Le coronavirus est une « menace pour le monde »

L’OMS met en garde au moment où le bilan dépasse les 1 100 morts.

Le Monde avec AFP Publié le 12 février 2020 à 10h50

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Des policiers chinois déchargent du désinfectant à Xiaogan, dans le Hubei, le 12 février.

L’épidémie due au coronavirus, désormais officiellement appelée « Covid-19 », montre des signes timides de stabilisation en Chine. Quatre-vingt-dix-sept nouveaux décès ont été annoncés mercredi 12 février, contre 108 la veille, portant le total à 1 114 morts en Chine continentale – et toujours seulement deux dans le reste du monde, à Hong­kong et aux Philippines. Un décès suspect a toutefois été signalé en Iran. Dans son bulletin quotidien, la Commission nationale de la santé chinoise a également fait état pour les dernières vingt-quatre heures de 2 015 nouveaux cas de contamination, une baisse par rapport aux jours précédents. Au total, 81 % des nouveaux cas l’ont été dans le Hubei, l’épicentre de l’épidémie – où le nombre journalier de personnes nouvellement déclarées infectées est passé pour la première fois depuis le 2 février en dessous de la barre des 2 000, et 44 653 personnes ont désormais été infectées en Chine continentale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Pour l’instant, la gestion du coronavirus par la Chine relève plus d’Orwell que de la glasnost »

Plusieurs officiels de la santé du Hubei ont été limogés mardi. La province continue de pâtir d’un effet de rattrapage – les hôpitaux ayant rejeté en masse des patients dans les premières semaines de l’épidémie. Dans un entretien à l’agence Reuters mardi, le professeur Zhong Nanshan, l’expert de la commission nationale de la santé chargé d’annoncer le 20 janvier la transmission du virus d’homme à homme, a dit espérer voir l’épidémie plafonner d’ici à la fin février puis baisser, pour, anticipe-t-il, se terminer en avril. Mais « nous ne savons pas pourquoi ce virus est si contagieux, et c’est un gros problème », a expliqué depuis Canton le professeur de 83 ans, connu pour son rôle lors de l’épidémie du SRAS en 2003.

« Chance réaliste »

Il estime qu’il « y a encore besoin de temps et de travailler dur à Wuhan », qu’il faut y empêcher de nouvelles contaminations, et que des incertitudes demeurent sur les modes de transmission du virus, notamment si celui-ci peut se transmettre par les matières fécales, ou sur l’existence de situations de « super-transmission » du virus, où de nombreux cas sont générés à partir d’une même personne infectée. La baisse du nombre de nouveaux cas dans la province du Zhejiang (Est), où plusieurs villes ont été mises en quarantaine, et dans celle du Guang­dong (Sud), est une « bonne nouvelle », juge-t-il.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a estimé mardi qu’il y avait « une fenêtre d’opportunité » à ne pas manquer et une « chance réaliste de stopper » la propagation dans le monde du coronavirus apparu à Wuhan en décembre 2019. La maladie que celui-ci provoque est dorénavant baptisée Covid-19 (pour « Coronavirus disease » suivie de son année d’apparition) par l’OMS et non plus « 2019-nCoV acute respiratory disease », maladie respiratoire aiguë due au 2019-nCoV).

Il vous reste 45.68% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.