La pandémie de coronavirus paraît inéluctable

L’épidémie continue de décliner en Chine, selon l’OMS, mais le risque d’une extension sur le reste de la planète s’accroît avec le développement de trois foyers actifs en Corée du Sud, en Iran et en Italie.

Par Publié le 25 février 2020 à 03h58 - Mis à jour le 25 février 2020 à 14h31

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Un checkpoint à l’entrée de la « zone rouge », le 24 février à Ferno, près de Milan.
Un checkpoint à l’entrée de la « zone rouge », le 24 février à Ferno, près de Milan. GABRIELE MICALIZZI / CESURA POUR « LE MONDE »

Sommes-nous à la veille d’une pandémie, voire déjà dans cette situation ? Le développement de foyers actifs de Covid-19 hors de Chine – en Corée du Sud, en Iran et en Italie – a peut-être sonné le glas des espoirs de contenir l’épidémie à l’intérieur des frontières du pays où elle a pris naissance. Pour autant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se refuse encore à employer le terme de pandémie. Dans un cas comme dans l’autre, la question essentielle est de savoir apporter une réponse adaptée à la réalité de la situation.

Le bilan mondial de l’épidémie, au mardi 25 février, a dépassé les 80 000 cas, dont un peu plus de 77 000 en Chine et frôle les 2 700 morts. Hors de Chine, il est marqué par l’apparition de cas dans cinq nouveaux pays en 24 heures – Afghanistan, Bahreïn, Koweït, Irak et Oman –, et un nombre d’infections confirmées qui continue de croître en Iran, en Italie et en Corée du Sud. Avec 893 personnes contaminées, dont huit sont décédées, ce dernier pays est le deuxième le plus touché après la Chine. Après le pic de 231 nouvelles contaminations annoncées lundi, la Corée du Sud a recensé 60 nouveaux cas mardi. Une mission de l’OMS est partie pour l’Iran, qui recense officiellement 15 morts. L’Italie, qui a comptabilisé 229 cas, dont 7 mortels, est de loin le pays le plus touché en Europe, devant l’Allemagne (16 cas). Le dernier des 12 cas dénombrés en France est à présent guéri et a quitté l’hôpital. Ce qui n’empêche pas la population d’être inquiète : la plate-forme du ministère de la santé a reçu 5 000 appels lundi, contre 250 samedi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Laissez-passer, vaporisateurs et vigiles omniprésents : la vie à Pékin, nouvelle cité interdite, sous la menace du coronavirus

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est dit lundi « encouragé par le déclin persistant des cas en Chine ». La mission internationale envoyée sur place par l’OMS avait pris le vol retour plus tôt dans la journée et a envoyé son rapport, dont le directeur a brièvement évoqué les conclusions. Les scientifiques envoyés par l’OMS ont considéré que « l’épidémie a atteint son pic et suivi une courbe en plateau entre le 23 janvier et le 2 février, et a régulièrement décru depuis. Ils ont constaté qu’il n’y avait pas eu de changement significatif dans le génome du virus. Ils ont noté que le taux de létalité se situe entre 2 et 4 % à Wuhan et 0,7 % hors de cette ville » qui a été l’épicentre de l’épidémie, a résumé le directeur général, ajoutant que la mission a appris que « pour les personnes ayant une forme bénigne de la maladie, le temps de guérison est d’environ deux semaines, tandis que celles ayant une forme sévère ou critique guérissent en trois à six semaines ».

Il vous reste 69.47% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.