Réforme des retraites : des manifestants usés, mais galvanisés par l’avis du Conseil d’Etat

Si l’effet de la mobilisation sur les fiches de paie fait hésiter de nombreux manifestants, l’avis sévère rendu vendredi par le Conseil d’Etat renforce leur opposition. Une nouvelle journée de mobilisation est annoncée pour le 6 février.

Par , , , , , , , et Publié le 29 janvier 2020 à 21h05 - Mis à jour le 30 janvier 2020 à 11h00

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 29 janvier.

Une « guerre d’usure ». Le mot est revenu dans la bouche de manifestants à Rennes, Paris, ou Angers qui ont défilé pour la huitième journée de mobilisation interprofessionnelle contre la réforme des retraites. « Cinquante-six jours de mobilisation, c’est très significatif. Il y a des bonds, des rebonds, des moments de doute, pour nous comme pour le gouvernement. Cela va se jouer sur les nerfs, la ténacité et le courage », explique, à Rennes, Fabrice Lerestif, secrétaire général du syndicat Force ouvrière (FO) en Ille-et-Vilaine.

Lire aussi : Revivez la mobilisation du 29 janvier en direct

« On ne lâchera pas tant qu’ils ne lâcheront pas, lance, bravache, à Paris, un agent de la centrale nucléaire de Gravelines (Nord). On garde le doigt sur la sûreté mais si ça continue, on appuiera sur le bouton et il fera tout noir ! »

Des égoutiers durant la manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 29 janvier.

Mais d’autres commencent à tirer la langue. C’est que les premières fiches de paie de janvier sont arrivées. Et chez les cheminots, comme pour Sylvie, agent d’accueil à la gare de Lyon-Perrache, elles affichent souvent « 0 euro ». « Quand j’ai vu ça, j’ai eu les larmes aux yeux. Je ne pensais pas qu’ils étaient capables de tout retirer d’un coup », dit-elle en expliquant que lors de précédents mouvements il y avait eu des étalements. A 49 ans, elle n’a plus d’enfants à charge mais, célibataire, elle n’a pas d’autres ressources. « Ça me donne encore plus la haine », ajoute t-elle, précisant cependant que, désormais, elle ne participerait plus qu’« aux temps forts » de la mobilisation.

« Jusqu’où on est prêt à aller ? »

Selon le ministère de l’intérieur, plus de 108 000 personnes ont manifesté mercredi en France, nettement moins que lors des sept précédentes journées. La CGT n’a pour sa part pas fourni de chiffres au niveau national. La Place Beauvau a compté 13 000 manifestants à Paris et la CGT 180 000. A titre de comparaison, 249 000 personnes avaient manifesté selon le ministère vendredi (dont 31 000 à Paris), contre 1,3 million selon la CGT (dont 350 000 à 400 000 à Paris). Certains ont déploré le choix d’un mercredi ou le très court délai pour s’organiser depuis l’annonce de la date pour les professions devant se déclarer grévistes 48 heures à l’avance.

Professeur d’histoire-géographie au lycée Saint-Exupéry, dans les quartiers nord de Marseille, Jérémy avait participé aux sept manifestations précédentes. Pas à celle-là. Mobilisés, avec son épouse, ils ont déjà perdu près d’un millier d’euros : « Ça pèse énormément. Maintenant on se demande : jusqu’où on est prêts à aller, est-ce qu’on va priver nos deux filles de certaines choses pour pouvoir continuer le mouvement ? »

Il vous reste 57.29% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.