Retraites : LR fait une contre-proposition pour éviter le recours au 49.3

Alors que l’exécutif tergiverse au sujet de cette disposition qui permettrait d’adopter la réforme des retraites sans vote au Parlement, le parti de droite tente de s’afficher dans une démarche « constructive ».

Par Publié le 26 février 2020 à 10h28 - Mis à jour le 27 février 2020 à 15h34

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Le président du parti Les Républicains Christian Jacob, à l’Assemblée nationale, à Paris, le 24 février.
Le président du parti Les Républicains Christian Jacob, à l’Assemblée nationale, à Paris, le 24 février. LUDOVIC MARIN / AFP

Surtout, sortir de l’étau qui s’est, doucement mais sûrement, mis en place à l’Assemblée nationale. Se faire entendre au milieu de la cacophonie politique orchestrée par un gouvernement désireux de faire adopter sa réforme des retraites au plus vite, et une opposition, principalement de gauche, décidée à faire durer le débat. Pour Les Républicains (LR), l’examen en séance de la refonte du système de retraites porte en lui un enjeu majeur : celui de la crédibilité et de la visibilité.

Le parti, qui a essuyé coup sur coup deux revers électoraux historiques, une première fois à la présidentielle de 2017, puis aux européennes de 2019, doit aujourd’hui coûte que coûte apparaître comme une formation de gouvernement. Un groupe d’hommes et de femmes capables de prendre les rênes du pays le jour venu. Alors, méthodiquement, inlassablement, LR joue la carte de la responsabilité dès qu’il le peut.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Réforme des retraites : l’exécutif temporise sur le 49.3

C’est dans cette optique que la formation de droite a décidé, mardi 25 février, de déposer une proposition de résolution visant à « éviter le recours au 49.3 », mesure permettant d’adopter une loi sans vote au Parlement et à laquelle le couple exécutif songe de plus en plus sérieusement, tout en repoussant son éventuelle application. Le texte à article unique « invite le gouvernement à déposer un nouveau projet de loi » examiné en « temps législatif programmé » : la disposition attribue un temps de parole global à chaque groupe en fonction de son importance numérique, sur un nombre de semaines décidées à l’avance pour l’examen d’un projet de loi.

Chemin de crête étroit

Opposés à un passage en force du gouvernement, Christian Jacob, le président du parti, et Damien Abad, député de l’Ain et patron du groupe à l’Assemblée, estiment, dans une lettre adressée au premier ministre, Edouard Philippe, qu’une « réforme qui bouleverse à ce point notre système de retraites exige en effet un débat de qualité qui puisse aborder l’ensemble des orientations prévues par le texte sans faire l’impasse sur aucun sujet ».

La veille, c’était Guillaume Larrivé, élu de l’Yonne, qui demandait sur France Info qu’Edouard Philippe réunisse les présidents de partis pour « tenter d’organiser intelligemment le travail parlementaire ». « Deux mois de travail sérieux, intégrant les propositions de la conférence de financement », a-t-il plaidé. « Au rythme où nous avançons, il faudrait six semaines, a calculé Annie Genevard, députée du Doubs et vice-présidente de l’Assemblée, lors d’une conférence de presse. Qu’est-ce que six semaines de débat, rapportées à deux ans de préparation ? »

Il vous reste 36.13% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.