Le premier cas de virus de la tomate confirmé en France dans le Finistère

Le ministère de l’agriculture a confirmé lundi soir qu’une exploitation bretonne de tomates en serre était touchée par le virus ToBRFV, dont la diffusion inquiète la filière.

Le Monde avec AFP Publié le 18 février 2020 à 08h28 - Mis à jour le 18 février 2020 à 08h35

Temps de Lecture 1 min.

La suspicion était très forte sur le légume préféré des Français, qui en consomment quelque 14 kg par an et par ménage. Les résultats sont tombés lundi soir, confirmant la contamination de tomates en serre par le virus ToBRFV dans une exploitation bretonne qui avait été placée sous séquestre en attendant les résultats définitifs de l’analyse.

« On a reçu les résultats de l’Anses [Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation] sur les échantillons prélevés dans les serres qui étaient en suspicion dans le Finistère et les résultats sont positifs, elles sont donc bien contaminées par le virus », a-t-on indiqué au ministère de l’agriculture. « L’exploitation concernée a été confinée dans l’attente de la destruction des végétaux et de la désinfection du site dans les plus brefs délais », a-t-on précisé au ministère.

« Conséquences économiques majeures pour la filière »

Observé pour la première fois en Israël en 2014, puis en 2018 sur des cultures de tomates au Mexique, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Italie, et enfin en 2019 aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Grèce, le Tomato Brown Rugose Fruit Virus (ToBRFV) détruit les cellules de la tomate et peut décimer jusqu’à 100 % des plants contaminés sur un site de production.

« Les tobamovirus se multiplient dans les cellules infectées au niveau du site de contact, se propagent de cellule à cellule et gagnent les tissus vasculaires avant d’envahir la plante entière. Tous les organes de la plante hôte sont donc infectieux », détaille l’Anses dans un avis publié le 3 février 2020. Ce virus survit longtemps à l’air libre mais n’a aucun impact sur l’homme.

Avec 520 000 tonnes produites en 2019, la France est le cinquième producteur européen de tomates. Plus de 30 % des tomates sont produites en Bretagne, où 99 % de la production a lieu sous serre. La diffusion de ce virus sur le territoire national « aurait des conséquences économiques majeures pour la filière mais également les jardiniers amateurs », avait indiqué dimanche le ministère, alors que l’enquête n’en était qu’au stade de la suspicion.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Saumon en cage, tomate sous plastique, algues sur cordes… Les coulisses de l’agriculture mondiale

Le Monde avec AFP

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.