Coronavirus : la Chine va fermer ses frontières à la plupart des étrangers

Le G20 va injecter 5 000 milliards de dollars pour soutenir l’économie mondiale. L’Europe reste l’épicentre de l’épidémie, Londres fait désormais face à un « tsunami » de malades.

Le Monde avec AFP Publié le 26 mars 2020 à 03h09 - Mis à jour le 27 mars 2020 à 07h44

Temps de Lecture 6 min.

La situation sanitaire reste dramatique en Europe, où l’Espagne a dépassé les 4 000 morts jeudi 26 mars et où les hôpitaux de Londres font face à un « tsunami » de malades. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) voit malgré tout des « signes encourageants » de ralentissement de la propagation du nouveau coronavirus sur le continent.

Les pays touchés par l'épidémie de Covid-19
Mis à jour le
- 100 cas 100 - 1 000k cas 1 000k - 10 000k cas 10 000k - 50 000k cas > 50 000k cas
SurvolezTouchez les pays pour obtenir plus d'informations.
La carte n'a pas pu charger les données. Rafraîchissez la page
Singapour Diamond Princess
Afficher le bilan en tableau
Les pays touchés par l'épidémie de Covid-19
Mis à jour le
Pays
Cas
Morts
Afficher tous les pays
  • L’Europe paie le plus lourd tribut

Plus de 481 230 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 182 pays et territoires depuis le début de la pandémie, qui a fait au moins 21 867 morts dans le monde depuis son apparition en décembre 2019 en Chine, selon un bilan établi par l’Agence France-presse (AFP) à partir de sources officielles jeudi.

En tout, 15 500 morts ont été recensés en Europe, dont la majorité en Italie (8 165) et en Espagne (4 089), pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19, ainsi qu’en France (1 331). Avec les deux tiers des morts, l’Europe paie à ce stade le plus lourd tribut, étant le continent où la pandémie progresse le plus rapidement. Plus de 250 000 cas de nouveau coronavirus ont été officiellement diagnostiqués sur le continent, dont plus de la moitié en Italie (74 386) et en Espagne (56 188). Devenu mercredi le deuxième pays le plus touché au monde devant la Chine en nombre de morts, l’Espagne a dépassé 4 000 décès jeudi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Madrid, capitale martyre d’une Espagne endeuillée

Au Royaume-Uni, la situation empire aussi de jour en jour. A Londres, les hôpitaux publics sont ainsi confrontés à un « tsunami continu » de malades graves accompagné d’une proportion « sans précédent » de personnel souffrant, a annoncé jeudi un responsable du système public de santé britannique.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Royaume-Uni, mobilisation contre le coronavirus et pour le système de santé

« Bien que la situation reste très préoccupante, nous commençons à voir des signes encourageants », a déclaré jeudi le patron de la branche Europe de l’OMS, Hans Kluge. L’augmentation du nombre de cas en Italie, pays le plus durement touché au monde, semble ralentir « mais il est encore trop tôt pour dire que la pandémie a atteint son apogée dans ce pays », a-t-il ajouté.

L’Allemagne a quant à elle augmenté le nombre de dépistages à 500 000 par semaine, cette détection précoce aidant en partie à maintenir le nombre de décès à un niveau relativement bas, a déclaré un virologue jeudi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : pourquoi la France ne dépiste pas davantage
  • Aux Etats-Unis, plus de trois millions de chômeurs supplémentaires en une semaine

En une semaine 3,283 millions d’Américains se sont inscrits au chômage. La pandémie a fait exploser les demandes hebdomadaires d’allocation chômage aux Etats-Unis. Un record, a annoncé jeudi le département du travail. Ces quelque 3,3 millions de personnes ont fait une première demande d’allocation chômage au cours de la semaine du 15 au 21 mars, soit 3 millions de plus que la semaine précédente, qui avait enregistré 282 000 nouvelles demandes. Le précédent record datant d’octobre 1982 avec 695 000 nouvelles demandes.

Lire aussi Coronavirus : 3,3 millions d’Américains se sont inscrits au chômage en une semaine
  • Etat d’urgence sanitaire, couvre-feu et confinement décrétés

L’expansion du Covid-19 « menace l’humanité tout entière, a averti le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. L’ensemble de l’humanité doit riposter. Une action et une solidarité mondiales sont cruciales. » Plus de 3 milliards de personnes, soit plus du tiers de l’humanité (évaluée par l’Organisation des Nations unies, l’ONU, à 7,8 milliards de personnes en 2020), sont désormais appelées à rester confinées, selon un décompte de l’AFP.

Lire aussi Plus de la moitié de l’humanité contrainte de ne plus sortir pour tenter d’endiguer la pandémie

La Bolivie a ainsi décrété l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 15 avril afin de « faire respecter la quarantaine » qui était en vigueur depuis dimanche. Cela implique une plus grande participation de l’armée et de la police au contrôle, ainsi que la fermeture des frontières, a précisé la dirigeante.

L’Afrique, mal armée pour faire face à une crise sanitaire de grande ampleur, suscite également de grandes inquiétudes avec l’apparition de premiers cas au Mali ou en Libye, des pays en guerre. L’état d’urgence sanitaire a été adopté au Mali. Toutefois, les élections législatives auraient bien lieu dimanche, comme prévu.

Au Chili, sept communes de l’agglomération de Santiago, soit 1,3 million d’habitants sur les 8 que compte la capitale, vont être confinées pour au moins une semaine. Les autorités ont aussi prolongé jusqu’à la fin d’avril la fermeture des établissements scolaires.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La « politique de générosité » intéressée de la Chine et de la Russie en Italie

Un isolement est appliqué à Helsinki et sa région, le plus gros foyer de propagation du nouveau coronavirus en Finlande. « Les mouvements d’entrée et de sortie de la région de la capitale vont être interdits », aux individus à partir de vendredi et ce jusqu’au 19 avril, a dit la première ministre, Sanna Marin.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face au coronavirus, le particularisme suédois
  • La Chine va fermer ses frontières à la plupart des étrangers

La Chine a largement endigué l’épidémie sur son sol. Les autorités n’ont ainsi rapporté aucun nouveau cas de contamination locale ces deux derniers jours. Mais le pays s’inquiète de l’arrivée de cas « importés » par les voyageurs venus de l’étranger. Plus de 500 cas ont ainsi déjà été recensés. Il s’agit en grande majorité de Chinois revenant chez eux.

Le pays, berceau du nouveau coronavirus, a donc décidé de fermer temporairement ses frontières aux étrangers titulaires de visas ou de permis de séjour en cours de validité, a annoncé jeudi soir le ministère des affaires étrangères. « Il s’agit d’une mesure provisoire que la Chine se voit obligée de prendre pour faire face à l’épidémie, se référant aux pratiques de plusieurs autres pays », a-t-il fait savoir dans un communiqué. La mesure entrera en vigueur samedi à minuit, soit vendredi à 17 heures à Paris.

Le pays imposera également à partir de dimanche une réduction drastique des vols internationaux au départ du pays ou à l’arrivée, a annoncé jeudi le Bureau national de l’aviation civile. Une compagnie chinoise ne pourra désormais plus effectuer qu’une seule liaison hebdomadaire depuis la Chine vers un pays tiers. Dans le même esprit, une compagnie étrangère ne pourra maintenir qu’une seule desserte par semaine vers la Chine.

La Chine (sans les territoires de Hongkong et de Macao) a dénombré 81 285 cas (67 nouveaux entre mercredi et jeudi), dont 3 287 décès (6 nouveaux) et 74 051 guérisons.

La Chine commence à maîtriser l'épidémie, qui explose dans le reste du monde

Mis à jour le
 · Nombre de cas cumulés en Chine continentale et dans le reste du monde.
Note : les données des 13 et 14 février en Chine, où le nombre de nouveaux cas a bondi (15 133, puis 6 460) sont montrées en pointillé.
  • Le G20 va injecter 5 000 milliards de dollars pour soutenir l’économie mondiale

La pandémie de Covid-19 fait peser de lourdes menaces sur l’économie mondiale. Un sommet par visioconférence s’est tenu jeudi, à un moment où les grandes puissances s’activent pour atténuer les effets de la pandémie sur leurs propres économies, comme les Etats-Unis, l’Allemagne ou l’Arabie saoudite qui préside le G20 cette année.

Les pays membres du G20 ont annoncé leur intention d’injecter « plus de 5 000 milliards de dollars » dans l’économie mondiale pour « contrer les répercussions sociales, économiques et financières de la pandémie » du nouveau coronavirus. Les vingt plus grandes économies mondiales ont en outre appelé les institutions, dont l’OMS et le Fonds monétaire international, à « aider les pays émergents et en développement à faire face aux chocs sanitaires, économiques et sociaux du Covid-19 ».

L’Unicef a par ailleurs averti que le nouveau coronavirus, qui a poussé des milliards de personnes au confinement, empêche la vaccination de nombreux enfants, et les conséquences s’annoncent particulièrement graves pour les plus pauvres d’entre eux, qui vivent dans des pays en conflit ou affectés par des catastrophes naturelles. Le Parlement européen consacre aussi une session spéciale à des mesures d’urgence face au coronavirus.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : les trois semaines qui ont chamboulé l’orthodoxie économique européenne

Ces réunions en urgence surviennent au lendemain de l’adoption par le Sénat américain d’un plan de soutien à l’économie américaine de 2 000 milliards de dollars aux Etats-Unis, et de l’adoption en Allemagne d’un arsenal de mesures de 1 100 milliards d’euros.

Après deux séances de gains, la Bourse de Tokyo a lourdement chuté jeudi, sur fond de crainte d’une flambée de l’épidémie dans la capitale japonaise, dont les habitants sont invités à éviter les déplacements ce week-end, mais ne sont pas confinés. Londres, Francfort et Paris, qui avaient repris espoir ces deux derniers jours, ont également ouvert en baisse, effrayés par la propagation de l’épidémie, en particulier aux Etats-Unis, première économie de la planète.

Un plan d’aide d’urgence de 107 milliards de dollars canadiens (69 milliards d’euros) a été validé par le Parlement canadien. La Banque d’Angleterre doit, elle, dévoiler jeudi ses dernières décisions de politique monétaire après avoir déjà sorti l’artillerie lourde la semaine dernière.

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.