« Même ceux qui sont à fond avec nous ont peur des retombées » : l’étiquette RN complique les municipales

Le parti d’extrême droite ne présente pas de candidat dans certaines villes, malgré des scores électoraux impressionnants lors des derniers scrutins.

Par Publié le 12 février 2020 à 18h46 - Mis à jour le 13 février 2020 à 15h02

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Fabrice Thiry, tête de liste RN aux élections municipales de Juvignac (Hérault), utilise une remorque pour diffuser ses affiches. Le 27 janvier.
Fabrice Thiry, tête de liste RN aux élections municipales de Juvignac (Hérault), utilise une remorque pour diffuser ses affiches. Le 27 janvier. Sandra Mehl pour "Le Monde"

Les résultats électoraux ne créent pas forcément une implantation locale. A l’approche des élections municipales, de nombreuses places fortes de Marine Le Pen n’auront pas de listes estampillées Rassemblement national (RN), malgré des scores impressionnants lors des derniers scrutins.

Amnéville, en Moselle : plus de 53 % à la présidentielle de 2017, plus de 40 % aux européennes de mai 2019. Pas de candidat. Courrières, dans le Pas-de-Calais : près de 54 % à la présidentielle, plus de 42 % aux européennes. Pas de candidat. Les exemples se multiplient dans les départements où le parti est peu implanté, mais aussi dans ses zones de force. Sur les vingt-sept listes annoncées dans le Var, contre une trentaine en 2014, deux ne sont pas encore finalisées. Celle de La Garde – 25 000 habitants, plus de 47 % pour Marine Le Pen à la présidentielle – risque de ne jamais voir le jour, faute de femmes.

Des absences révélatrices de la carence en cadres locaux, éternelle lacune du parti d’extrême droite. « On ne fait pas une liste avec des scores mais avec des personnes », justifie le secrétaire départemental du RN dans le Var, Frédéric Boccaletti, ajoutant que le parti avait « tiré les conséquences » des échecs de 2014.

L’état-major lepéniste affirme ainsi avoir été plus exigeant sur le profil des personnes, en tentant d’éviter les candidatures sulfureuses dont la presse a pu se faire l’écho. Mais aussi en insistant pour que les candidats tiennent leur mandat six ans durant, afin de ne pas subir une nouvelle hémorragie : un quart des conseillers municipaux frontistes ont quitté leur siège depuis leur élection. Au Luc, deux maires FN ont même raccroché l’un après l’autre, le premier pour des raisons de santé, la seconde « n’a pas supporté la pression », confie M. Boccaletti.

En 2014, « ils n’avaient pas conscience du travail, donc ça a beaucoup démissionné », confirme la déléguée RN en Ardèche, Céline Porquet, elle-même tête de liste à Viviers. Cette fois, assure-t-elle, « on a été plus pointilleux ». Résultat : deux listes dans tout le département, contre quatre en 2014.

La flamme et ses conséquences

Autre frein majeur des candidatures RN : la réticence persistante à voir son nom associé à une liste d’extrême droite. Fabrice Thiry le sait. « Si vous pouviez flouter la plaque sur les photos… », demande-t-il en expliquant que son 4x4 a été rayé dans les rues de Juvignac. Il faut dire que le candidat du Rassemblement national ne passe pas inaperçu dans la commune de l’Hérault où il circule avec son gyrophare et une remorque placardée d’affiches brandissant le soutien du parti à la flamme.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.