Coronavirus : en Nouvelle-Aquitaine, deux clusters illustrent les risques d’un relâchement des mesures de précaution

En Dordogne, à la suite d’un enterrement, et dans la Vienne, dans un collège, l’agence de santé est parvenue à remonter le fil des « cas contacts » d’une personne dépistée positive au Covid-19.

Par Publié le 11 mai 2020 à 03h00 - Mis à jour le 11 mai 2020 à 09h26

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Le cimetière d’Eglise-Neuve-de-Vergt, près de Périgueux, en Dordogne, où un groupe de malades du Covid-19 a été identifié après un enterrement organisé à la fin du mois d’avril.

C’est un scénario qui avait été majoritairement évité en Nouvelle-Aquitaine, région qui se targuait, à la veille du déconfinement progressif, d’être la moins touchée de France par le Covid-19. Deux clusters − ou cas groupés − ont été ces derniers jours détectés et pris en charge par l’agence régionale de santé (ARS). Le premier dans le village d’Eglise-Neuve-de-Vergt, à proximité de Périgueux, en Dordogne, et le second à Chauvigny, dans la Vienne. Si plusieurs cas ont été identifiés et isolés, aucun n’a pour l’heure nécessité d’hospitalisation. Dimanche 10 mai, quatre salariés ont à leur tour été testés positifs dans une entreprise de l’agroalimentaire, cette fois en Vendée.

Le 24 avril, une messe est célébrée en mémoire d’un homme de 51 ans, « qui n’est pas décédé du Covid », précise Michel Laforcade, directeur général de l’ARS de Nouvelle-Aquitaine. L’enterrement qui suit réunit les proches du défunt, visiblement dans la limite de vingt personnes, comme le veulent les règles du confinement. Mais, à l’issue des obsèques, d’autres proches de la famille les auraient rejoints.

Quelques jours plus tard, un membre de la famille se présente chez un médecin de la maison de santé pluriprofessionnelle de Vergt. Le 30 avril, le couperet tombe : il est déclaré positif au Covid-19. Et comme pour chaque foyer épidémique, l’ARS doit agir vite. Le lendemain, cinq personnes de la famille sont également dépistées. Les tests se révèlent positifs, et elles sont immédiatement isolées. Au total, en remontant les « cas contacts » de toutes les personnes concernées, 127 ont été dépistées, et 9 testées positives.

Le fils du défunt se défend, expliquant avoir respecté les consignes sanitaires. Si certains de ses dix frères et sœurs ont fait le déplacement de la Suisse et du Portugal, il raconte, dans l’édition du 9 mai de Sud Ouest, que tous « ont fait très attention à respecter les gestes barrières tout au long de la journée ». « Nous étions vingt à l’intérieur de l’édifice. Tous gantés, masqués et assis à un mètre minimum les uns des autres. La cérémonie a été célébrée par une paroissienne. Elle a duré une vingtaine minutes en tout et pour tout », se justifie-t-il. Et le jeune homme de 31 ans balaie les accusations faisant état d’une réunion de famille en plus grand nombre à l’issue de la cérémonie.

Si aucun cas ne nécessite d’hospitalisation, le directeur de l’ARS rappelle l’importance cruciale des gestes barrières, à l’aube du déconfinement, pour éviter ce genre de scénarios qui pourraient s’avérer catastrophiques, comme cela a été le cas à Mulhouse. « Tous ces clusters et ces moments dont on se serait passés peuvent aussi être des moments pédagogiques, qui nous permettent de rappeler à la population que c’est peut-être maintenant que les gestes barrières sont plus importants que quand vous étiez confinés. Or, maintenant, vous allez croiser de multiples personnes, dans les moyens de transport, dans votre entreprise, en tant que client ou si vous êtes commerçant. »

Il vous reste 53.44% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.