Coronavirus : les centres d’hébergement pour sans-abri tentent de s’organiser sans grands moyens

Le ministère du logement et la direction de la cohésion sociale ont réuni les associations qui gèrent les dispositifs d’accueil. Des consignes d’hygiène et de surveillance ont été diffusées.

Par Publié le 04 mars 2020 à 12h01 - Mis à jour le 04 mars 2020 à 12h08

Temps de Lecture 1 min.

Article réservé aux abonnés

Environ 250 000 personnes sont hébergées chaque soir dans des structures consacrées à l’accueil des sans-abri ou des demandeurs d’asile sans compter les personnes qui fréquentent les accueils de jour ou les plates-formes de premier accueil pour les migrants. Pour le moment, aucun cas de contamination au coronavirus n’a été déclaré mais les salariés et les associations se sentent plutôt démunis pour réagir.

« Ces centres voient passer un flux continu de personnes dont on ne connaît pas les parcours, beaucoup de migrants sont passés par l’Italie par exemple, un public particulièrement vulnérable », indique Florent Gueguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), qui regroupe 800 associations, dont les principaux gestionnaires des centres d’hébergement ou d’accueil de jour.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : les hôpitaux français se préparent à la « tempête »

Le ministère du logement et la direction de la cohésion sociale prennent très au sérieux ces risques et ont réuni, lundi 2 mars, les associations qui gèrent ces centres d’hébergement, notamment la Croix-Rouge, Emmaüs, Aurore et l’Armée du salut. Des consignes d’hygiène et de surveillance ont été diffusées « mais ces recommandations sont sur le terrain, difficilement applicables », note M. Gueguen.

400 lits en dortoirs

Les masques font cruellement défaut et les salariés ne peuvent exercer une surveillance individuelle, comme la prise de la température deux fois par jour, étant donné le nombre de personnes hébergées, et surtout, ils ne disposent pas de chambres individuelles pour isoler les personnes susceptibles d’avoir été contaminées. Certains centres d’hébergement d’urgence comme La Boulangerie à Paris comptent jusqu’à 400 lits dans des dortoirs !

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : l’hospitalisation ne sera bientôt plus systématique

Certains salariés songent aussi à exercer leur droit de retrait. Les directeurs de centre devront-ils réquisitionner certains d’entre eux pour assurer la continuité de ce service public ? La question se pose. Les pouvoirs publics envisagent d’aménager des centres de confinement, par exemple dans des villages vacances inoccupés, pour isoler les cas suspects ou peu atteints, mais aussi afin de soulager les hôpitaux appelés à traiter les cas plus graves.

Il vous reste 100% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.