Faire payer l’entrée dans les parcs nationaux français ? Une idée émergente « délicate à assumer politiquement »

Pour répondre au manque de financement des parcs nationaux, certains spécialistes, pour l’instant minoritaires, réfléchissent à l’instauration de droits d’accès à certaines zones naturelles protégées.

Par Publié le 13 février 2020 à 05h32 - Mis à jour le 13 février 2020 à 19h25

Temps de Lecture 4 min.

Parc national des Ecrins, en 2015. Selon un syndicaliste, le parc a perdu environ 20 % de ses effectifs en dix ans.
Parc national des Ecrins, en 2015. Selon un syndicaliste, le parc a perdu environ 20 % de ses effectifs en dix ans. PHILIPPE DESMAZES / AFP

Faire payer l’accès à la nature en France ? Le président de la République Emmanuel Macron doit annoncer, jeudi 13 février, depuis Chamonix (Haute-Savoie), de nouvelles mesures pour protéger le massif du Mont-Blanc et son écosystème. La veille, lors du quatrième conseil de défense écologique, il avait confirmé la création de quatre nouveaux parcs naturels régionaux − mais toujours sans nouvel engagement financier de l’Etat.

Pour pallier à ce manque de moyens et afin de limiter les effets d’une fréquentation parfois hors de contrôle, certaines voix du monde de l’environnement appellent à réfléchir à l’idée d’un accès payant à certains espaces naturels protégés. Etudiée dans un rapport d’experts en 2018, reprise par Nicolas Hulot avant qu’il ne parte du gouvernement, cette proposition doit encore faire sa place dans le débat public.

Payer un ticket pour randonner dans un parc national est pourtant monnaie courante dans d’autres pays, aux Etats-Unis, en Corée du Sud, au Costa Rica ou au Chili par exemple − où les droits d’entrée représentent près de la moitié du budget des parcs. Mais, en France, une telle mesure est « complètement taboue », regrette Gilles Martin, le président du conseil scientifique du parc national de Port-Cros (Var).

Au sujet du patrimoine naturel, « la réflexion a été bridée »

« Il n’est pourtant pas anormal de payer son entrée dans un “musée” naturel comme on paye son entrée dans un musée d’art comme le Louvre. » Simon Jolivet, qui a conduit une étude juridique sur le sujet, parle lui d’un « impensé ». « Pour le patrimoine culturel, explique-t-il, les droits d’entrée sont actés depuis cent ans. Cela avait fait du bruit à l’époque, mais on n’en parle plus vraiment aujourd’hui. » Selon ce maître de conférences en droit public à l’université de Poitiers, au sujet du patrimoine naturel, « la réflexion a été bridée, sans même que l’on s’en rende compte ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « On casse l’expertise de l’Etat en matière d’environnement » : les messages d’alerte des agents des parcs nationaux

Dégager de nouveaux financements

Le ministère de la transition énergétique, qui gère les parcs nationaux, « est l’un des ministères qui, traditionnellement, payent le plus lourd tribut à la réduction des dépenses de l’Etat » depuis des années, selon Simon Jolivet, qui est également secrétaire général adjoint de la Société française pour le droit de l’environnement.

Depuis 2012, dénoncent les syndicats, la création de deux nouveaux parcs nationaux – dans les Calanques de Marseille et en Bourgogne – s’est faite sans augmentation du budget alloué à l’ensemble de ces parcs. Cela a notamment conduit, en 2018, le Commissariat général au développement durable (CGDD), un cercle de réflexion lié au gouvernement, à se pencher sur des nouvelles pistes de financements pour les parcs nationaux.

Parmi les quelques idées explorées figure celle des droits d’accès. Conscients de la sensibilité du dossier, les experts suggéraient alors au gouvernement d’« examiner l’opportunité de lancer une réflexion approfondie » sur la mise en place d’accès payants à la nature protégée.

Quelques semaines plus tard, Nicolas Hulot, encore ministre, reprenait ces recommandations dans son plan biodiversité. La « participation du public » comme l’« ouverture au mécénat » sont « autant de voies à explorer » pour le financement du secteur, affirmait alors le ministère.

« L’accès de tous à la nature est un principe culturel français »

Mais ces propositions se heurtent à un mur. « C’est une aberration », tonne le Syndicat national de l’environnement (SNE-FSU). « Faire payer un droit à la nature ? Nous sommes totalement contre », ajoute la CGT-Environnement. « Nous sommes un service public, un service au public, nous ne sommes pas là pour faire payer des entrées », tonnent ces professionnels de la protection de la nature, attachés au financement étatique des parcs nationaux.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un nouvel office public pour protéger une biodiversité en déclin

« Cet accès de tous à la nature, c’est un principe culturel français », confirme le sénateur (Les Indépendants, ex-LR) de la Somme Jérome Bignon, auteur d’une proposition de loi pour limiter la fréquentation des sites naturels. « Payer pour marcher dans la Vanoise, payer pour se baigner à Porquerolles… Je ne pense pas que ce serait bienvenu. Et il est évident qu’il y a des gens qui n’iront plus » pour des raisons financières.

Une « acceptabilité sociale » loin d’être acquise

« Effectivement, on ne peut pas admettre l’idée que les parcs ne soient réservés qu’aux gens qui en ont les moyens, acquiesce Gilles Martin. Mais il y a toute une réflexion qui pourrait être menée, il faut réfléchir très précisément sur les catégories de tarifs, les moduler selon les périodes… Mais, regrette-t-il, c’est un tabou pour le personnel des parcs. »

« Si on veut amener les gens à s’intéresser aux parcs, à comprendre les enjeux [de biodiversité], ce n’est pas en faisant payer l’entrée qu’on y arrivera, répond Frédéric Goulet, agent au parc national des Ecrins et responsable SNE-FSU. Avant d’ouvrir le débat là-dessus, ouvrons le débat sur la fiscalité écologique en France. Jusqu’à preuve du contraire, ce ne sont pas les randonneurs qui sont à l’origine de la dégradation de l’environnement. »

Pourtant, une telle situation existe déjà : dans le parc national de la Guadeloupe, l’accès aux chutes du Carbet, un site protégé particulièrement attractif, est soumis à l’achat d’un ticket (2,50 euros pour un adulte). C’est dans ce type d’emplacement, très touristique, délimité et doté de services supplémentaires (aires de pique-nique, toilettes, belvédères d’observation), que « l’acceptabilité sociale » serait plus importante, explique le rapport du CGDD.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un projet de décret accusé de menacer la protection des sites naturels classés en France

Ces « sites remarquables très localisés » sont, pour ses auteurs, ce qui pourrait être la première pierre de la tarification de l’accès aux espaces naturels protégés.

« Et pourquoi pas aussi les parcs et jardins en ville, les forêts…, dénonce Francis Combrouze, de la CGT-Environnement. On met le doigt dans un engrenage antirépublicain. »

« Revenir sur la gratuité, qui a toujours été le principe de l’accès aux espaces naturels, ce serait forcément délicat à assumer politiquement », analyse, avec sa prudence de juriste, Simon Jolivet. Gilles Martin y croit, lui, dur comme fer. Avec le « désengagement [financier] de l’Etat » dans le secteur, « je suis convaincu qu’à long terme on arrivera à des guichets à l’entrée des parcs. Mais je ne serai plus là pour les voir. »

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.