Coronavirus : un fichier de police détourné pour repérer les récidivistes qui violent le confinement

Après la découverte par un avocat rennais, le ministère de l’intérieur a préparé dans l’urgence un arrêté pour corriger la faille, publié jeudi au Journal officiel.

Par et Publié le 15 avril 2020 à 12h03 - Mis à jour le 16 avril 2020 à 13h00

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

C’était un peu la panique dans les services juridiques du gouvernement depuis le jeudi 9 avril. Ce jour-là, un jeune avocat, commis d’office auprès d’un récidiviste du non-respect du confinement jugé en comparution immédiate, obtient du tribunal judiciaire de Rennes la relaxe. Rémi Cassette a découvert une malfaçon juridique dans la procédure, ce qui a amené la présidente du tribunal à reconnaître la nullité. Une anomalie dans le dispositif policier mis en place par le ministère de l’intérieur pour contrer l’épidémie due au coronavirus.

La loi sur l’état d’urgence sanitaire a prévu de sanctionner le non-respect des règles du confinement par une amende de 135 euros. En cas de récidive dans les quinze jours, le contrevenant peut être verbalisé avec une amende de 1 500 euros (ramenée à 200 euros fin mars). Mais à partir de quatre violations en trente jours, l’infraction passe de la catégorie « contravention » à celle de « délit » et est passible d’une amende de 3 700 euros et de six mois d’emprisonnement.

Me Cassette s’est rendu compte que, pour constater la réitération de l’infraction, les policiers et gendarmes consultaient un fichier, baptisé ADOC (pour Accès au dossier des contraventions), sur lequel les verbalisations électroniques de son client avaient été enregistrées. Or ce fichier créé par un arrêté du 13 octobre 2004 était destiné aux infractions routières et non pour les contraventions de 4e catégorie (135 euros).

Nullité

L’avocat a donc plaidé la nullité de la procédure en invoquant l’usage détourné d’un fichier de police. Ce que le tribunal a reconnu… en prenant son temps. Chose rare en comparution immédiate. A l’audience du 2 avril à laquelle Me Cassette, épaulé par sa consœur Valérie Castel-Pagès, a défendu le cas de cet homme de 19 ans rétif au confinement, le tribunal a choisi après quarante minutes de délibéré de ne pas trancher tout de suite, sans doute pour procéder à des vérifications juridiques. Le jugement de relaxe n’a été rendu que le 9 avril. Le parquet a néanmoins fait appel depuis.

Toutes les condamnations prononcées depuis la loi du 22 mars par les tribunaux de Grenoble, Paris, Belfort, Troyes et d’ailleurs pour « réitération, à plus de trois reprises dans un délai de 30 jours, de violation des interdictions ou obligations édictées dans une circonscription territoriale où l’état d’urgence sanitaire est déclaré » auraient pu être frappées par la même nullité. Mais, sauf pour celles qui sont contestées en appel, elles sont définitives.

Il vous reste 52.3% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.