Allocation adulte handicapé : les députés votent une valorisation, contre l’avis du gouvernement

Les députés LRM et MoDem ont été mis en minorité sur ce texte contenant notamment une valorisation de l’allocation adulte handicapé.

Par Publié le 13 février 2020 à 19h53 - Mis à jour le 14 février 2020 à 16h53

Temps de Lecture 3 min.

Relire l’article

Bienvenue dans l’espace de réactions

Pour améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

Les contributions (20)

Noleb 20/02/2020 - 10h06

il est fort ce Jupiter. Il aura réussi à tout redonner du pouvoir au Parlement sous la Ve pourtant taillée sur mesure pour le Président. Autant d'incompétence c'est beau!

A part ça bravo messieurs et mesdames député/es LRM qui avez réfléchi par vous même au lieu de suivre bêtement les consignes de vote. Vous voyez, c'est possible, et ça fait du bien.

Victor M 15/02/2020 - 08h29

Il est urgent de revaloriser et réformer l'allocation adulte handicapé.
Je connais beaucoup de gens autour de moi qui souffrent de différents handicaps (suite à une maladie, à un accident, à la naissance) et qui en plus de vivre en situation de grande pauvreté, n'ont pas les moyens d'acheter des équipements basiques indispensables pour vivre avec leur handicap.

A. LE COMTE 14/02/2020 - 18h13

Ce pouvoir est à vomir !!!

[email protected] 14/02/2020 - 13h08

Enfin un peu de dignité ! j'espère simplement que ce vote ne restera pas que symbolique.....Personne en situation de handicap.

Alex André 14/02/2020 - 12h32

Il est intéressant de savoir que la REM (en minorité dans la salle) a demandé une suspension de séance pour essayer de rameuter leurs députés .... sans succès

dump 14/02/2020 - 08h09

Le soit disant côté "humain" ou "non humai," n'est qu'une fumisterie de communication qui n'a marché que vis à vis des idiots qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Cependant c'est révélateur de plusieurs choses: d'abord -comme souvent- de l'idiotie d'une proposition sans queue ni tête (pourquoi 12 au lieu de 5 ? pourquoi pas 8 ou 15 etc!) alors que les cas d'applications sont si rares et qu'il y a d'autres sujets que le député aurait pu défendre (p.e. celui des centaines d'habitants de sa région privés de logement par les intempéries depuis plusieurs mois et attendant toujours les assurances...). Ceci n'est devenu "quelque chose" que par l'habituelle arrogance idiote de la majorité face à la mauvaise foi (intelligente) de l'opposition. Car c'est contre le gouvernement et non pour les familles qu'il y a eu ce tam-tam, "l'inhumanité" du coup étant générale !!!

alain29 14/02/2020 - 04h55

Cet épiphénomène sur l'AAH,sans conséquence réelle, illustre la crise parlementaire qui va affecter la réforme phare sur les retraites. Comme l'a dit sans polémique politicienne le Conseil d'Etat ce projet est techniquement bâclé. Il ne passera pas juridiquement le Conseil Constitutionnel. Il dénature complètement le projet initial de campagne de EM et il est désormais rejeté en l'état par l'opinion. Les députés ont la possibilité de censurer Philippe pour son incompétence ; qu'ils osent enfin s'affirmer devant leurs électeurs !

Kissifrot84 17/02/2020 - 07h58

Sans conséquence réelle ! L’allocation de compensation du handicap est versée par les départements . Cette augmentation, non prévue au budget 2020 , sera donnée au préjudice d’autre chose puisque le gouvernement baisse ses dotations aux départements tout en augmentant leurs charges.

Jogg 14/02/2020 - 18h35

De quel le projet initial de campagne de EM parlez vous? Ce mensonge qui consistait à dire qu'il ne toucherait pas aux retraite ni à l'age et sur lequel il a été démocratiquement élu par une minorité de français qui ont voté pour lui d'une courte majorité pour éviter ce qu'on croyait être pire ?

A. LE COMTE 14/02/2020 - 18h11

"Il ne passera pas juridiquement le Conseil Constitutionnel" ... Puissiez-vous avoir raison !!

Jean Kazadi 14/02/2020 - 14h49

Comme l’a si bien dit quelqu’un hier: «  le peuple », ce sont les membres de mon parti; «  l’opinion » , c’est celle de mon parti.

deder 14/02/2020 - 02h31

Ce seul critère, humain ou non-humain devrait suffire à orienter nos jugements et nos décisions. Si ce critère devient pertinent en politique, nous avons vraiment entamé une ère nouvelle.

F Cortox 14/02/2020 - 18h47

Un peu simpliste, non ? Comment arbitrez-vous entre tous les sujets "humains" à défendre ? Quelles limites ? On ne peut malheureusement pas donner indéfiniment plus à tous les réfugiés, sans abris, handicapés, retraités, endeuillés, étudiants, orphelins, malades, mères célibataires, chômeurs longue durée, etc.

Jean Kazadi 13/02/2020 - 22h33

J’essaie de comprendre: comment la majorité a été mise en minorité pour que le parlement adopte cette proposition ? Quelqu’un peut-il m’expliquer ?

Fifideparis 13/02/2020 - 23h14

Les parlementaires de la majorité qui ont voté avec les élus de l'opposition ont peut-être conscience de l'importance du sujet pour le pays. Cela fait plus de deux ans que les acteurs dans le champ du handicap et des personnes âgées attendent le projet de loi grand âge. Or à chaque fois c'est différé. L'année dernière le projet de loi était censé être rendu public en octobre, on nous l'annonce désormais pour l'été 2020. Et avant qu'il soit voté définitivement par le Parlement, ce ne sera pas avant 2021 pour une application en 2022. Vous comprendrez peut-être que face à certaines urgences, la réponse du Gouvernement de renvoyer les questions posées par la propostion de loi à une future loi ne peut pas convaincre.

Alain-Michel Seux 13/02/2020 - 22h57

La réponse est dans les chiffres: "44 voix contre 31". C'est à dire que la grande majorité des députés n'était simplement pas là. Donc celui qui maintient le plus de députés dans un hémicycle vide gagne.

PL 13/02/2020 - 22h54

Explication : 44 voix contre 31 (sur pas loin de 600 députés). Ca veut dire que la plupart des députés n'étaient pas là ou n'ont pas pris part au vote. Je ne sais pas trop comment ça marche concrètement (on peut y voir un problème d'absentéisme mais d'un autre côté l'assemblée doit être ouverte quasi 24/24 et certains votes ont lieu à 3 h du mat, les députés ont aussi le droit de dormir) mais c'est en tout cas souvent le cas pour des textes "mineurs". Il y a très peu de députés présents et donc des surprises possibles, surtout si certains députés de la majorité votent "contre leur camp" (pour peu que "leur camp" soit leur parti et pas le pays qu'ils sont censés servir mais c'est un autre débat ;) )

MathParis 13/02/2020 - 22h15

Mon cher quotidien, encore un article bâclé et incompréhensible. Par pitié un peu de rigueur et de respect pour le titre LE MONDE.
Il me semble que pour une fois une réponse du médiateur serait la bienvenue.
Bon continuation à la Rédaction.

Fifideparis 13/02/2020 - 23h22

Je suis désolé de vous contredire Mathparis mais l'article du Monde n'est pas bâclé. J'ai regardé sur le site de l'Assemblée Nationale la vidéo de la séance et l'article traduit fidèlement ce qui s'est passé et le contenu du texte. Je veux remercier les journalistes du Monde pour leur réactivité et leur sérieux dans le traitement de l'information.

PMF 13/02/2020 - 22h28

Rien compris, effectivement. On ne connaît même pas le contenu de la proposition de loi.

ACHILLE031 13/02/2020 - 22h11

La panique et le doute s'installent dans l'esprit des députés LREM. Cette histoire de congé pour deuil aura fait des dégats en Macronie dont les élus commencent à tétaniser, au point pour certain de ne pas résister aux arguments des oppositions. La cohesion LREM est entamée, Macron et son gouvernement ont du souci à se faire. D'autant plus que les discussions en hémicycle sur les retraites débutent lundi. Comme quoi un petit caillou initialement insignifiant peut ébranler une armée. Ce soir une inquiétude supplémentaire s'installe à l'Elysée et Matignon.

[email protected] 13/02/2020 - 21h34

On a du mal à prendre en compte la situation en l'absence du texte ou d'exemples concrets, mais si ce vote va dans le sens d'une revalorisation des aides aux personnes handicapées, alors c'est bien. Peut-être est-il même possible de faire encore plus pour ces personnes et les mettre definitivement à l'abri des soucis financiers et matériels. L'handicap et la pauvreté sont les injustices les plus importantes dans nos sociétés, depuis toujours.

Junko sur Tabei 13/02/2020 - 21h28

Le texte en blanc c’est le communiqué de l’AFP j’imagine mais le grisé, il est de vous ?
« Ce qui signifie que vous ne touchez son montant maximal, 900 euros, donc, désormais, que si vous n’avez pas d’autres ressources. »
Que vient faire le « donc desormais » dans cette phrase ? Vs expliquez le present ? Le futur ?En la lisant, je comprends qu’avant cette loi un handicapé pouvait toucher les 900 meme s’il avait d’autres ressources. Pourtant, plus haut vous rapportez que cette meme loi permet de supprimer les revenus du conjoint du calcul’des ressources de la pers handicapée...

J’ai rien compris mais c’est pas grave. Que l’opposition ait fait passer une loi ne peut etre qu’une bonne nouvelle pour la société francaise en general et la democratie en particulier.

JMG 13/02/2020 - 21h23

On ne comprend strictement rien quel est le détail du texte? Est il cohérent avec la législation actuelle ? Comment le dispositif sera-t-il financé ? Etc... mais bien sûr il est plus simple de crier à l’inhumanité...

JMG54 14/02/2020 - 07h59

La presse française ne se réduit pas au journal Le Monde ! Il faut compléter l'information ailleurs.

Claude Ferrand 13/02/2020 - 21h18

En quoi ne pas prendre en compte le revenu du conjoint, principale mesure du texte, est-il plus juste et plus humain? Réponse : en rien. Au contraire. C'est socialement injuste.

Fifideparis 14/02/2020 - 09h01

En effet, comme l'indique Pfff, cette allocation est versée pace qu'une personne est reconnue handicapée sot à hauteur de 80% soit entre 50% et 79% avec une restriction durable de travailler. Il s'agit de lui donner un minimum de ressources pour compenser le fait qu'elle est en situation de handicap. Alors que le handicap génère des coûts très imparfaitement pris en charge par d'autres prestations (comme la prestation du handicap), faire dépendre ce minima social du revenu du conjoint est en effet très infantilisant. On peut être pour ou contre mais la Secrétaire d'Etat est arrivée à l'Assemblée non pas pour débattre du fond en parlant des avantages et inconvénients, de la position du Gouvernement sur le principe mais pour dire ce n'est pas le bon moment, on en discutera plus tard sachant que le plus tar (projet de loi grand âge est reporté d'année en année, désormais on nous annonce été 2020 en conseil des ministres et donc sans doute 2021 pour son adoption et 2022 entrée en vigueur)

Pffff 14/02/2020 - 06h00

L'allocation adulte handicapé est une compensation liée aux frais supplémentaires générés par le handicap, pas un revenu. En cela, venir déduire de cette aide les revenus du conjoint était très mal vécu comme infantilisant par les personnes concernées.

Avant de contribuer

Bienvenue dans l’espace de discussion que Le Monde met à disposition de ses abonnés. Nous souhaitons y développer un débat ouvert et respectueux. C’est pourquoi :

  • Les contributions doivent respecter les limites de la liberté d’expression (pas de diffamation, pas d’injure, pas de propos discriminatoires…)
  • Toute contribution que Le Monde estime contraire à la bonne tenue du débat ne sera pas publiée.

Sachez que les propos que vous y tenez peuvent vous engager juridiquement. Pour en savoir plus sur les règles de l’espace de contributions du Monde, cliquez ici.

Pour contribuer à la discussion, vous devez être abonné.

Rejoignez une communauté de 300 000 abonnés pour explorer, analyser et débattre.

Abonnez-vous à partir de 1 €

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Faites avancer le débat en partageant votre point de vue.

Consultez le journal en version numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13 heures.

Services