Réforme des retraites : Force ouvrière quitte la conférence de financement

Chargée de ramener à l’équilibre le système de retraites d’ici à 2027, cette conférence doit faire des propositions avant la fin du mois d’avril.

Le Monde avec AFP Publié le 02 mars 2020 à 20h33 - Mis à jour le 02 mars 2020 à 20h45

Temps de Lecture 1 min.

Force ouvrière (FO) a claqué la porte de la conférence de financement pour équilibrer le système de retraites. Dans un communiqué publié, lundi 2 mars, à l’issue d’une réunion de la direction de son bureau confédéral, FO déplore le fait que le premier ministre a « dès le départ fixé des contraintes inacceptables, comme le refus de mesures conduisant à augmenter le coût du travail, autrement dit le refus de l’hypothèse de l’augmentation des cotisations ».

« Dans ces conditions, le bureau confédéral estime que la conférence ne permet pas de garantir la liberté de négociation », peut-on lire dans le communiqué. « La cohérence amène FO à refuser de cautionner l’impasse à laquelle conduit cette conférence de l’équilibre et du financement — celle du recul à nouveau de l’âge de la retraite  et estime par conséquent le moment venu d’en sortir. »

Initialement suggérée par la Confédération française démocratique du travail (CFDT), la conférence de financement a été installée fin janvier par le premier ministre, Edouard Philippe. Chargée de ramener à l’équilibre le système de retraites d’ici à 2027, elle doit faire des propositions avant la fin du mois d’avril.

Les organisations syndicales et patronales ont commencé les discussions le 18 février, mais dès le premier jour sont apparues des crispations, notamment à cause du fait qu’Edouard Philippe a écarté toute hausse des cotisations, au grand dam des syndicats. La Confédération générale du travail (CGT) menace aussi de quitter la conférence.

Lire aussi Retraites : à peine entamée, la conférence de financement se crispe

Manifestations dès lundi

Furieux du recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution pour faire adopter la réforme des retraites, la CGT, la Confédération française de l’encadrement - Confédération générale des cadres (CFE-CGC), FO, la la Fédération syndicale unitaire (FSU) et Solidaires, les organisations de lycéens FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), MNL (Mouvement national lycéen), UNL (Union nationale lycéenne) et d’étudiants UNEF (Union nationale des étudiants de France) ont appelé à des rassemblements « partout localement » dès lundi, dont un à Paris, place de la République.

Mardi, elles prévoient des manifestations devant les préfectures, les sous-préfectures et appellent aussi à la grève. A Paris, rendez-vous a été donné à 13 h 30 à la place de la République pour rallier la place de la Concorde.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réforme des retraites : la « version 49.3 » du projet de loi ne satisfait pas les syndicats réformistes

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.