This aerial picture taken on April 4, 2020, shows an almost deserted street in Bordeaux, southwestern France, on the nineteenth day of a lockdown in France aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection caused by the novel coronavirus. / AFP / NICOLAS TUCAT
NICOLAS TUCAT / AFP

« L’application StopCovid retracera l’historique des relations sociales » : les pistes du gouvernement pour le traçage numérique des malades

Par , , et

Publié le 08 avril 2020 à 06h15 - Mis à jour le 23 avril 2020 à 10h00

Les hôpitaux français ont enregistré, mardi 7 avril, un lourd bilan quotidien, avec 597 décès supplémentaires en 24 heures, soit un total de 10 328 morts depuis le début de l’épidémie, en incluant les victimes recensées dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux. Le nombre de patients en réanimation continue d’augmenter.

Lire aussi Coronavirus : plus de 10 000 morts en France, un salarié sur quatre en activité partielle

Dans un entretien au Monde, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, et le secrétaire d’Etat chargé du numérique, Cédric O, expliquent réfléchir au développement d’une application pour smartphone destinée à « limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission ». « Nous en sommes à une phase exploratoire, mais nous ne voulons fermer aucune porte », assurent-ils.

Le premier ministre, Edouard Philippe, s’est dit favorable à un traçage numérique des Français sur la base du volontariat pour lutter contre le Covid-19. Quelle solution avez-vous retenue ?

Cédric O : Dans le combat contre le Covid-19, la technologie peut aider. Nous ne voulons fermer aucune porte, mais nous sommes sans certitude de succès. Rien ne sera décidé sans un large débat, mais ce débat doit être éclairé en évaluant ce que la technologie permet. Le gouvernement a décidé de lancer le projet « StopCovid » afin de développer une application qui pourrait limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission. L’idée serait de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif, afin qu’elles se fassent tester elles-mêmes, et si besoin qu’elles soient prises en charge très tôt, ou bien qu’elles se confinent.

Le principe serait simple : l’application est installée volontairement ; lorsque deux personnes se croisent pendant une certaine durée, et à une distance rapprochée, le téléphone portable de l’un enregistre les références de l’autre dans son historique. Si un cas positif se déclare, ceux qui auront été en contact avec cette personne sont prévenus de manière automatique.

Olivier Véran : Depuis le premier jour de la crise épidémique, nous avons décidé d’être dans l’anticipation, c’est-à-dire de disposer au moment opportun de tous les moyens possibles pour lutter contre la diffusion du virus.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : au ministère de la santé, Olivier Véran, un ambitieux « inconnu » propulsé visage de la crise sanitaire

Certains sont technologiques. Des pays en ont fait l’usage, et il faut être prêt à pouvoir en faire bénéficier les Français, si les scientifiques nous disent que cela peut nous aider à lutter contre la propagation de l’épidémie. Aucune décision n’est prise.

Il vous reste 79.19% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.