A Bruay-sur-l’Escaut, le Rassemblement national s’est fait sa place

Aux dernières européennes, la liste RN a obtenu 51,5 % dans cette commune du Nord.

Par Publié le 13 septembre 2019 à 12h30

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Au Palais de la bière, petit troquet situé sur la place de la mairie de Bruay-sur-l’Escaut, on ne parle pas politique. On préfère débattre des courses du PMU. Mais, après le déjeuner, autour d’un café, les langues de quelques-uns des 11 638 habitants de cette commune du Nord se délient. Et tous semblent prêts à choisir la même écurie pour les prochaines municipales : le Rassemblement national (RN).

Ici, à deux pas de Valenciennes, un électeur sur deux vote pour le parti de Marine Le Pen. Aux dernières européennes, l’extrême droite a décroché 51,51 % des suffrages contre 49,94 % en 2014. A la dernière présidentielle, même scénario : Marine Le Pen réalise 46,24 % au premier tour puis 64,02 % au second tour face à Emmanuel Macron (abstention à 29,8 %).

Il faut remonter loin dans le temps pour voir le Front national plafonner à 21,34 %, au premier tour de l’élection présidentielle de 2007, ou à 27,6 %, au premier tour des régionales de 2004. Si, depuis plus de dix ans, le RN s’est fait une place dans les isoloirs bruaysiens, « ce n’est pas une ville où notre stratégie est affinée », explique Sébastien Chenu, porte-parole du RN et député dans la circonscription voisine. « Il y a une équipe militante qui fait son travail mais pas de leader alors que les scores y sont exceptionnels. »

Selon lui, ce succès s’explique à travers les facteurs socio-économiques : « Bruay est une ville abîmée, en souffrance, où il y a des problèmes de sécurité. Nous, on croît dans tout ce secteur du Valenciennois », dit-il. Les villes voisines ne sont en effet pas épargnées par cette montée en puissance des votes RN.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les communes que le Rassemblement national est en mesure de gagner

« Je veux une véritable justice, une vraie sécurité »

Au PMU de Bruay-sur-l’Escaut, Manu, d’origine espagnole, peste sur ces médias qui refusent de dire que « les seuls qui ne sont pas intégrés sont d’origine africaine ». Autour du zinc, on dénonce les « Chaouis », ces étrangers qui « envahissent ». L’ancienne ville minière au passé brassicole ne fait plus rêver. Le taux de chômage dépasse les 25 %, le taux de pauvreté est à 29 % et les habitants, à majorité ouvriers ou retraités, ont un revenu médian annuel de 13 370 euros quand la moyenne française est à 19 785 euros, selon les dernières données de l’Insee, datant de 2016. Le bouc émissaire est ici tout trouvé. Comme Manu et ses copains ne croient plus aux politiques, « tous pareils », ils aimeraient essayer le RN. « J’ai voté à gauche, à droite et il n’y a rien qui se fait, dit un client. Je veux une véritable justice, une vraie sécurité. L’étiquette on s’en fout tant que le boulot est fait. »

Il vous reste 57.85% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.