Le coronavirus est-il en train de se stabiliser en Chine ? Posez vos questions à notre correspondant

Quels risques fait peser l’épidémie, qui a fait plus de 900 morts en Chine, sur le pouvoir communiste ? Frédéric Lemaître répond à partir de 11 heures.

  • L’épidémie due au coronavirus, qui a fait plus de 900 morts en Chine continentale et 40 000 malades, dépasse désormais le bilan du SRAS apparu au début des années 2000.
  • Les derniers chiffres officiels chinois laissent cependant espérer une stabilisation de la progression des nouveaux cas.
  • La fin des fêtes du Nouvel An lunaire, dimanche, fait néanmoins peser le risque d’une nouvelle aggravation avec la reprise de l’activité des grandes villes et des déplacements de la population.
  • Rien qu’à Pékin 8 millions d’habitants partis en province pour les fêtes seraient sur le point de rentrer.
  • Depuis la mort, officiellement reconnue vendredi 7 février, du docteur Li Wenliang, l’un des premiers à avoir essayé – en vain – d’attirer l’attention des autorités sur la gravité du nouveau virus, le pouvoir est sous le feu des critiques.

Une sélection de nos contenus sur le sujet :

Réagissez
Voir la nouvelle actualité
[email protected] le 10 février à 12h04
Tchat
Merci d'avoir suivi ce tchat sur l'épidémie provoquée par le coronavirus en Chine. Bonne journée, et à bientôt pour un prochain tchat.
[email protected] le 10 février à 12h02
Tchat
Bonjour, Comment faites vous pour continuer à exercer votre métier au quotidien sans vous mettre en danger ?

-AUTAN31
Frédéric Lemaître: Réponse, en détail, dans la page Horizons que nous devrions publier sur le sujet dans le journal qui doit paraître mercredi (daté de jeudi) et sur notre site. Mais il n’y a pas de scoops : en limitant les sorties et en privilégiant le téléphone et les mails.
[email protected] le 10 février à 11h58
Tchat
Je croyais que depuis le SRAS les marchés comportant des animaux sauvages étaient interdits ! Le non-respect de cette interdiction pourrait-il constituer une bonne raison de sanctionner la Chine, et si oui de quelle façon ?

-JALICE
Frédéric Lemaître: Et non. Ces marchés ne sont pas interdits. Et je ne suis pas sûr que la France, avec ses escargots, ses grenouilles, ses huîtres et ses oursins soit le mieux placée pour donner des leçons !  
[email protected] le 10 février à 11h56
Tchat
Bonjour et merci pour ce live. Sait-on aujourd'hui l'origine de ce coronavirus ?

-Fad
Frédéric Lemaître: Là encore, je vous renvoie aux informations sur la fameuse chauve-souris et le pangolin du marché de Wuhan. Les scientifiques internationaux privilégient de plus en plus cette hypothèse. Je vous renvoie au cahier Sciences publié par Le Monde la semaine dernière. Je sais, bien sûr, qu’il y a des scénarios qui circulent sur le fameux laboratoire P4 de Wuhan mais je ne dispose d’aucune information particulière sur le sujet. Désolé.
[email protected] le 10 février à 11h53
Tchat
Bonjour,Quand peut-on s’attendre à un retour à la normale et à la fin de la mise en quarantaine de la région du Hubei selon vous ?

-Jules
Frédéric Lemaître: Bien évidemment, je me garderai bien de répondre. Certains parlent d’un pic du virus dans les toutes prochaines semaines, d’autres voient la fin du tunnel pour le printemps ou l’été.
[email protected] le 10 février à 11h51
Tchat
Bonjour, y a t-il une aide internationale mise en place ? Le gouvernement Chinois est-il le seul à lutter contre l'épidémie sur son territoire (hors observateurs de l'OMS) ? Je n'ai entendu parler que de rapatriements.

-Q de P
Frédéric Lemaître: Pas vraiment. Se voulant un “grand pays scientifique”, la Chine n’a pas fait appel à l’aide internationale. Néanmoins, elle reconnaît désormais manquer notamment de masques et reproche aux Etats-Unis de ne pas vouloir l’aider alors que Washington affirme que c’est Pékin qui a refusé les offres qui lui étaient faites. Bref, l’aide internationale est très politique. Par ailleurs, plusieurs pays, notamment l’Allemagne, ont profité des vols "aller" des avions destinés aux rapatriements pour apporter du matériel à la Chine. Je crois que ce n’est pas le cas de la France.
[email protected] le 10 février à 11h44
Tchat
Quels sont les risques politiques concrêts pour l'état-parti à ses différents niveaux hiéarchiques?Jusqu'où le citoyen chinois de base peut- il remettre le système en question?

-Gargantua
Frédéric Lemaître: Le citoyen ne peut pas remettre le système en question, mais il est faux de croire que le Parti ne tient pas compte de l’avis de la population. C’est toute l’ambiguïté de ce régime. Les dirigeants savent très bien que l’harmonie à laquelle ils aspirent et qui leur assure de rester au pouvoir ne peut être trouvée qu’en répondant à certaines demandes de la population. Significativement, les quelques intellectuels qui s’expriment depuis vendredi s’appuient sur la Constitution pour réclamer davantage de liberté d’expression. ​
[email protected] le 10 février à 11h38
Tchat
Bonjour, la colère provoquée par la mort de Li Wenliang le jeune medecin lanceur d’alerte sur le virus peut elle destabiliser réellement le pouvoir chinois?

-Jaclina
Frédéric Lemaître: Cette mort contribue à mettre le pouvoir en porte-à-faux vis-à-vis de son opinion. Elle renforce les critiques à son égard et elle donne un visage à cette épidémie. Un martyr aussi. Mais, pour le moment, je ne vois pas d’autre remise en question. Il est intéressant de noter que les quelques voix courageuses qui s’élèvent actuellement réclament surtout plus de libertés, et non que des têtes tombent. Il y a sans doute un bon nombre de Chinois qui pensent qu’en ces temps difficiles seul un pouvoir fort a les moyens de résoudre rapidement cette crise. C’est d’ailleurs le discours que véhicule la propagande.    ​
[email protected] le 10 février à 11h32
Tchat
La chine va-t-elle être sanctionnée pour avoir tardé à lancer l’alerte et pour avoir voulu étouffer les rumeurs de découverte d’un nouveau coronavirus?

-MargauxL
Frédéric Lemaître: Je  ne crois pas que quiconque parle de “sanctionner” la Chine. D’ailleurs, le seul juge théoriquement possible - je dis bien théoriquement -  serait l’Organisation mondiale de la santé (OMS), or son directeur général ne cesse de vanter la “rapidité” et la “transparence” de la réaction chinoise. Même Donald Trump ne cesse d’apporter son soutien à son “ami” Xi JInping.  
[email protected] le 10 février à 11h30
Tchat
L’épidémie de coronavirus peut-elle provoquer une perte de potentiel et un ralentissement durable de l’économie chinoise?

-Mencius
Frédéric Lemaître: Il est évident que plus elle se prolonge, plus elle aura un impact. Mais je crois assez à un effet rattrapage. Si la Chine tourne au ralenti durant trois ou quatre mois, elle a une réelle capacité de rebondir très rapidement par la suite. Les Chinois font actuellement des économies forcées. Tant pour compenser que par patriotisme, ils n’hésiteront pas, par la suite, à dépenser ce qu’ils ont épargné.
[email protected] le 10 février à 11h26
Tchat
La Chine est-elle réellement à l'arrêt ? Les entreprises fermées, les villes complètement vides ? Nous voyons les images de France, mais cela semble impossible (ravitaillement, travail etc) de contenir des millions de Chinois avec des villes bloquées complètement.

-Images VS réalité
Frédéric Lemaître: Réellement à l’arrêt, non, mais il est sûr qu’elle fonctionne en régime très ralenti. A Pékin, je ne pense pas que plus de 10 % des magasins soient ouverts. Et c’est la même chose dans tout le pays. La production industrielle, d’après quelques témoignages, doit être comprise entre 20 % et 50 %. Au risque de me tromper, je  pencherais d’ailleurs plus pour 20 % que pour 50%. 
[email protected] le 10 février à 11h24
Tchat
Bonjour, l'OMS parle de stabilisation mais n'est il pas encore trop tôt d'utiliser ce terme quand on ne sait pas vraiment l'évolution des autres foyers infectieux notamment les pays voisins ?

-Trotro
Frédéric Lemaître: De fait, j’ai le sentiment que le directeur général de l’OMS qui, depuis sa visite à Pékin le 28 janvier — où une photo le surprend en train de faire une génuflexion devant Xi Jinping — n’a pas manqué de couvrir la Chine d’éloges, est en train de faire preuve de davantage de prudence. Il n’exclut pas qu’au niveau international "nous ne voyons que la partie émergée de l’iceberg". Ce qui est une expression tout sauf rassurante.
J’étais au Laos il y a deux semaines. Officiellement, aucun cas de coronavirus n’y a été relevé. Pourtant, personne n’y croit. Idem en Afrique: je sais que le climat peut expliquer l’absence de cas mais comment ne pas également penser au manque de moyens de dépistage pour expliquer cette situation. 
[email protected] le 10 février à 11h18
Tchat
Bonjour le bilan des décès et des contaminés en Chine n’est-il pas sous estimé? Merci pour votre live

-Analia
Frédéric Lemaître: C’est en quelque sorte la suite de la question précédente. Si vous ne croyez pas les chiffres officiels, la Chine a perdu la bataille de la communication. Et c’est ce qui est en train de se produire pour trois raisons. La première est que la Chine a, durant plus de trois semaines, nié l’importance voire l’existence de la crise. La deuxième est qu’elle fait taire ceux qui veulent enquêter ou attirer l’attention sur des situations difficiles. D’où l’éditorial du Monde de vendredi midi qui correspond exactement à ce que pense une bonne partie des Chinois: sans la liberté d’informer, il n’y a pas de santé publique durable. La troisième raison est que les moyens déployés sont tels, notamment la mise en quarantaine du Hubei mais aussi les restrictions désormais imposées aux déplacements quotidiens dans nombre de villes du sud du pays, que beaucoup de gens se demandent ce que tout cela cache. Même s'il n’y a peut-être rien à cacher.
Autre raison de se méfier des chiffres: les autorités ne sont sans doute pas non plus au courant de la situation réelle, car nombre de Chinois, en ce moment, hésitent à se rendre à l’hôpital. Il est tout à fait possible que, dans le Hubei notamment, des décès ne soient pas attribués au coronavirus alors que celui-ci en est bel et bien la cause. Malgré tout, en raison de la pression internationale et de l’observation du comportement du virus dans d’autres pays, la Chine ne peut pas non plus produire des données trop éloignées de la réalité.  
[email protected] le 10 février à 11h08
Tchat
Bonjour, je souhaiterais savoir si cette crise sanitaire qui touche la Chine et le monde peut être utilisée à des fins géopolitiques par XI Jinping.

-Julio
Frédéric Lemaître: Bonjour. Bien sûr. D’ailleurs, pour le moment le discours chinois consiste à dire : "Vous pouvez remercier la Chine, nous contribuons à améliorer la santé dans le monde en ayant partagé toutes les informations sur le virus, en construisant un hôpital à Wuhan dans un temps record et en mettant en quarantaine près de 60 millions de personnes pour éviter  la propagation du virus." Sous-entendu : “La Chine sacrifie une de ses provinces pour sauver le monde.”
D’ailleurs, au journal télévisé, les Chinois découvrent tous les soirs les messages de remerciements et de félicitations venus du monde entier, et les ambassadeurs chinois sont très présents, tant sur les réseaux sociaux que dans les médias des pays où ils sont en fonctions.
Mais s’il ne faut évidemment pas être dupe de ce discours, il n’est pas interdit de penser qu’il y a aussi  une exploitation politique de cette crise par certains, notamment aux Etats-Unis. La crise du coronavirus est aussi une guerre de communication.  
 
Le Monde le 10 février à 09h40
L'épidémie est-elle en train de se stabiliser, comme le laissent entendre les derniers chiffres des autorités chinoises ? La fin des fêtes du Nouvel An lunaire fait-elle peser le risque d'une nouvelle aggravation ? Quels risques fait-elle peser sur le pouvoir chinois, de plus en plus critiqué pour sa gestion de la crise ?

Coronavirus : la semaine où tout peut basculer

Coronavirus : la semaine où tout peut basculer

Le Monde.frLa fin des fêtes du Nouvel An lunaire fait peser le risque d’une nouvelle aggravation de l’épidémie en Chine. Mais le risque est aussi politique alors que les critiques contre le pouvoir se multiplient.
Le Monde le 10 février à 09h35
Bonjour à tous,
Bienvenue dans ce tchat consacré à l'épidémie liée au coronavirus, qui a fait plus de 900 morts en Chine continentale et plus de 40 000 malades. Vous pourrez poser vos questions à Frédéric Lemaître, correspondant du Monde à Pékin, à partir de 11 heures.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.