« Sept ans de trahisons », épisode 5 : Macron, échec et mat

podcast Les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme reviennent sur leur série d’articles autour du naufrage du PS, à lire sur le Monde.fr. Avec un extrait exclusif de l’entretien que Michel Sapin, ministre des finances de François Hollande, et ancien « voisin » d’Emmanuel Macron à Bercy, a accordé aux auteurs.

Publié le 11 septembre 2019 à 17h19 - Mis à jour le 30 novembre 2019 à 09h46

Relire l’article

Bienvenue dans l’espace de réactions

Pour améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

Les contributions (6)

José 13/09/2019 - 14h20

Je rassure les lecteurs, la fin de cette publication est prévue... pour janvier 2022

Critique 17/09/2019 - 22h00

J'allais justement poser la question question car ca fait un moment que ca traîne en ligne ! Merci pour la réponse...

Ironique 12/09/2019 - 13h42

On comprend facilement la rancune et l'animosité des socialistes envers Macron. Mais n'est-ce pas leur médiocrité et leur zizanie qui l'ont incité à faire cavalier seul ?
Tout finira par s'effacer, comme la rancune envers Chevènement et Taubira, les principaux artisans de la défaite de Jospin en 2002 : ces politiques de gauche comme de droite ont trop envie de retourner au pouvoir.
Par ailleurs, pourquoi un conseiller ou candidat ne pourrait-il pas être appuyé par un patronat de gauche ? D'autres reçoivent bien l'appui de patrons de droite, de syndicats, d'artistes, voire de chefs d'État étrangers.

P MARTI 12/09/2019 - 11h49

Dommage que ces podcasts ne soient pas disponibles dans l'application Podcasts d'Apple...

Aloes 12/09/2019 - 11h37

Cette affaire ne fait que confirmer l’intelligence de Macron et son opportunisme pour tourner la page d’un épisode de notre vie politique sans perspective et à bout de souffle .Hollande étant un peu le Louis XVI de la fin du cycle .Les hommes forts transgressent toujours pour imposer leur propre stratégie , la rupture des liens dans cette perspective est inévitable .

.. 11/09/2019 - 20h05

Voir dans Marianne l'article "ADP: genèse d'une privatisation entre copains". L'ADN de la macronie. La privatisation d’ADP est l'un de ces moments où la corruption morale de toute une caste dirigeante se dévoile au grand jour, la pudeur et la prudence, qui empêchaient jusque-là que de trop grands scandales n'éclatent, ayant fini par s'étioler. Le cœur de cette caste est composée de représentants de la très haute fonction publique, celle issue des grands corps ou des directions prestigieuses de Bercy, qui brade maintenant le patrimoine des Français pour son intérêt propre au lieu de défendre l'intérêt général.

fopa 13/09/2019 - 07h29

Que la vente soit judicieuse ou pas, tout ça sent fort le pognon et l'entre soi.

.. 12/09/2019 - 23h27

Prise illégale d'intérêts, trafic d'influence, mélange des genres, contrats de complaisance: mots vides de sens et "bla-bla" pour une formation politique qui affiche un Richard Ferrand en tête de gondole. Sans parler de ce qu'on trouve en rayon derrière: on y cherche une personnalité de premier rang qui ne traîne pas une casserole ou un conflit d'intérêt. Situation attestée par les classements internationaux : la France stagne au 23e rang mondial depuis des années, derrière les Etats-Unis ou les Emirats arabes unis.

Aloes 12/09/2019 - 11h32

Maxime L à raison du bla bla ....! Des bijoux de famille qui ne rapportent rien ( 55 ans de dividendes pour recevoir autant que le cash proposé) , , d’autant que ceux qui veulent garder les bijoux de famille se battent pour ruiner les aéroports en prônant la réduction du trafic aérien ...Aucune cohérence dans tout ça !

.. 11/09/2019 - 23h45

Un échantillon: le député Roland Lescure, président de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, et qui fut rapporteur général de la loi Pacte où figurait la privatisation d’Engie, de la Française des Jeux et d’ADP. Avant son élection, Roland Lescure dirigeait un fonds de pension nord-américain qui doublé sous sa direction les investissements dans les paradis fiscaux (14 milliards en 2016 dans les îles Caïman, 3,3 milliards en Suisse, 2,5 milliards aux Bermudes et 1 milliard aux Îles Vierges) et qui pourrait devenir actionnaire d’ADP, et l’est peut-être même déjà anonymement. Le fonds de pension a en effet ouvert un bureau en France spécialisé dans les infrastructures. Pour d'autres infos sur la brochette des honorables militants de cette spoliation de l'état voir l'article en accès libre.

Maxime L. 11/09/2019 - 22h40

J'ai lu. Bof. Du blabla. La seule question est: 10 milliards maintenant ou 50 ans de dividendes. Le tout pour une galerie commerciale et le développement de transport tout sauf écologique. Si ça sert à rembourser une toute partie de la dette avant que les taux se retournent ou si ça sert à payer les instits, pourquoi pas. Sinon si c'est juste pour payer des fonctionnaires territoriaux ou des commissions theodule, non merci je garde les 50 ans de dividendes pour l'état.

Arjuna 11/09/2019 - 19h10

Et les auteurs (investigateurs politiques selon leur propre appellation) de conclure : E. "Macron avait une trajectoire claire ... la sienne". Tout ce travail pour en arriver à cette conclusion ! C'est désopilant de fatuité, d'autant plus que le journaliste prétend s'intéresser autant à l'aspect humain qu'aux idées. Si le monde des idées était vraiment leur terrain d'investigation, ils comprendraient qu'E. Macron avait comme idée majeure d'assumer le pouvoir en regard du constat partagé par tous que l'état du pays était mauvais et que sa gestion était médiocre. Il avait en plus cet autre constat intérieur, une conviction, d'avoir quelque chose d'utile à apporter au pays. L'équation est simple : agir en raison d'une intuition et d'une intention exige d'avoir une trajectoire claire. Laissez mourir ce qui est obsolète et tenter d'agréger ce qui est dynamique pour créer du mouvement, c'est-à-dire l'allant vers le neuf. Qu'auraient voulu nos détectives ? L'immobilisme ...

Avant de contribuer

Bienvenue dans l’espace de discussion que Le Monde met à disposition de ses abonnés. Nous souhaitons y développer un débat ouvert et respectueux. C’est pourquoi :

  • Les contributions doivent respecter les limites de la liberté d’expression (pas de diffamation, pas d’injure, pas de propos discriminatoires…)
  • Toute contribution que Le Monde estime contraire à la bonne tenue du débat ne sera pas publiée.

Sachez que les propos que vous y tenez peuvent vous engager juridiquement. Pour en savoir plus sur les règles de l’espace de contributions du Monde, cliquez ici.

Pour contribuer à la discussion, vous devez être abonné.

Rejoignez une communauté de 300 000 abonnés pour explorer, analyser et débattre.

Abonnez-vous à partir de 1 €

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Faites avancer le débat en partageant votre point de vue.

Consultez le journal en version numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13 heures.

Services