Coronavirus : Mayotte et La Réunion redoutent le pire

Ces territoires de l’océan Indien, qui comptent désormais plusieurs dizaines de cas d’infections par le nouveau coronavirus, sont particulièrement vulnérables.

Par Publié le 23 mars 2020 à 11h41 - Mis à jour le 24 mars 2020 à 17h55

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Un arrêt de bus, à Saint-Denis-de-la-Reunion, le 20 avril 2020.
Un arrêt de bus, à Saint-Denis-de-la-Reunion, le 20 avril 2020. RICHARD BOUHET / AFP

C’est dorénavant une course de vitesse qui s’est engagée à Mayotte et à La Réunion pour éviter une « déflagration » sanitaire. Les deux départements français de l’océan Indien avaient, jusqu’à il y a peu, été épargnés par l’épidémie de Covid-19. Le premier cas à La Réunion a été détecté le 11 mars : il s’agit d’un habitant de Saint-Denis, âgé de 80 ans, de retour d’une croisière aux Bahamas et qui avait transité par Paris. A Mayotte, le premier cas déclaré remonte au 14 mars, là aussi en provenance de la métropole. A la date du 22 mars, la Réunion comptait 65 cas et, à Mayotte, 21 cas étaient avérés lundi 23 mars. Avec, désormais, des cas autochtones, témoignant de la circulation du virus dans ces territoires insulaires.

Lire aussi Un tiers des habitants de Mayotte n’a toujours pas l’eau courante

Les chiffres peuvent encore paraître relativement faibles mais doivent être mis en regard des capacités d’accueil et de traitement des malades, ainsi que des conditions de précarité d’une partie de la population de ces départements – doublées, à Mayotte, de dizaines de milliers d’immigrants vivant dans des bidonvilles. Mayotte compte 16 lits de réanimation pour une population de 279 000 habitants selon l’Insee.

Le nombre de médecins de ville est vingt fois inférieur à la moyenne nationale, quatre fois inférieur en ce qui concerne les médecins hospitaliers. Par surcroît, sévit actuellement une épidémie de dengue d’une exceptionnelle ampleur : à la date du 18 mars, 2 254 cas avaient été confirmés, entraînant 129 hospitalisations, 416 passages aux urgences et 3 décès.

Une situation « ubuesque »

Selon la commission médicale d’établissement du centre hospitalier de Mayotte (CHM), ses capacités seront dépassées d’ici une semaine. Elle réclame « des commandes urgentes et massives de masques en plus de ceux prévus dans le quota outre-mer ». Alors qu’un cas grave est actuellement en réanimation, les contrôles des mesures de précaution internes au CHM ont été renforcés. La communauté médicale réclame que des renforts militaires soient sollicités. En appui de ces demandes, le député (LR) Mansour Kamardine a adressé un courrier au président de la République. Outre l’envoi de matériel par fret aérien, il en appelle à l’« envoi à Mayotte d’un navire-hôpital doté de lits de réanimation » et à l’établissement d’« un hôpital de campagne permettant de décharger le CHM ».

Dans un courriel adressé dimanche 22 mars aux équipes du centre hospitalier de Mayotte (CHM), la directrice de l’agence régionale de santé − et ex-ministre de l’environnement – Dominique Voynet affirme que « tous les libéraux » vont être équipés en masques, un stock étant arrivé la veille au soir. « On a plus de deux mois d’avance pour les services les plus exposés », écrit-elle. Mais, ajoute-t-elle, « la diffusion du virus dans les bangas, c’est ma hantise… Comment isoler des dizaines, des centaines de cas ? Je pense aussi au risque de voir arriver des kwassas porteurs de malades, dès lors qu’il sera clair que le système de santé comorien ne tient pas… »

Il vous reste 52.78% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.