« Nous lançons un SOS au gouvernement » : l’Espagne en état d’alerte après avoir tardé à réagir

Le premier ministre, Pedro Sanchez, a prévenu que le seuil des 10 000 personnes contaminées devrait être atteint dans les prochains jours.

Par Publié le 14 mars 2020 à 11h25 - Mis à jour le 14 mars 2020 à 13h45

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

En Catalogne, la ville d’Igualada a été confinée, vendredi 13 mars.

L’état d’urgence devait être décrété en Espagne, samedi 14 mars, lors d’un conseil des ministres extraordinaire. « Des décisions exceptionnelles seront prises (…) afin de mobiliser toutes les ressources de l’ensemble de l’Etat, économiques et sanitaires, aussi bien publiques que privées, civiles que militaires, afin de mieux protéger la santé de tous nos ­citoyens », a annoncé le chef du ­gouvernement, le socialiste Pedro Sanchez, lors d’une allocution solennelle, vendredi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Europe, épicentre de la pandémie, se cloisonne face au Covid-19

Il pourrait notamment limiter la liberté de circulation et ordonner des réquisitions de matériel, ou suspendre les élections régionales prévues le 5 avril au Pays basque et en Galice, dont la tenue est de plus en plus contestée.

L’Espagne est devenue le deuxième pays européen le plus frappé par le Covid-19, passant ­devant la France. Samedi à la mi-journée, le dernier bilan des autorités faisait état de 5 753 personnes infectées, soit 1 500 de plus que la veille, et de 136 morts, contre 121 vendredi soir. M. Sanchez a ­prévenu que le seuil des 10 000 contaminés devrait être atteint « la semaine prochaine ». Et, pour y ­mettre un frein, le temps des ­mesures graduelles est fini.

Prise de conscience brutale

Le gouvernement entend mettre en œuvre un plan de 18 milliards d’euros, présenté le 12 mars, pour faire face à l’urgence. Il s’agit de soutenir les entreprises et ­plusieurs régions autonomes (la gestion de la santé publique est décentralisée).

Mercredi 11 mars, dans la région de Madrid et à la Rioja, les crèches ont été fermées, tandis que toutes les classes, jusqu’à l’université, ont été suspendues, de même que les visites aux maisons de retraite. Cette mesure a été adoptée ­vendredi par le Pays basque, la ­Catalogne et la Galice.

Puis, sous pression du gouvernement espagnol, toutes les autres régions ont annoncé à leur tour la fermeture des centres éducatifs à partir de lundi 16 mars. Certaines, non sans rechigner : « Il est aussi risqué que les enfants jouent dans un parc que dans la cour de récréation », se plaignait jeudi matin le président socialiste de la région de Castille-La Manche, Emiliano Garcia-Page.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : l’Espagne prend conscience avec retard de l’ampleur de l’épidémie

Ailleurs, la prise de conscience a parfois été brutale. En Catalogne, où 509 personnes ont été diagnostiquées, la ville d’Igualada s’est ainsi réveillée vendredi matin entourée d’un cordon policier. Dans cette commune confinée de 40 000 habitants, 58 cas ont été détectés dont 36 membres du personnel médical, ce qui a provoqué l’isolement de 200 professionnels de santé. Le maire a lancé un appel à l’aide, demandant l’envoi de médecins en renfort.

Il vous reste 52.05% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.