoît Ribadeau-Dumas. Une position également tenue, selon plusieurs sources, par le premier ministre lui-même. « Remettre en cause des élections n’est pas un acte anodin dans une démocratie », explique un conseiller au fait des discussions.

Il vous reste 63.74% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.