Impact économique du coronavirus : « Je devais bosser 138 heures ce mois-ci, je vais faire zéro ! »

Le président de la République a annoncé, jeudi, de nouvelles mesures pour aider entreprises et salariés à faire face aux conséquences de l’épidémie. Hôteliers, entrepreneurs et salariés dans l’événementiel évoquent « une catastrophe ».

Par et Publié le 13 mars 2020 à 04h09 - Mis à jour le 16 mars 2020 à 13h37

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, rend visite aux traiteurs de Butard Enescot pour évoquer l’impact du coronavirus, à Colombes, le 12 mars.

« Tout sera mis en œuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises quoi qu’il en coûte », a promis Emmanuel Macron lors de son allocution sur le coronavirus, jeudi 12 mars. Une annonce alors que la pandémie a déjà contraint 3 600 entreprises à mettre en place des mesures de chômage partiel. Soit quatre fois plus qu’en fin de semaine dernière. Aujourd’hui, environ 60 000 salariés français sont concernés.

Lire aussi Coronavirus : Emmanuel Macron déclare la mobilisation générale pour les entreprises, « quoi qu’il en coûte »

Le président de la République a annoncé pour « les jours à venir », « un mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel » allant « plus loin » que les mesures actuelles. L’idée est de maintenir les niveaux de salaire même au chômage partiel. Ce dispositif permet d’éviter les licenciements en cas de baisse d’activité, l’Etat prenant en charge l’indemnisation des salariés. Selon la ministre du travail, Muriel Pénicaud, la situation est particulièrement inquiétante dans quatre secteurs : le tourisme, la restauration, l’événementiel et les transports.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Emmanuel Macron vante une « France unie » contre le coronavirus

Gérant de L’Aunette Cottage, petit hôtel de quatorze chambres à Chamant, dans l’Oise, Jean-Philippe Aelvoet évoque une « catastrophe ». « Pour le mois de mars, on était complet de chez complet. En avril, quasi. On comptait dessus pour rattraper l’hiver, compromis par les grèves. » Mais voilà que, le 26 février, le premier décès dû au coronavirus en France est un habitant du département. « Dès le lendemain, les gens ont commencé à annuler. Je n’ai plus de réservation pour mars, et on commence à avoir beaucoup d’annulations en avril », se désole M. Aelvoet, qui a mis ses deux salariés en chômage partiel.

Avec 25 000 euros de charges mensuelles, sa trésorerie s’enfonce dans le rouge. « Je suis à moins 15 000 euros, et encore parce que mes parents m’ont prêté de l’argent. A cette heure, personne d’autre ne m’a aidé financièrement. » Il loue, cependant, les premières mesures d’aides annoncées par Bercy, notamment le report des cotisations sociales et des impôts.

Mesures d’urgence

« C’est comme si l’Oise était un département pestiféré !, constate de son côté Pierre Robert, propriétaire de l’Hôtel Le Chenal, à Beauvais. Les groupes ne veulent plus venir, congrès et formations sont annulés. On souffre plus de la psychose que du virus ! » Selon une enquête de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), 72 % des sociétés de l’Oise subiraient une perte d’activité.

Il vous reste 59.28% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.