Référendum contre la privatisation d’ADP : radiographie d’un échec

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le recueil des signatures sera clos, loin du seuil nécessaire des 4,7 millions.

Par , , et Publié le 11 mars 2020 à 18h00 - Mis à jour le 12 mars 2020 à 06h21

Temps de Lecture 7 min.

Article réservé aux abonnés

Même si ses instigateurs ont du mal à le reconnaître, ce sera un échec. A minuit, dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13 mars, le recueil des signatures en soutien à l’organisation d’un référendum d’initiative partagée (RIP) sur la privatisation d’ADP (Groupe ADP) sera clos. Au dernier comptage officiel transmis par le Conseil constitutionnel, 1 116 000 soutiens avaient été enregistrés le 4 mars ; très loin des 4,7 millions de signatures nécessaires pour enclencher la suite de la procédure.

Les opposants pourront se réjouir d’une chose : leur initiative a repoussé le projet du gouvernement. Votée dans la loi Pacte en avril 2019, la privatisation restait au point mort tant que la procédure du RIP était en cours.

Au moment où le spectre d’un référendum s’éloigne, elle subit un coup d’arrêt supplémentaire. La question de la privatisation « ne saurait se poser dans l’immédiat », a déclaré Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, mercredi 11 mars. Les crises du coronavirus et du pétrole chahutent les marchés financiers. « Nous serions un bien mauvais gestionnaire si nous faisions le choix immédiat de céder les actifs et nos participations dans ADP », a-t-elle concédé. Mais si le projet gouvernemental est repoussé, il pourra toujours se faire à l’avenir, la stratégie des oppositions pour le bloquer avec un RIP ayant achoppé.

« Je pensais qu’on pouvait y arriver mais parvenir à près de 1,2 million de signatures, dans les conditions dans lesquelles on a dû travailler, c’est vraiment bien », relativise Valérie Rabault, présidente du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. « C’est une première constitutionnelle et une première tentative de référendum dans une campagne pas facile », rappelle la députée de Tarn-et-Garonne. Elle avait fait partie des parlementaires qui, dans un coup de poker, avaient, au printemps 2019, exhumé cette procédure créée par la révision constitutionnelle de 2008 sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi ADP : « Le pays ne veut plus que les biens communs soient bradés »

Personne, depuis, n’avait espéré voir ce processus aboutir. La première étape, réunir le soutien de 185 parlementaires, n’avait jamais été franchie. Les oppositions à Emmanuel Macron n’y sont parvenues qu’à la faveur d’une alliance inédite entre la droite et l’ensemble de la gauche hostile à la privatisation d’ADP prévue dans la loi Pacte. Le tout sur fond de mouvement des « gilets jaunes ». Sur les ronds-points, les protestataires ont popularisé l’idée du référendum d’initiative citoyenne (RIC).

Il vous reste 73.9% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.