« Ici, c’est très bien gardé » : dans le Zhejiang, les villes se barricadent pour enrayer la progression du coronavirus

Dans cette province chinoise, l’une des plus touchées par l’épidémie, les autorités limitent strictement les autorisations de passage, refusées aux visiteurs.

Par Publié le 08 février 2020 à 10h49 - Mis à jour le 09 février 2020 à 06h52

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

Un panneau prévient qu’« aucun étranger n’est autorisé à entrer dans ce village », à l’entrée de Hangzhou, dans le Zhejiang, en Chine, le 3 février.

En arrivant à la gare de Jinhua, à 300 kilomètres au sud-ouest de Shanghaï, les rares voyageurs sont accueillis par une équipe en combinaison blanche, le visage barré par des masques bleu ciel. Il faut se tenir devant une caméra thermique quelques secondes. Sur l’écran, les visiteurs apparaissent en un dégradé allant du violet pour les vêtements épais à l’orangé pour le visage, et gare à vous si votre front vire au jaune clair. Puis les Chinois doivent passer leur carte d’identité sur un lecteur. A l’étranger présentant un passeport, les employés étonnés font signe de passer sans plus de questions. Cette option-là n’avait pas dû être prévue dans cette ville moyenne : 1 million d’habitants intra-muros et quatre de plus dans sa juridiction, grosse comme un département français.

Jinhua est l’une des villes encore ouvertes du Zhejiang, l’une des provinces les plus touchées par le nouveau coronavirus après le Hubei, l’épicentre de l’épidémie. Depuis le Nouvel An lunaire, le 25 janvier, au lendemain de la mise en quarantaine de Wuhan – où est apparu le virus –, les villes de la province se sont barricadées pour tenter d’enrayer la progression de l’épidémie, rapportée par de nombreux travailleurs vivant à Wuhan, rentrés passer le Nouvel An dans leur famille. Le pays compte aujourd’hui 37 198 cas confirmés, dont 27 100 au Hubei.

Lire aussi Emotion en Chine à l’annonce de la mort du docteur Li Wenliang, lanceur d’alerte sur le coronavirus

A Hangzhou, au nord de Jinhua, à Ningbo et Taizhou, plus à l’est, les habitants n’ont le droit de sortir de chez eux qu’une fois tous les deux jours. A Wenzhou, une ville durement frappée par le virus, dans le sud de la province, ils n’ont plus le droit de sortir du tout. Les comités de quartier passent distribuer des vivres. A Jinhua, les contrôles sont un peu moins stricts : des rues sont barricadées, toutes les résidences fermées aux visiteurs, mais les habitants obtiennent encore des permis de sortie.

A la sortie de la ville, il faut montrer ses papiers à un agent de police et tendre le front à un employé vêtu de blanc

Notre chauffeur nous montre le sien, « Autorisation de passage temporaire, voiture », avec son nom, sa plaque d’immatriculation, la date du 6 février, et le tampon rouge du « Comité de quartier des roses ». A la sortie de la ville, le péage de l’autoroute a été transformé en checkpoint. Il faut à nouveau montrer ses papiers à un agent de police, et tendre le front à un employé vêtu de blanc qui sort à contrecœur de la tente qui le protégeait de la pluie. On nous laisse passer en nous prévenant qu’on ne pourra sans doute aller nulle part. En roulant vers le sud, le paysage prend du relief : les bambous habillent d’un vert tendre les collines escarpées. Les crêtes sont cachées par la brume, le dénivelé parfois brisé par des terrasses taillées dans la boue pour planter des théiers.

Il vous reste 65.46% de cet article à lire.

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.