Coronavirus : la crainte d’un « cauchemar épidémiologique » au Cambodge

Une Américaine en croisière a été testée positive au coronavirus après avoir accosté au port de Sihanoukville. 1 200 autres passagers débarqués après elle sont dans la nature.

Par Publié le 18 février 2020 à 05h42 - Mis à jour le 18 février 2020 à 07h22

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Le paquebot « Westerdam » au port de Sihanoukville, au Cambodge, le 15 février.
Le paquebot « Westerdam » au port de Sihanoukville, au Cambodge, le 15 février. TANG CHHIN SOTHY / AFP

Après le Diamond Princess, ce paquebot en quarantaine au port de Yokohama (Japon), un autre navire de croisière est en train de devenir, au Cambodge cette fois, ce que certains experts qualifient déjà de « cauchemar épidémiologique » : une passagère du Westerdam, battant pavillon néerlandais, qui était à quai depuis jeudi 13 février au port de Sihanoukville, a été testée positive en fin de semaine au nouveau coronavirus SARS-CoV-2, déclenchant la panique chez les autorités sanitaires de ce royaume d’Asie du Sud-Est.

Cette Américaine de 83 ans était en transit à l’aéroport de Kuala Lumpur après avoir quitté un peu plus tôt le bateau – et le Cambodge – en compagnie de 145 autres des 1 455 passagers. Elle et son mari sont désormais hospitalisés dans la capitale de Malaisie.

Mais 1 200 autres personnes ont débarqué du Westerdam depuis vendredi et seules 600 d’entre elles, dont la trace a été retrouvée, ont été priées de rester dans des chambres d’hôtels de Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Le problème, potentiellement très grave, est que l’on ne sait pas au juste où sont allés les autres passagers qui ont quitté le navire et se sont entre-temps dispersés dans la nature.

Lire aussi Coronavirus : plus de 70 000 contaminations, le nombre de morts dépasse les 1 700

Les autorités affirment que, au minimum, 200 passagers du navire seraient partis du Cambodge et sont rentrés chez eux aux Etats-Unis et en Europe, via la Malaisie et la Thaïlande, disséminant potentiellement le virus aux quatre coins du monde…

Un angoissant voyage

Quant aux 233 clients restés à bord du bateau en compagnie de 802 membres d’équipage, ils sont en train d’être testés, comme vient de l’indiquer le gouverneur adjoint de la province de Preah Sihanouk. Le ministère cambodgien de la santé a par ailleurs indiqué « rechercher activement tout cas suspect » tout en déclarant que la population ne devait « pas trop s’inquiéter ». La compagnie « Holland America » , propriétaire du navire, affirme qu’« à ce stade, aucun autre client, ni membre d’équipage, à bord ou à l’hôtel ne présentent les symptômes de la maladie ».

Le Westerdam avait connu les jours précédents une pénible aventure digne d’un « Hollandais volant », errant de ports en ports et refusé d’accostage au fur et à mesure de sa dérive. Parti de Hongkong le 1er février, ce qui devait être une agréable croisière dans les mers du Sud-Est asiatique s’était transformé en un angoissant voyage : tour à tour, les autorités de Taïwan, des Philippines, de Thaïlande et du territoire américain de Guam, dans le Pacifique, avaient refusé au capitaine de mouiller l’ancre dans leurs ports.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.