Réforme des retraites : l’intersyndicale appelle à des manifestations contre le 49.3 partout en France mardi

Une journée d’action interprofessionnelle était déjà prévue le 31 mars, mais l’activation de l’article 49.3 par le gouvernement, pour faire passer le texte sans vote, a accéléré le calendrier de la contestation.

Par et Publié le 02 mars 2020 à 11h04 - Mis à jour le 02 mars 2020 à 17h00

Temps de Lecture 3 min.

L’annonce du recours au 49.3 peut-elle relancer la mobilisation contre la réforme des retraites ? L’intersyndicale, formée par la CGT, FO, Solidaires, FSU, la CFE-CGC et des mouvements de jeunesse, a appelé lundi 2 mars à organiser partout localement des rassemblements dès lundi et à des manifestations devant les préfectures et sous-préfectures mardi 3 mars pour « signifier avec force le rejet de ce texte », « y compris par le recours à la grève » « au moment de ce passage en force au Parlement », les motions de censure devant a priori être discutées mardi à l’Assemblée. Une journée d’action interprofessionnelle était déjà actée pour le 31 mars.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réforme des retraites : la « version 49.3 » du projet de loi ne satisfait pas les syndicats réformistes

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, avait initialement évoqué, samedi soir, la tenue d’une réunion de l’intersyndicale pour discuter d’une nouvelle mobilisation dans la semaine. Finalement, les échanges ont eu lieu par mails et téléphone dès dimanche pour aboutir à un texte commun. Ce recours au 49.3 « démontre l’impuissance du gouvernement à répondre aux interrogations sérieuses et légitimes des parlementaires à propos de ce projet incomplet, très approximatif aux multiples inconnues » estiment les organisations syndicales qui ajoutent : « Les mobilisations massives très importantes initiées depuis le 5 décembre n’ont pas été́ entendues par ce gouvernement mais le poussent à la faute. »

Samedi soir, les plus fervents des opposants au projet de loi qui se sont spontanément retrouvés devant l’Assemblée nationale après la prise de parole d’Edouard Philippe voulaient croire à un regain de mobilisation. « Dès qu’on l’a su, on a lâché les femmes, les maris, les enfants et on est venu là devant l’Assemblée, pour le symbole. J’espère que ça va relancer la lutte », témoignait Peggy, professeur de lettres modernes au collège Travail-Langevin de Bagnolet (Seine-Saint-Denis).

A ses côtés, son collègue Pierre (tous deux ont souhaité conserver l’anonymat), professeur d’histoire-géographie dénonçait un « déni de démocratie » : « A partir du moment où le gouvernement a la majorité à l’Assemblée, le texte allait être voté donc ce 49.3 c’est qu’ils refusent même le débat. Je ne me sens plus représenté par ces gens-là. »

« Continuer à mettre la pression »

Le mot d’ordre « Tous à l’Assemblée » en cas de recours au 49.3 courrait depuis plusieurs jours dans les réseaux mobilisés contre la réforme. Mais, au final, ils n’étaient que quelques centaines à s’être rassemblés sur le pont de la Concorde, tagué à cette occasion d’un « Non au 49.3 ». « En faisant ça un samedi soir, ils ont pris tout le monde de court, il nous faut attendre lundi pour en discuter avec nos collègues », expliquait une enseignante en maternelle à Paris. Comme elle, tous témoignaient cependant d’une vive effervescence sur les réseaux sociaux et groupes de discussion d’opposants à la réforme des retraites. « Difficile pour l’instant d’avoir une vision globale. Lundi les choses vont s’affiner parce que nous nous verrons et parce qu’il y aura des retours un peu partout », indiquait également une bibliothécaire annonçant l’organisation d’une assemblée générale « à l’arrache » avec ses collègues.

Des AG s’annonçaient également dans les écoles, collèges et lycées les plus mobilisés ou encore à l’Opéra de Paris, dont les personnels se sont réunis lundi à 13 heures. Avant même l’annonce du recours au 49.3, ces derniers avaient annoncé la reprise de la grève après le vote par les députés, samedi midi, de l’article signant la fin de leur régime spécial. Trois représentations ont été annulées samedi et dimanche à Garnier et à Bastille, et une à la Comédie-Française. A Garnier, les représentations ont également été annulées lundi soir.

Dimanche en fin d’après-midi, les acteurs ont convoqué Molière pour fustiger la réforme dans un happening joué depuis les fenêtres du théâtre, place Colette à Paris, mis en musique par les musiciens de l’Opéra. Quelques centaines de personnes étaient venues les applaudir. « La question c’est : comment on peut continuer à mettre la pression ?, s’interrogeait Anne Goulier, secrétaire du CSE de l’Opéra de Paris. Est-ce que c’est par la grève ? Est-ce qu’il nous faut être plus imaginatif ? On ne peut pas lâcher maintenant ! »

Notre sélection d’articles sur la réforme des retraites
Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.