Coronavirus : le grand flou des tests sérologiques

La Haute Autorité de santé (HAS) a rendu public son troisième avis sur leurs conditions d’utilisation. Un arrêté gouvernemental clarifiant la situation est attendu.

Par et Publié le 19 mai 2020 à 06h17 - Mis à jour le 19 mai 2020 à 15h44

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

On s’attend à les voir poindre à tout instant à l’horizon mais ils n’y surgissent jamais : depuis le début de la crise sanitaire en cours, l’attente des tests sérologiques du Covid-19 évoque un peu Le Désert des Tartares de Buzzati. Après que la Haute Autorité de santé (HAS) a rendu public, lundi 18 mai, son troisième avis sur les conditions d’utilisation de ces tests, le gouvernement devrait, dans les jours prochains, prendre un arrêté clarifiant enfin la situation. Et sortir du flou dans lequel se trouvent soignants et patients : parmi tous les tests sur le marché aujourd’hui, auxquels peut-on se fier ? Les laboratoires de biologie médicale, qui ont commencé à faire des stocks, attendent la réponse avec impatience.

Si les tests virologiques (dits « PCR ») détectent la présence du virus sur un prélèvement effectué dans le nasopharynx du patient, ces tests se pratiquent, eux, sur un échantillon sanguin. Ils permettent de savoir si une personne a déjà été contaminée par le SARS-CoV-2 – parfois sans symptômes.

Infographie Le Monde

La HAS a livré ses recommandations à leur sujet en trois temps. Début avril, d’abord, pour établir le cahier des charges à respecter. Puis le 2 mai, sur les tests sérologiques les plus éprouvés, dits « ELISA ». L’autorité les recommande, sur prescription, pour confirmer un diagnostic de Covid-19, pour conduire des études épidémiologiques, ou pour tester les personnels, même asymptomatiques, dans des institutions médico-sociales ou travaillant dans des milieux confinés (Ehpad, internats, porte-avions, etc.).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : la Haute Autorité de santé rend un avis prudent sur les tests sérologiques

Quant aux trois catégories de tests sérologiques « unitaires », ils sont au centre des dernières recommandations de la HAS. Les tests de diagnostic rapide (TDR), d’abord. Réalisés en laboratoire de biologie médicale, ils reçoivent les mêmes indications que les tests ELISA. Les TROD (« tests rapides d’orientation diagnostique »), en revanche, sont réalisés hors laboratoire (pharmacie, médecine de ville, infirmière, etc.). Les indications sont là restreintes à trois situations : études épidémiologiques, malades suspectés d’être atteints mais éloignés des laboratoires de biologie ou encore les personnels de certaines institutions d’accueil.

Les « autotests », enfin, effectués à domicile par le patient : ils ne sont pas recommandés. En cause, dit la HAS, les « incertitudes sur les modalités d’interprétation » – ils ne sont pas aussi simples à lire qu’un test de grossesse, comme certains l’ont affirmé.

Il vous reste 67.38% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.